Menu

musiquePar Dominique Flacard - Lagrandeparade.fr/ Elles avancent à longs pas glissés sur une vocalise sinueuse et nous entraînent dans un chant de mariage yiddish. Ainsi débute le concert «  Sur le départ », concocté par le Trio Milata, trio vocal féminin a capella.

Frédéric ZeitounPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / On en connait certain.e.s qui prônent le remède à la mélancolie. On en connaît un autre qui, lui, connaît le remède au blues du dimanche soir. Quand il arrive sur scène, Frédéric Zeitoun offre d’emblée son immense sourire.

ChrisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Enfin… Annoncé depuis mars dernier, il est enfin arrivé ce 21 septembre- comme pour boucler l’été. Il, c’est « Chris », le deuxième album de la Française Christine and the Queens- née Héloïse Letissier le 1er juin 1988 à Nantes.

paris à l'infiniPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.fr/ L’Amour à Paris, on le chante, on le rêve, et on le vit/revit au théâtre de la Contrescarpe. « Paris à l’infini », c’est un sympathique spectacle musical, original, dynamique, sur les amours parisiennes au fil des décennies. Les redoutables passions, les émois éphémères, les rendez-vous manqués…

covertrampPar Philippe Delhumeau - Lagrandeparade.fr/ Supertramp, le groupe de rock progressif britannique, fit tourner la planète terre à l’envers pour des millions de personnes avec des titres légendaires, Crime of the Century, The Logical Song, Breakfast in America, Don’t Leave Me Now, Free as a Bird… Et la liste est loin d’être exhaustive.

ABC d'airsPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une salle à peine enveloppée dans le noir, et soudain, du fond surgit une jeune femme, elle lance des « Ah ! » sur plusieurs tons. S’avançant vers la scène, elle est rejointe par trois femmes- elles aussi proposent des variations sur le même thème.

loizeau Par Guillaume Marcenac - Lagrandeparade.fr/ A sa manière d'entrer sur scène d'un pas décidé, pieds nus et vêtue d'une robe blanche, on sent - avant même de l'entendre - toute la détermination d'Emily Loizeau. Une artiste qui a des choses à dire.

TraviataPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler que "La traviata", opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (créé le 6 mars 1853 à La Fenice de Venise sur un livret de Francesco Maria Piave), s’inspire du roman d'Alexandre Dumas fils, "La Dame aux camélias" (1848) et de son adaptation théâtrale (1852). Ce n’est sans doute pas un hasard si cette histoire a séduit Verdi qui vivait en concubinage avec Giuseppina Strepponi et se heurtait à l’hostilité à la bourgeoisie cléricale de Parme et de son beau-père. En janvier 1852, Verdi écrivait d'ailleurs : « [...] Je n'ai rien à cacher. Une femme habite chez moi. Elle est libre, indépendante, elle aime, comme moi, une vie solitaire qui la mette à l'abri de toute obligation. Ni moi, ni elle ne devons de compte à qui que ce soit... ».

MinaPar Guillaume Marcenac - Lagrandeparade.fr/ Mina est un groupe composé de musiciens portugais, d'une chanteuse elle aussi portugaise et d'une chanteuse palestinienne. Les textes et influences musicales sont donc particulièrement cosmopolites, inspirés en grande partie de traditions tant latines qu'orientales.

GainsbourgPar Guillaume Marcenac - Lagrandeparade.fr/ "Nul ne le saura jamais", dont voici un extrait ci-dessous, fait partie d'une série de 10 chansons inédites de Serge Gainsbourg que Jean-Paul Wabotaï a mises en lumière avec la parution en 2010 d'un album intitulé "AmourS Gainsbourg". Ces textes, dont nulle trace enregistrée n'existait, avaient été découverts par Wabotaï à la lecture de "Dernières nouvelles des étoiles", l'ouvrage de Franck Lhomeau regroupant l'intégralité des chansons de Gainsbourg. 

Charlelie CouturePar Guillaume Marcenac - Lagrandeparade.fr/ Sur scène, Julien Fortier, auteur-compositeur-interprète-guitariste-harmoniciste, est accompagné d'une formation minimaliste : Florian Beigbeder aux claviers et Laurent Guillot aux drum pads. Des sonorités et arrangements dignes de Melody Nelson, au service de textes poétiques, pas toujours gais mais souvent ironiques. La voix ténébreuse et particulièrement expressive de Julien Fortier distille les mots dans un style qui n'est pas sans rappeler celui d'Arthur H. Une première partie intimiste, qui offre un contraste remarquable avec la volubilité de la musique cajun de la seconde. 

Kronner on the rocksPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ A priori, « Ruth 66 » et « Tony 75 » n’ont pas grand-chose en commun. Elle ne jure que par le rock and roll, du genre brutal (ACDC). Lui est plus délicat, romantique : son truc c’est le jazz. Fan d'Audrey Hepburn, son idole est Sinatra. Ils sont pourtant voisins et inscrits sur le même site de rencontre. Dit comme ça, on pourrait trouver le pitch de Krooner on the rocks tiré par les cheveux… Et pourtant ça fonctionne à merveille. Un mur les sépare. Mais un mur de notes.

Vanessa LiauteyPar Victor Waqué - Lagrandeparade.fr/ « Bérénice » est un concert pas comme les autres. Les musiciens jouent, mais pas que. Ils sont aussi comédiens. Adaptant la fameuse pièce de Racine « Bérénice », les cinq artistes chantent en alexandrins cette histoire d'amour sans issue. Transporté dans l'époque romaine, le spectateur savoure ce moment où la musique, les mouvements et les mots s'entremêlent.

Barbier Par Daniel Bresson - Lagrandeparade.fr/ La Scène Nationale de Sète a la bonne idée, dans sa programmation, de dévouer une part importante au lyrique. Ainsi, chaque saison, les spectateurs ont la chance de découvrir trois oeuvres du répertoire de l’opéra et de l’opérette.


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal