Menu

Romans français

« Monsieur Bouboule » de Patrice Leconte : rencontres avec un très gros homme…

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 224

bouboulePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Tout commence dans une pharmacie de la rue Lepic, Paris 18ème arrondissement. Un homme entre, la pharmacienne lui demande ce qu’il veut, il répond : « Je voudrais me peser », elle est interloquée, il poursuit : « Oui, savoir combien je pèse, quel est mon poids, me peser, quoi ». Autrefois, dans les pharmacies, on pouvait se peser- ce temps-là est passé. Le client dit aussi : « Je comprends, mais c’est fâcheux », et de saluer l’apothicaire qui lui suggérait de faire « l’acquisition d’une bascule pour chez vous »… Nous voilà embarqués dans le septième roman de Patrice Leconte, 74 ans, cinéaste, metteur en scène de théâtre et d’opéra, scénariste de BD et aussi écrivain, c’est « Monsieur Bouboule », sous-titre : « Rencontres avec un très gros homme ». Monsieur Bouboule, Jean-Dominique Giraudy pour l’état-civil, 33 ans, accuse 176 kilos sur la balance- il travaille dans l’administration, assis derrière son guichet, et assure que, lorsqu’il aura atteint 180 kilos, il se suicidera. Un jour, le narrateur doit régler quelques affaires administratives à l’égard desquelles il nourrit une certaine incompréhension, voire phobie. Il s’adresse à Monsieur Bouboule qui, en un rien de temps, lui règle l’histoire. Reconnaissant, le narrateur l’invite à boire un verre au café du coin quand il aura fini sa journée de travail. Se noue alors, au fil des jours, une amitié. Par petites touches, presque impressionnistes, Monsieur Bouboule se dévoile. Le narrateur lui suggère d’arrêter de manger, il lui répond que ce n’est pas possible, il aime manger. Ah ! l’escalope lorraine… En seize chapitres d’un livre court et léger (c’était bien le minimum !), homme d’élégance et de modestie, Patrice Leconte manie l’humour noir et la fantaisie tragique comme personne. Avec « Monsieur Bouboule », il conte l’histoire d’un très gros homme. Surtout, il magnifie l’amitié et la bienveillance. La tolérance, aussi. Et le droit à la différence.

Comment ce Monsieur Bouboule est arrivé jusqu’à vous ?
Je ne voulais pas faire n’importe quoi ! L’histoire me trottait dans la tête depuis un moment. Je savais que je souhaitais un livre court, et je tournais autour. Les images de Monsieur Bouboule me venaient, et l’envie de raconter était toujours là. Pendant le premier confinement au printemps 2020, j’ai eu du temps. J’ai écrit.

Il était évident, pour vous, que « Monsieur Bouboule » était un roman, et non pas un film ?
Quand les idées ou les envies me viennent, je ne me pose pas la question. Ça devient tout simplement ce que ce doit être, et « Monsieur Bouboule », aucun doute, c’était un roman. J’ai écrit à mon rythme, j’ai laissé reposer, j’y suis revenu… Quand j’écris un livre, quand je réalise un film, je sais si ça me plaît. A chaque fois, j’y ai cru. Et cette fois encore, j’y crois !

Pour l’écriture de son histoire, Monsieur Bouboule vous tenait la main ?
D’abord, on ne peut pas travailler avec des certitudes. Ensuite, je ne voulais pas un texte trop long. Mais, avant même le commencement de l’écriture, je savais comment ça allait se terminer. Un roman, c’est comme un Lego. En gros, je sais où je veux aller mais j’ignore comment y aller ! Et j’ai besoin de me surprendre…

Monsieur Bouboule, c’est vous ?
Ça aurait pu être moi, oui ! Enfant, j’étais rondouillard… et croyez-moi, être rondouillard, c’est agaçant… Je suis toujours surpris par les gens qui se laissent aller à être très gros. Il y a, chez eux, comme une démission. Chez Monsieur Bouboule, oui, il y a eu démission. Et des Monsieur Bouboule, j’en connais plusieurs, je les croise dans la rue.

A la lecture, on comprend que Monsieur Bouboule, 176 kilos sur la balance, ne s’aime pas…
Tous les très gros sont ainsi, ils ne s’aiment pas, ils se détestent et on se moque tant d’eux. Parfois avec mesquinerie pour celui qu’on qualifie de « bon gros », parfois avec méchanceté. Je me suis ingénié à écrire, sans faire de jeux de mots, un livre léger sur un sujet lourd. J’ai écrit un livre qui fait montre d’une forme de bienveillance. Un livre qui rappelle qu’il faut être attentif à la différence…

leconteLe narrateur de votre roman s’interroge : Monsieur Bouboule est-il gros parce qu’il est malheureux, ou malheureux parce qu’il est gros ?
Je n’ai pas de réponse définitive. Il est les deux à la fois. Gros et malheureux, il a lâché la rampe, il s’est abandonné… Ne dit-on pas qu’il vaut mieux faire envie que pitié ? Monsieur Bouboule a honte d’être arrivé à ce poids absurde. Adolescent, il a fugué sur un coup de tête. Il est revenu au bout de deux jours chez ses parents : être seul et sale, ne pas pouvoir se nourrir, c’est désespérant et dérisoire.

Un des beaux et grands moments du roman se passe dans ce café où Monsieur Bouboule et son ami le narrateur boivent régulièrement du chablis. Ce moment où Monsieur Bouboule invite son ami à danser, là, sans musique…
La danse, elle m’est venue pendant l’écriture. Ça me plaisait, cette idée, un gros homme qui danse le rock… Une façon de dire aussi, pour Monsieur Bouboule, que s’il devait se préoccuper du regard des autres, il ne s’en sortirait jamais. Avec Monsieur Bouboule, on apprend à se moquer du regard des autres, le plus important est de tenter, d’essayer. Il a admis le fait qu’il est spectaculairement gros et s’il est sensible au regard des autres, il ne fait plus rien…

Votre héros est aussi terriblement émouvant. Quand il invite son ami le narrateur à venir chez lui, il lui montre sa chambre. Sur le lit, il y a des dizaines d’animaux en peluche…
… mais Monsieur Bouboule est resté un gros enfant. Si on lui demande pourquoi ces peluches, il ne répond que par trois mots : « c’est doux »… Ces peluches, c’est une compagnie dérisoire, mais pour cet homme, c’est une compagnie.

On ne dévoilera pas la fin de votre roman… Disons simplement qu’elle n’est pas vraiment légère…
… mais il m’était impossible d’envisager un happy end. Dans la vie de Monsieur Bouboule, il y a quelque chose d’inéluctable. Et franchement, je n’ai pas cherché une fin heureuse.

Dans une récente Bande Dessinée qu’ils vous ont consacrée, les auteurs Nicoby et Joub s’interrogent à votre sujet. « Il est quand même incroyable, écrivent-ils. Il est combien, ce cinéaste ? Plusieurs probablement »…
J’ai la prétention d’avoir assez d’idées pour ne pas recycler ! Dans ma tête, on est peut-être plusieurs ! En fait, je travaille beaucoup, je ne me ménage pas. J’ai des envies. Nombreuses. Mais je suis tout seul. Et plutôt organisé. C’est Jean Rochefort qui, à mon sujet, disait : « Patrice, quand il s’assied- ce qui est rare, il ne sait pas qu’il a deux fesses… » Je suis un hyperactif. Me transformer en limace, certainement pas !

Monsieur Bouboule
Auteur : Patrice Leconte
Editions : Arthaud
Parution : 13 octobre 2021
Prix : 18,50 €

Depuis toujours, cet homme hors normes, dont personne ne pouvait estimer le poids avec exactitude, se faisait appeler Bouboule, ou, plus précisément, on l’appelait Bouboule, ce qui était un pléonasme un peu simpliste, comme si on avait mis un coup de Stabilo sur sa morphologie, mais ça ne lui plaisait ni ne lui déplaisait, en fait il s’en tapait, il trouvait même ce surnom presque affectueux, en fait, il s’en accommodait…

Crédit pour le doc portrait: Photo Térèze Wysocki

« Chevreuse » : Patrick Modiano sur la trace de ses fantômes…

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 447

modianoPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il pourrait filer à cloche-pied sur la Grande Muraille de Chine, s’arrêter à San Salvador, faire des puzzles, voire des romans-photos ou encore étonner une personne qui se prénommerait Benoît… A 76 ans, il préfère revenir en Chevreuse, cette vallée du sud-parisien où il a passé une partie de son enfance. Lire la suite...

« Une éclipse » de Raphaël Haroche : que des bonnes nouvelles !

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 501

une éclipsePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il y a des femmes- elles peuvent se prénommer Claire. Des chiens aussi- on les appellera Bowie… Et, après l’avoir fait au printemps dernier, en cet automne on reprend le dernier ferry pour le paradis. Ainsi, on sera pris dans un tourbillon à douze temps, un voyage en douze étapes- une lecture de douze nouvelles regroupées sous un titre simple, « Une éclipse ». Le deuxième livre de Raphaël Haroche, après « Retourner à la mer » paru en 2017 et prix Goncourt de la nouvelle. Avec son seul prénom, Raphaël était venu à nous au printemps dernier avec « Haute Fidélité », son neuvième album grandement habité par le souvenir du chanteur et musicien Christophe, le « beau bizarre » parti après avoir été attrapé par la Covid le 16 avril 2020… Lire la suite...

« Enfant de salaud » de Sorj Chalandon : mon père, ce menteur…

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 431

 salaudPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Rien moins qu’un brouillard de mensonges. Et aussi une confidence : « J’ai passé mon enfance à croire passionnément tout ce qu’il me disait, et le reste de ma vie à comprendre que rien de tout cela n’était vrai ». Lire la suite...

« Rêver debout » de Lydie Salvayre : lettres à Cervantes

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 621

QuichottePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / D’emblée, on lit : « Monsieur, je vous le dis tout net, je ne suis pas d’humeur à rire, et les façons dont vous traitez votre Quichotte ne sont pas de mon goût. Vous prétendez que son cerveau, tout empli des fadaises qu’il a lues dans des livres et qu’il croit véridiques, l’amène à commettre des actes insensés… » Lire la suite...

« Nouveau Roman » : 243 lettres pour 53 ans d’une histoire littéraire

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 608

nouveau romanPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Théoricien de la littérature, Jean Ricardou (1932- 2016) assurait que « le roman n’est plus l’écriture d’une aventure, mais l’aventure d’une écriture ». Lire la suite...

« Le cerf-volant » de Laetitia Colombani : l’ode joyeuse à la féminité

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 747

imagePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Avant de prendre la direction de l’Inde, il y a les mots d’Albert Camus : « Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon amie », et ceux de Rabindranath Tagor : « Le malheur est grand mais l’homme est plus grand que le malheur ». Lire la suite...

« L’Homme battu » d’Olivia Koudrine : histoires d’une famille ordinaire…

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 1068

cherche midiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Elle se prénomme Justine, elle a 20 ans. Elle raconte. Ça commence par un enterrement. Celui de son père, « un rite glauque mais banal ! Sauf pour moi. C’était mon premier enterrement. Quelques pelletées de terre sur des rêves avortées, des larmes ravalées, des sentiments bafoués. La vie de mon père ! » Déjà remarquée en 2018 pour « Cinq à sept », Olivia Koudrine nous revient avec « L’Homme battu », un texte placé sous des mots d’Emil Cioran (« Nous ne pardonnons qu’aux enfants et aux fous : les autres, s’ils ont l’audace de les imiter, s’en repentiront tôt ou tard »), où l’intime fait compagnie avec la férocité, même la perfidie et aussi, parfois, une pointe d’humour. Lire la suite...

« Avant l’été » : le club des cinq, version Claudie Gallay

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 743

gallayPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com/ La bande des cinq, version Claudie Gallay. Romancière de la sensibilité et de la sobriété, elle avait bousculé en 2008 les ventes avec « Les Déferlantes », son sixième roman vendu alors à 300 000 exemplaires, récompensé par une vingtaine de prix littéraires et adapté pour la télévision par Eléonore Faucher. Lire la suite...

Les loups-garous d’Argentine : un premier roman très abouti de Jérémy Wulc

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 896

PaArgentiner Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Paris, février 2017, Arnaud ShimansKy assiste aux obsèques de son grand-père Simon. Arnaud est flic à la criminelle, mais suite à une bavure il est mis à pied et attend la sanction… Lire la suite...

« Les Réveilleurs de soleil » d’Oxmo Puccino : après le rap, un premier roman délicieux et lumineux

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 2693

les réveilleurs du soleilPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une confidence sur les réseaux sociaux : « Je n’arrive pas y croire. Je pense à mes parents venus du Mali. A ma famille. Aux amis… » A 46 ans, né Abdoulaye Diarra le 4 août 1974 à Ségou (Mali), Oxmo Puccino est de retour en librairies avec un quatrième livre : après un recueil de tweets (« 140 piles »), de poésie (« Mines de cristal ») et de souvenirs d’une tournée (« Au fil du chant »), il nous arrive avec son premier roman, aussi délicieux que lumineux et enthousiasmant : « Les Réveilleurs de soleil ». Un roman qui a séduit son éditeur parisien puisque le livre bénéficie d’un premier tirage de 55 000 exemplaires… Lire la suite...

« Yarshagumba » de Constantin Simon : champignon magique…

  • Écrit par Serge Bressan
  • Affichages : 2617

ohadPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Chaque année, après la fonte des neiges, toujours le même spectacle sur les flancs de l’Himalaya. A plus de 4 000 mètres d’altitude, des cueilleurs penchés vers le sol. Lire la suite...

Baisers de collection : un roman éblouissant et lumineux d’Annabelle Combes

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 2558

baisersPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Jean est écrivain ; le polar a fait son succès chez un éditeur atypique. Il est en recherche de nouveauté, d’inspiration et imagine des « pérégrinations baisuelles », raconter les émotions des baisers donnés, reçus, volés, rendus comme celui de sa rencontre avec Tosca : "Elle a appuyé ses lèvres sur les miennes, m’a fouillé. Elle était le vent. Elle bataillait. Sa langue s’enfouissait, ma langue se déliait, accueillait." Lire la suite...

Un chant pour les disparus : un roman lumineux de Pierre Jarawan

  • Écrit par Félix Brun
  • Affichages : 730

un chant pour les disparusPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ En 2006, Yara, la Teta (la grand-mère) d’Amin meurt : les souvenirs remontent, ressurgissent…

Lire la suite...

À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal