Menu

La fin du monde est pour dimanchePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ François Morel, en réunissant ses meilleurs chroniques écrites pour France Inter, convoque sur le plateau une série de personnages tout aussi farfelus qu'attendrissants: la ménagère de cinquante ans inconditionnelle de Sheila, le journaliste de terrain assistant en direct à l'accouchement de la vierge Marie, l'homme amoureux d'une huître, le grand-père philosophe existentiel ou encore l'acteur-figurant qui n'a jamais été qu'un accessoire de plateau et qui rend un hommage touchant au théâtre! Il est accompagné d'une superbe scénographie de Thierry Vareille qui use essentiellement de jeux de lumière et de projections vidéos, mais également d'un piano automatique, clin d'œil des excentricités, des états d'âme, des amours et des bonheurs de ce conteur généreux. Rayonnant de charisme et d'énergie, François Morel prouve une fois de plus qu'à d'indéniables talents de comédien, il allie une plume qui croque l'humain avec autant de tendresse que de dérision.  

Lire la suite : François Morel : la prophétie émerillonnée d'un amoureux des mots

Janine TeissonPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ "Non!" c'est d'abord la rencontre de deux femmes : Janine Teisson, auteure gardoise de nombreux romans dont une nouvelle sur l'anorexie, "HP 67", et Emilie Chevrier de la Cie Filomène lors de laboratoires de travail à Théâtr'elle. De cette première collaboration nait une complicité et la pièce est ensuite jouée plusieurs fois. "Non!" est le monologue d'une jeune fille de 17 ans qui, dans les années 70, internée dans un asile psychiatrique parce qu'elle refuse de se nourrir, se sent " un puzzle éparpillé dans le noir". Se sentant incomprise par ses parents, le personnel médical et n'ayant aucune véritable amie, depuis qu'elle a dit oui à de futures fiançailles, " papillon tombé dans ( la) toile" de son petit-ami, elle n'arrive pas à formuler cette phrase qui la libérerait déjà un peu " Je ne veux pas me marier.". Elle s'exclame " Je ne veux pas être au service de celui qui dit "Je t'aime.". Passionnée de ses cours de philosophie au lycée, elle rêve d'une vie pour se sustenter exclusivement d'art, de lettres et de culture. Ressentant la vie comme une " forêt de contraintes", ne pas manger est sa manière de refuser l'existence qu'on lui propose. Le texte de Janine Teisson est sensible et pertinent : il nous amène à dépasser la problématique de la maladie pour s'interroger sur nos désirs et réaliser que le " non" est tout aussi constructeur et légitime que le "oui". La comédienne Emilie Chevrier s'approprie avec justesse cette jeune femme fragile et perdue, encadrée d'une scénographie épurée sur laquelle, en fond de scène, viennent se projeter de très belles séquences vidéos de Renaud Dupré. Rencontre avec Janine Teisson pour approfondir ce moment de théâtre touchant qui nous rappelle que " l'instinct de survie est plus fort que les interdits".

Lire la suite : Non ! : les mots de Janine Teisson s'unissent à la Cie Filomène pour offrir un portrait sensible...

Lamine  LezghadPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.fr/ Aller voir le spectacle de Lamine Lezghad c’est comme passer une soirée avec un très bon pote. Déjà parce qu’il a le don de partager et de faire que le public communie avec lui. Mais surtout parce qu’il est capable de sortir les pires horreurs qu’on n’ose jamais dire.

Lire la suite : Lamine Lezghad : "C’est en riant de tout, et avec tous, qu’on commence à avoir du respect les uns...

Omar PorrasPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Omar Porras, comédien, metteur en scène et pédagogue suisse d’origine colombienne, se forme à la danse et au théâtre en Europe. En 1990, il fonde le Teatro Malandro à Genève. Très vite, cette dernière s’affirme et se démarque par sa poésie éclaboussante de couleurs et d’inventivité, son énergie communicative et jubilatoire et sa capacité à fusionner les traditions occidentales et orientales.

Lire la suite : Omar Porras : "un théâtre qui parle de choses extrêmement profondes et graves sans perdre de vue...

La raconteuse de filmsPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Désert aride d'Atacama. Chili. Maria Margarita est devenue guide dans les mines de salpêtre. Au coeur de cette "province de l'Enfer", elle demeure comme un vestige vivant d'une époque qui a définitivement disparu, une flamme qui brûle encore et se rappelle une enfance heureuse où bras dessus bras dessous, avec ses deux frères, son père mineur et sa mère " coquette comme une artiste", elle partait le coeur léger au cinéma, cette "fabrique de l'illusion" qui autorisait une évasion sans pareille, passerelle magique " de la cruauté du monde réel à un monde merveilleux".

Lire la suite : La raconteuse de films : une superbe fable désenchantée au "coeur de grenade" de la Cie Teatrocinema

Paolo NaniPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Spectacle danois le plus joué au monde, "La Lettre" repose sur un principe simple: la même histoire est déclinée de 15 manières différentes...en marche arrière, sans les mains, en faisant deux choses à la fois, avec vulgarité, avec paresse, avec un coup dans le nez, sur le mode western ou en version film muet ou encore avec tout le geste emphatique d'un circassien... Paolo Nani joue de mimiques sur-expressives, d'effets oculaires tordants, de pitreries acabradabrantes, de grommelots et d'une récurrente interactivité avec le public...bref, une excellente leçon de théâtre sur l'art de savoir faire rire avec presque rien.

Lire la suite : La Lettre de Paolo Nani : un exercice clownesque désopilant

Guillaume SéveracPar Lagrandeparade.fr/ Guillaume Séverac Schmitz, acteur et metteur en scène, après sa brillante prestation d' «Un obus dans le cœur » en 2014, conquiert à nouveau le public avec sa mise en scène de « Richard II », oeuvre de jeunesse de Shakespeare. Dans cette tragédie, il est question de meurtres, de trahisons, de bannissements, de filiations et de renoncement au pouvoir. Richard II questionne les notions de pouvoir, de soutien ou d'abandon de ses pairs et s’avère une passionnante autopsie de la chute d’un roi.
Guillaume Séverac-Schmitz aime dire qu'il fait du théâtre avec rien. Mais avec lui, ce « si peu » a un très fort pouvoir d'évocation. L’espace scénique très dépouillé, occupé par sept acteurs qui jouent une quinzaine de personnages, procure de très belles sensations : rouge des pétales de rose et des projections liquides, fumées, bande sonore très travaillée et efficace. Le metteur en scène imagine Richard comme « le roi du plateau de théâtre » ; l’ensemble des acteurs sont partie prenante de cette dynamique et réussissent avec talent le pari de «  jouer à jouer » . 2h25 de spectacle qui happe par la force d'une mise en scène vivante et la justesse du jeu des comédiens. C’est le secret de cette alchimie que Guillaume Séverac-Schmitz nous révèle dans l'interview qui suit....

Lire la suite : Guillaume Séverac-Schmitz : « Richard II, c’est le roi du plateau de théâtre »

Cyril TestePar Elodie Cabrera - Lagrandeparade.fr/ Pourquoi choisir entre aller au cinéma ou au théâtre quand on peut faire les deux ? Nobody est une œuvre hybride. Une performance filmique plus précisément. Cette pièce jouée, filmée, montée et mixée en direct, sons et images, revêt une forme novatrice portée à bras le corps par une troupe de comédiens issus de l'ENSAD (École nationale supérieure d'art dramatique de Montpellier). Depuis sa première représentation au Printemps des Comédiens en 2013, elle rencontre un succès renouvelé. Comme chaque création signée par l'ingénieux metteur en scène Cyril Teste et le collectif MxM.

Lire la suite : Nobody : une vue imprenable sur la déshumanisation capitaliste

Julien BouffierPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Directeur de la compagnie Adesso e sempre depuis 1991 mais également du Festival Hybrides montpelliérain depuis 2009, Julien Bouffier, comédien et metteur en scène, n'a de cesse d'explorer de nouveaux textes, de nouveaux dispositifs scéniques, de nouveaux médias pour contribuer à l'évolution d'un théâtre résolument contemporain. Sa route a donc naturellement croisé le texte de Pascal Rambert, "L'art du théâtre", publié en 2007, dans lequel l'auteur exprime son refus du théâtre conventionnel, celui avec un "T" majuscule, dans lequel gravitent les "acteurs habituels" et leur "grande bouffonnerie", ceux qui ne pensent qu'à reproduire, imiter, comme font les chiens avec leurs maîtres, et qui milite, au contraire, pour un théâtre vivant et qui se nourrit de la chair du présent. Pour porter ce texte aussi vindicatif qu'incisif, Julien Bouffier a réuni deux Alex. Alex Selmane à la " puissance d'acteur (qui) va vous carboniser sur place", celui qui vient raconter ses salades à Alex Jacob, le cocker musicien, qui répond en cordes vibrées aux questions existentielles du premier. Une véritable et paradoxale déclaration d'amour à un théâtre qui doit faire "jouir", dont " le seul partenaire, c'est le présent" et qui veut bien " mourir sur les lèvres des illusions des jeunes filles".

Lire la suite : Julien Bouffier : "J'aime le théâtre qui parle du monde d'aujourd'hui, qui m'aide à le percevoir."

Richard 2Par Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Richard II de William Shakespeare est une fresque historique de trente personnages, à l'intelligibilité évidente pour les autochtones, bien moins pour les mangeurs de grenouilles que nous sommes. Pour faciliter notre immersion dans cet épisode de la Guerre des Deux-Roses, Guillaume Séverac-Schmitz a imaginé une version plus que dépoussiérée, vitupérante de jeunesse et de vitalité, délicieusement décalée et exaltée. Optant tout d'abord pour une adaptation, traduction et dramaturgie exclusives, il nous offre l'occasion d'entendre Shakespeare d'une manière bien moins classique qu’à l’accoutumée, rafraîchissant sans l'outrager l'icône sacrée; le verbe se pare ainsi de modernité et d'un franc-parler, dans certaines répliques, cherchant à restituer par sa teneur argotique les niveaux de langue variés qu'utilisait Shakespeare et que les traductions conventionnelles n'osent pas souvent reproduire. A l'ouverture de la pièce, il choisit ensuite de reproduire le meurtre du duc de Gloucester, à l'origine de la dispute entre Bolingbroke et Mowbray, une scène qui n'existe pas dans l'œuvre originale mais permet aux non-initiés d'avoir sous les yeux l'objet du conflit, d’en mesurer la gravité et d’en mieux percevoir les enjeux.

Lire la suite : Richard II : la dynamique du gain et de la perte selon Guillaume Séverac-Schmitz

L'autre GaliléePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Galilée est en vedette, ces dernières années, sur les planches. La version de Cesare Capitani apporte cependant davantage de charme et de vivant que la version de Paul Claudel, peu digeste du point de vue de sa longueur et de sa précision scientifique.

Lire la suite : L'Autre Galilée : la tête dans les étoiles en compagnie de Cesare Capitani

Le MéridienPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Paul Celan, poète juif roumain de langue allemande, fait un discours aussi singulier qu'inspiré en 1960, à Darmstadt lors de la remise du prix Büchner. Il y parle de sa propre pratique, jouant à la fois "avec tous les codes d'un discours de réception mais qui se dévoile peu à peu comme une performance poétique ".

Lire la suite : Le Méridien : une " poignée de main" mémorable entre Nicolas Bouchaud et Paul Celan

ça iraPar Marie du Boucher - Lagrandeparade.fr/ Presque quatre heures et demie de spectacle, en banlieue, il fallait être motivé. On signe pourtant, et on est emporté, durant toute la soirée, dans le tourbillon de la Révolution.

Lire la suite : Ça ira : Joël Pommerat dans le tourbillon de la Révolution Française

L'homme rougePar Marie du Boucher - Lagrandeparade.fr/ Quelle tentative, d’essayer de donner à entendre l’œuvre de Svetlana Alexievitch au théâtre ! L’auteure biélorusse, récompensée par le Nobel cette année, s’est attaquée à la fin de l’empire soviétique dans son dernier opus, "La fin de l’homme rouge". Elle demeure fidèle à sa méthode : aller interviewer des gens, et de ces entretiens, tirer des livres. Tout l’art consiste alors à transformer la parole orale en parole écrite. Svetlana Alexievitch expliquait notamment au Théâtre de l’Odéon lundi 2 novembre 2015 que cinquante pages d’entretien aboutissaient parfois à seulement une demi-page dans ses écrits.

Lire la suite : La fin de l’homme rouge : une adaptation peu convaincante du requiem de Svetlana Alexievitch


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal