Menu

Les RagazziPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.fr/ Premier roman publié de Pier Paolo Pasolini, Les Ragazzi fit scandale à l’époque, ce qui retarda quelque peu sa publication (1962). Traduit du romanesco, dialecte parlé dans les faubourgs de Rome, cette nouvelle traduction donne un second souffle à l’œuvre de Pasolini. Pasolini décrit le quotidien d’une bande de gamins des rues, paumés, sans éducation, livrés à eux-mêmes, dans l’Italie d’après guerre. Leurs errances, leurs rêves, leurs barbotages, Pasolini les suit pas à pas dans les faubourgs de Rome. Sans but, sans morale, ils errent tels des fantômes au milieu d’une société qui nie ou ignore leur existence. Sans attendre vraiment la vie, ils survivent comme ils peuvent.

Lire la suite : Les Ragazzi : le premier roman publié de Pier Paolo Pasolini à l'incandescence percutante

EspagnePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Vous avez envie de voyager sans quitter votre tour d’ivoire ? Faites le tour du Monde avec la collection Points poche. Après l’Irlande, au printemps dernier (livres édités, dont six romans contemporains, et un recueil de poésie de Yates), voici l’Espagne en une douzaine d’ouvrages, dont la moitié aborde la Guerre Civile. Parmi ceux-ci, « Pas pleurer », de Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014, et « Beatus Ille », d’Antonio Munoz Molina, dont les éditions du Seuil publie le nouveau roman à la rentrée : « Comme l’ombre qui s’en va ». Hors catégorie, c’est le moment de lire enfin le chef d’œuvre de Miguel Cervantes, « Don Quichotte de la Manche ». Sans oublier Arturo Perez-Reverte (« La peau du tambour » et « Le maître d’escrime » ainsi que Edouardo Mendoza (« Petites infamies) et Manuel Vazquez Montalban (« La Rose d’Alexandrie »).

Lire la suite : Littérature : le tour du monde, les yeux dans les poches

Le destin de Laura UPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Juana, la servante, a consacré sa vie au service de la dynastie Ulloa dans l’austérité et la rudesse de la Galice, tournée vers l’Atlantique. Elle a été le témoin des déchirements et des tragédies qui ont marqué cette famille, dominée et dirigée d’une main de fer par le comte de Gondomar ; il impose à ses deux fils de vivre séparément et éloignés. Jacobo s’exile dans la luxuriante et exotique Cuba pour gérer les terres familiales, avec Rebecca son épouse et Laura leur fille. Raphaël reste à Vilavedra dans cette Galice inhospitalière et imprégnée de ces croyances paysannes et païennes. Juana évoque et suppute les vicissitudes et les évènements des rapports entre les membres d’une lignée en dehors de toute convenance : "Ces choses qui se savent mais qui ne se disent pas, soit qu’on ne le puisse pas, soit qu’on ne le doive pas, soit qu’on fait le vœu de les taire, à l’instar des indiscrétions, des rumeurs ou des légendes."

Lire la suite : Le destin de Laura U : l'indicible et inavouable hérédité

Ils vécurent heureuxPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ L'anti-conte de fées. L'écrivain prend ici le contrepied de la littérature populaire qui a fait rêver -ou cauchemarder- nos chères têtes blondes. Il revisite les mythiques problématiques de la séduction, de la manipulation ou de la magie tout droit sortis d'un grenier littéraire dans leurs apparats poussiéreux, avec un point de vue nouveau, inédit: la réalité.

Lire la suite : Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d'enfants et puis... : un anti-conte de fées savoureux

Call BoyPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Ryô, jeune étudiant, a perdu sa mère à l’âge de dix ans ; une blessure jamais refermée : "J’entends souvent résonner des bruits de pas dans mes rêves". Sa vie est banale, lisse, il fréquente sans assiduité l’université, rien ne semble l’intéresser, il partage son temps avec une neutralité et une inertie déroutante, travaille dans un bar…Il vit par dépit, indifférent des femmes.

Lire la suite : Call-Boy ou comment reconnaître et satisfaire les désirs féminins!

Fleuves foudroyesPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Vous n’entendrez sans doute pas parler des « Fleuves foudroyés », court roman d’un certain Douglas C. Bravo, paru chez un petit éditeur indépendant (Helvétius), dans les médias traditionnels. C’est pourtant une pépite d’une richesse littéraire rare.

Lire la suite : Les Fleuves foudroyés : Au cœur des ténèbres…

Avec joie et docilitéPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ C'est le futur, un futur possible, ou déjà là car ça se passe déjà en 2013. Un futur à l'envers, parce que l'action se déroule aussi dans les années cinquante. C'est imaginaire, mais terriblement documenté à partir d'extraits d'études et d'expériences réellement menées, et dont la reproduction ponctue le récit à l'occasion.

Lire la suite : Avec joie et docilité : une magistrale dystopie engagée à propos de la liberté politique et de la...

La concession françaisePar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Etrange cité, insolite Shangaï qui, en 1931, fait partie de la Concession Française, vestige colonial, "bouillon des cultures" occidentales et asiatiques : "La concession agissait comme une cuve de teinture, elle baignait tous les arrivants dans les couleurs de ses propres légendes. Cette cité, en suspens dans les airs, sans passé (et d’ailleurs aussi probablement sans avenir) transformait tous ceux qui y trempaient, quand bien même ils n’étaient que des visiteurs de passage, et les rendait pareils à elle. Sans passé, sans avenir, seulement pourvus de leurs légendes."

Lire la suite : Xiao Bai : un ouvrage d'espionnage dans la magie d’une ville métisse

L'improbabilitéPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ "Quelles nouvelles du petit Watteau?" Avec un humour délicat, Hannah Rothschild met en scène les pérégrinations d'un tableau d'Antoine Watteau dans ce roman d'une grande finesse. Finesse du propos, puisqu'il s'agit de confronter la création artistique aux marchands de tapis, et de ton puisque c'est avec humour et sobriété, quoique sèvèrement, que l'auteur a choisi de s'exprimer sur ce sujet polémique.

Lire la suite : L'improbabilité de l'amour : les pérégrinations exquises d'un tableau d'Antoine Watteau

13 façons de voirPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/  D’origine Irlandaise, Colum McCann appartient à cette catégorie d’auteurs difficile à situer. Comme s’il fallait entrer obligatoirement dans une catégorie ? Il a ainsi écrit un roman sur les SDF qui vivent dans les sous-sols de New York, où il réside, comme sur le danseur étoile Rudolf Noureev, ou sur les Tziganes et un funambule français. Bref, c’est un écrivain complet. Un romancier qui sait aussi écrire des nouvelles.

Lire la suite : Nouvelles : Colum McCann, digne héritier de Jim Harrison

La marquePar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ ...ça a l'aspect d'un roman. Avec présentation au début d'une "idée de roman", puis mise en scène de personnages de roman, dont un écrivain qui prend des notes pour son prochain roman.

Lire la suite : La marque et le vide : un "roman dans un roman" virtuose

RivazPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Hermine et Juste Rivaz, octogénaires en pleine forme vivent à la montagne. Ils ont deux enfants : Jonas, avocat fiscaliste infatué de son rang et de sa réussite, et Léonore dont la vocation moniale orthodoxe est en devenir. Leur fils leur a offert une croisière grand luxe : le jour même du départ, ils viennent annoncer au voyagiste leur décision de ne pas partir. Cette attitude  et cette volonté d’ "échapper à tout ce qui a été aménagé exprès pour ceux qui paient ", va bousculer, bouleverser l’accompagnatrice de voyage qui se lie d’amitié avec ce couple insolite, anachronique et tellement réaliste.

Lire la suite : Monsieur et Madame Rivaz : un roman qui dénonce le mercantilisme de nos destinées

Avant minuitPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Très jolie découverte que ce roman d'Ida Simons, traduit du néerlandais  par Mireille Cohendy et publié chez Belfond, "Une heure avant minuit ".Pianiste juive revenue de déportation, l'auteur s'inspire de souvenirs d'enfance pour mettre en scène le quotidien agité de son héroïne dans l'Europe d'entre deux guerres.

Lire la suite : Une heure avant minuit : la tourmente ordinaire entre croches et arpèges

Le cerclePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ En digne descendant de George Orwell et de William S. Burroughs, Dave Eggers renouvelle la littérature d’anticipation dystopique.  « Le Cercle », son nouveau roman, est le premier de notre nouvelle ère « hypernumérique ». Mais, avant d’aller plus loin, rappelons qui est ce Dave Eggers, considéré comme l’un des plus talentueux écrivains américains de la nouvelle génération.

Lire la suite : Dave Eggers : le trublion de la littérature américaine ou le cauchemar numérique


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal