Menu

la leçonPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Chaque relation humaine est mue par une rencontre, un ressenti, un échange verbal ou non verbal : le corps s’exprime autant qu’il vibre, ressent et transpire des émotions. Quoi de mieux pour les mettre en exergue qu’une pièce revisitée en théâtre dansé et en mouvement ? C’est le pari et le parti pris du duo Pietragalla / Derouault qui signe avec La Leçon une superbe adaptation de l’œuvre de Ionesco.

proustPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ Monsieur Proust dresse le portrait de Céleste, femme dans l’ombre, gouvernante et confidente intime de l’écrivain.

dom juanPar Christian Kazansdjian - Lagrandeparade.com/ Un nouvel opus de l’œuvre de Molière aux airs et perspectives ancrés dans notre époque. Salutaire.

vie Par Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Jour de fête : on rit, on danse, on s’entrelace, on communie ensemble, les corps sont en mouvement, les visages détendus arborant des sourires de joie. Rien ne semble pouvoir troubler ce moment de célébration d’une réussite, celle de Sam, brillant avocat new-yorkais, marié à une femme issue des plus riches familles juives de la ville, médiatisé et prisé qui transforme tout ce qu’il entreprend en or.

AstridPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ Astrid, en chants et alexandrins, décline les codes du théâtre classique avec de fortes touches de modernités. Drôle et bluffant.

sonatePar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ Sonate, à partir d’une fiction mettant en présence Mozart et le mystérieux Köchel, nous plonge dans l’éprouvant processus de la création.

incertitudePar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Théorème de physique, le principe d’incertitude expose qu’on ne peut connaître en même temps la position et la vitesse d’une particule. Alors qu’en est il quand deux particules, un homme et une femme que rien ne prédisposait à se rencontrer, se croisent sur le quai d’une gare londonienne ?

poupées persanesPar xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Le théâtre est le trait d’union entre rêve et réalité, l’art qui transforme le quotidien en un imaginaire, la possibilité de réécrire l’histoire ou d’en changer la portée. Pourtant rarement une pièce n’a fait aussi écho à l’actualité et à la révolution iranienne en cours.

voyageurs du crimePar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ La guerre civile gronde en Turquie dans cette année 1908 mais rien ne semble pouvoir troubler la quiétude à l’intérieur de l’Express d’Orient, train mythique ancêtre de l’Orient Express, dont les riches passagers s’émeuvent à peine de quitter le territoire ottoman si rapidement.

glennPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Le silence se fait, le temps s’arrête, le bras et la main se lèvent dans un même accord et se suspendent avant de plonger sur les touches du piano. Le corps avachi, le visage si proche du clavier pour en ressentir les vibrations, ce visage qui murmure et fredonne pour ne faire qu’un avec les notes.

l'eau des fleursPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ S’appeler Toussaint ce n’est pas banal, mais quand on est garde-cimetière ce n’est plus une vocation, c’est un destin. Pourtant ce destin, pas plus que son nom, Violette ne l’a choisi : née sous X, mariée à Philippe qui a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces, ancienne garde-barrière devenue gardienne du cimetière de Brancion-en-Châlon, petit village bourguignon.

orquePar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Bienvenue dans « Les gros patinent bien », destination théâtrale phare de 2022 où l’on vous promet de grands éclats de rire, des yeux écarquillés devant tant d’ingéniosité et un imaginaire qui va réveiller votre âme d’enfant.

AladinPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.com/ Un plongeon en Arabie à la rencontre d’Aladin et de Jasmine, où se mêlent tendresse, humour et rebondissements. Comment ne pas être séduit par des artistes aux multiples talents ? De la chanson, à la danse, en passant par la magie, les ingrédients sont bien présents pour passer un très agréable moment.

Aladin (interprété par David Courrèges), est le fils du tailleur Mustapha. C’est un jeune garçon turbulent, aux mauvaises manières, qui passe ses journées à traîner dans les faubourgs de la ville. Un jeune homme qui semble bien facile à duper… C’est ce que le sombre Jafar tentera de réaliser en se faisant passer pour un oncle longtemps absent.
Mais le futé Aladin, moins naïf qu’il n’y parait, parviendra à se tirer d’un très mauvais pas, et fera la rencontre qui bouleversera sa vie. Quelques frottements sur une vieille lampe d’apparence sans valeur fera apparaître … une femme génie ! Ingrid Courrèges, dans ce rôle longtemps gardé par la gent masculine, réalise une très belle prestation. De la grâce, de la prestance, et un dynamisme très appréciables qui donnent le rythme nécessaire à cette pièce.
David Courrèges n’en démérite pas. Sa fraîcheur et sa légèreté collent parfaitement à l’image que l’on se fait du héros, particulièrement lorsqu’il rencontre Jasmine, la fille du Sultan, chez un marchand de tissus.
Encore une fois, on applaudit très vivement le théâtre pour l’effort fait en matière de décors, de costumes et pour leurs installations sonores et visuelles. Les petits, et les moins petits sont très rapidement captivés par cette mise en scène à la fois moderne et fidèle du conte oriental que nous connaissons si bien. On recommande !

Dates et lieux des représentations:

- Le 2 octobre 2022 à 11h, Théâtre de l’Odéon, ZAC du Fenouillet, Pérols ( 34)

berlinPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Berlin Berlin, nom qui sonne double pour Berlin côté Est et Berlin côté Ouest, le Mur dressé entre les 2 dans cette histoire se situant dans les années 80. Emma rêve de s’enfuir à l’Ouest et pour cela se fait embaucher comme aide-soignante chez Mme Werner, dont elle a remarqué que le Mur était mitoyen. Elle en profite, une fois la vieille dame endormie au rythme de Kalinka, pour faire rentrer son mari Ludwig et creuser un tunnel au sous-sol. Manque de chance, le fils Werner n’est autre qu’un agent de la Stasi et l’appartement se révèle au fur et à mesure des visites, un repère de passage et de rencontre des espions. Werner, en plus, commence à s’éprendre d’Emma. Dans l’urgence de chacun de ne pas se faire repérer, qui sortira gagnant ?

La pièce se construit comme un vaudeville avec un enchainement de scènes drôles et de péripéties rocambolesques mettant à l’honneur le comique de situation et de répétition. A chaque fois que l’un pense toucher au but, pour sa carrière côté Warner, ou côté aboutissement du passage souterrain secret côté Emma/Ludwig, un nouvel événement permet à l’histoire de rebondir de manière burlesque. Entre scènes cocasses, quiproquos et répliques cinglantes qui font mouche, l’histoire ne manque ni de piquant ni d’humour, même si parfois certains gags ou certaines situations sont prévisibles et peuvent être caricaturaux. Il n’empêche que l’on ne s’ennuie pas et que l’énergie et le rythme de la pièce nous emportent dans ce tourbillon d’absurde.
Du dynamisme, Berlin Berlin n’en manque pas : ça court, ça traverse, ça s’en va et ça revient, ça chuchote, ça parle fort voire ça crie.

La scénographie, très réaliste, nous plonge dans l’univers des années 80 : canapé d’époque, tapisserie kitsch, affiche de propagande et faucille et marteau en guise de décoration. Les changements de scène entre l’appartement et le bureau de la Stasi sont mis en valeur par un jeu de lumières recréant une ambiance tantôt sereine, tantôt angoissante. Les costumes apportent la touche finale par un esthétisme soigné et apportant une plus-value historique à l’ensemble. On remarquera aussi l’utilisation intelligente de la vidéo notamment sur l’entrée où la projection filmée du Mur apporte du cachet et un imaginaire très ancré dès le début de la pièce.

Pour porter cet ensemble survolté, la troupe s’en donne à cœur joie avec des personnages affirmés : Emma en mode courage, son mari Ludwig plus penaud et pataud qu’autre chose dont la mollesse fait le contrepoids à l’assurance de sa femme, Werner en fanatique sans scrupule mais mielleux quand il est séduit.

 Berlin Berlin est une pièce agréable à voir et à suivre où la légèreté et la douce folie nous entrainent dans cette comédie historique. Entre quiproquos et malentendus qui les éloignent de leur objectif, notre couple de « Pieds nickelés » jongle avec tendresse et humour dans les mailles du nid d’espion dans lequel ils se trouvent.

Berlin, Berlin

Une pièce de Patrick Haudecœur et Gérald Sibleyras
Mise en scène : José Paul
Avec Maxime d’Aboville, Lysiane Meis, Patrick Haudecœur, Loïc Legendre, Guilhem Pellegrin, Marie Lanchas, Claude Guyonnet,  Gino Lazzerini
Décor : Édouard Laug / Costumes : Juliette Chanaud / Lumière : Laurent Béal / Musique : Michel Winogradoff / Assistant mise en scène : Guillaume Rubeaud
Une coproduction : Théâtre Fontaine - Pascal Legros et Cinéfrance Studios - David Gauquié et Julien Deris

Dates et lieux des représentations: 

Du 8 septembre au 21 décembre 2022 au Théâtre Fontaine ( 10 rue Pierre Fontaine, 75009 Paris) 

 

Sous-catégories


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal