Menu

Claire BarrePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Un samedi de février 2014, un déjeuner en famille. Soudain, un visage d’Indien apparait à Claire Barré, scénariste et romancière. « Une fine paroi transparente, courbée comme la rétine d'un œil, se plaça subitement entre le monde et moi, et sur cette paroi était imprimé le visage d'un chef indien ».

Lire la suite : Claire Barré : Voyage en terre sioux

dugainPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Deux assassinats- celui du président américain J.F. Kennedy en 1963 et celui de son frère Robert, cinq ans plus, alimentent le nouvel et saisissant roman de Marc Dugain : « Ils vont tuer Robert Kennedy ».

Lire la suite : Ils vont tuer Robert Kennedy : Marc Dugain, une Histoire américaine

Albin michelPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / A la toute fin du livre, une précision : « Ce roman n’existerait pas sans ces travaux d’historiens, de sociologues, de mémorialistes et d’écrivains. La mise en scène des personnalités ayant appartenu à l’Histoire reflète ces mémoires véridiques ». Voilà peut-être bien une des raisons de la richesse romanesque de « La vie ne danse qu’un instant » de Theresa Révay qui, pour l’occasion, a reçu le prix Simone Veil 2017. Fresque historique au long cours sur plus de 500 pages, le nouveau livre de l’écrivaine remarquée en 2008 pour « La Louve blanche » nous transporte dans le temps, en 1936. On y découvre Alice Clifford, reporter américaine tout terrain pour le « New York Herald Tribune ». On est à Rome, Benito Mussolini triomphe- il vient de conquérir l’Abyssinie. Dans le même temps, Alice entretient une liaison avec Don Umberto Ludovici, c’est un diplomate proche du pouvoir fasciste, il est marié et père de famille. Toutefois, l’amour n’aveugle pas la reporter : elle aime trop la liberté pour se laisser attraper par le mirage des dictatures.

Lire la suite : La vie ne danse qu’un instant : Theresa Révay, entre Histoire et romance

La tressePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une dédicace « aux femmes courageuses » et le rappel de la définition du mot « tresse » : assemblage de trois mèches, de trois brins entrelacés. Un échange entre Rémy de Gourmont et Simone de Beauvoir sur le « mystère de la forêt de tes cheveux », et le départ vers l’Inde, une ville de l’Uttar Pradesh.

Lire la suite : Laetitia Colombani : histoires de cheveux…

minusculesPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Paris, été 1944, les esprits s’agitent à la perspective d’un débarquement imminent et d’une probable prochaine libération de la France occupée. Paris pullule d’affairistes en tout genre, de marchés noirs et de réseaux douteux…collabos, résistants, opportunistes forment un embrouillamini où règne la suspicion, l’ambiguïté, la dénonciation. La culture et les bordels sont inféodés à Vichy et aux officiers allemands. Juan Vega, un catalan pur et dur qui a fui l’Espagne et Franco, va se retrouver par le plus grand des hasards amoureux d’une jeune juive servante dans une maison close et…résistant malgré lui…

Lire la suite : Edouard Bernadac : Grandeur et bassesse, héroïsme et disgrâce dans le « Faubourg des minuscules »

CastillonPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Au hasard des pages, on tombe sur ces mots : « Je voudrais son regard flou sur moi quand il se retourne et qu'il me voit. Je voudrais ses yeux roses de lapin, son odeur de papa pourri. Aujourd'hui, il sent le frais, le propre. Et c'est à Estelle qu'il sourit. A moi, aussi, dit-il quand je pleure. Mais je peux pas aimer son bonheur ». Oui, on ne le dira jamais, on ne l’affirmera jamais assez : Claire Castillon est bien la meilleure auteure française de nouvelles. Et elle le prouve une nouvelle fois avec « Rebelles, un peu »- un recueil de vingt-neuf courtes nouvelles, toutes consacrées à l’adolescence, cette période où « deux semaines, c’est quatre vies ». Jusqu’alors, tant dans ses romans qu’avec ses nouvelles, l’auteure distillait du sombre- là, cette fois, elle penche pour un peu de douceur même si, dans « Garde bien ta clef autour du cou » (la dernière du livre), elle retrouve la causticité et le goût du terrible qui ont fait sa réputation.

Lire la suite : Rebelles, un peu : Claire Castillon au pays de l’adolescence

SubutexPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il s’est fait attendre- et c’est bien le moins qu’on puisse lui dire ! Il devait nous revenir pour une troisième aventure à l’automne 2015 et l’ancien disquaire se pointe seulement en cette fin de printemps 2017. Deux ans sans la moindre nouvelle de l’ancien disquaire… Bon, on ne lui tiendra pas trop rigueur, enfin il est là. Et il nous salue, avec toute sa ribambelle, dans « Vernon Subutex 3 », le troisième et ultime tome des aventures de l’ancien disquaire, squatter de canapés des copains et de lits de (petites) amies d’une nuit ou de plusieurs jours. Des aventures rock et prophétiques mises en mots par Virginie Despentes qui, avec ce volume, met fin à sa série littéraire- comme d’autres goupillent des séries télé.

Lire la suite : Virginie Despentes : c’est apocalypse, now !

Pascal QuignardPar Serge Bressan -  Lagrandeparade.fr / Grand maître d’écriture, depuis bientôt cinquante ans, Pascal Quignard glisse régulièrement un livre dans les rayons des librairies. Tantôt roman, tantôt essai, voire recueil de poésie, contes, nouvelles… En 1991, il a connu le succès quand son roman, « Tous les matins du monde », a été adapté au cinéma par Alain Corneau. En 2002, il a reçu le prix Goncourt pour « Les Ombres errantes », tome 1 de « Dernier Royaume ».

Lire la suite : Dans ce jardin qu’on aimait : Pascal Quignard, la musique et l’amour…

BonnetPar Nelly Bonnet - Lagrandeparade.fr/ Il y a Lina, working-girl/success-woman acharnée, rigide, affirmée et douée surtout. Et dans un monde parallèle au sien il y a Tristan, varappeur tranquille beaucoup plus passionné par son sport/art que par son job ou sa petite-amie. Une photo, un hasard les réunissant pour une courte minute va déchaîner à parts égales les cieux sans nuage de la star des médias et du grimpeur anonyme.

Lire la suite : #BONNET : un récit frénétique qui interroge notre propre consommation des réseaux sociaux

TeodoroPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Alors qu’il est étudiant, Aldo Brandini trouve sur sa table de travail le livre de Julien Gracq, Rivage des Syrtes, sur lequel figure une dédicace sibylline, énigmatique… »Pour que tu saches d’où tu viens »…sans doute écrite par son père… ?

Lire la suite : Je transgresserai les frontières : « Pour que tu saches d’où tu viens »

A mes yeuxPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Victor Crescas a été abandonné par son épouse, sèchement et brutalement, amenant avec elle Tom leur plus jeune enfant.

Lire la suite : A mes yeux : « Un printemps qui n’a pas existé »

GavaldaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr/ Avec son huitième livre- « Fendre l’armure », Anna Gavalda revient à la nouvelle. Et déjà, on sait que ce sera un des livres de l’été. Un des best-sellers.

Lire la suite : Anna Gavalda : retour à la nouvelle

cowboy lightPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Il vient des quartiers pauvres, où la vraie chance de certains, c'est de ne jamais avoir trop demandé à la vie, et où les garçons respirent les nuisettes piquées aux filles pour tenter de "sentir le bonheur."

Lire la suite : Frédéric Arnoux : une idylle pas si light que ça...

LecontePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr/ Sur son CV, il déroule trente films, dont quelques cultissimes (la série « Les Bronzés ») et autres chefs-d’œuvre (parmi lesquels, « Tandem » ou « Le Mari de la coiffeuse »). A 69 ans, Patrice Leconte est un hyperactif- passe allègrement de la réalisation ciné ou pub à la mise en scène au théâtre sans oublier l’écriture romanesque. En ce printemps, après « Les femmes aux cheveux courts » (2009), « Riva Bella » (2011) et « Le garçon qui n’existait pas » (2013), il publie son quatrième roman, « Louis et l’Ubiq », lhistoire d’un homme qui peut être, en même temps, ici et ailleurs.

Lire la suite : Patrice Leconte : « L’écriture, c’est un vrai plaisir ! »


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal