Menu

blondelPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ A la fin des années 80, les occupants des logements de fonction du groupe scolaire Denis Diderot ont beaucoup changé. Certains sont en fin de carrière, à un stade de l’existence où leur progéniture s’engage dans la vie active, alors qu’eux-mêmes s’interrogent sur leur parcours professionnel, sentimental, existentiel… 

Lire la suite : Un si petit monde : une fresque sociétale remarquable de Jean-Philippe Blondel

TerebenthinePar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Térébenthine est une plongée dans les abysses du monde artistique, les abîmes psychologiques des aspirants peintres et les bas-fonds de la formation des Beaux-Arts.

Lire la suite : Térébenthine : un appel à la désobéissance, à la poursuite de sa propre identité

seuilPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il séduit autant qu’il irrite. A 28 ans, né Eddy Bellegueule le 30 octobre 1992 à Abbeville (Somme), Edouard est, avec Michel Houellebecq, l’écrivain français le plus courtisé dans le monde entier. Vedette littéraire en Allemagne, il donne cours et conférences, entre autres, aux Etats-Unis et en Suisse. On l’a découvert en 2014 avec « En finir avec Eddy Bellegueule », on l’a retrouvé en 2016 avec « Histoire de la violence » puis en 2018 avec « Qui a tué mon père » ; il nous revient en ce printemps 2021 avec « Combats et métamorphoses d’une femme », un livre bref (à peine 120 pages) encore plus politique que littéraire, sur le thème « tout sur ma mère » qui lui vaut, de la part d’un critique-écrivain parisien, deux surnoms peu amènes : le PDG de la « victim company » et le stakhanoviste du lamento- voilà le jeune homme habillé pour plusieurs saisons ! N’empêche, il existe bien dans le monde littéraire et intellectuel francophone un « phénomène Edouard Louis », confirmé par l’accueil et les critiques (bonnes, nombreuses, et mauvaises, quelques-unes) accordés à « Combats et métamorphoses d’une femme »…

Lire la suite : « Combats et métamorphoses d’une femme » d’Edouard Louis : au nom de la mère…

gallimardPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / L’un, professeur au Collège de France, dit : « Ces pages sont bouleversantes ». L’autre, également professeur, confie : « C'est comme quand on découvre une crypte sous une église mérovingienne »… D’autres, éminents spécialistes de la chose écrite, complètent en assurant qu’on retrouve là le temps perdu.

Lire la suite : Les soixante-quinze feuillets : Marcel Proust retrouvé…

delphine de viganPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / C’est l’histoire de l’exhibitionnisme en ligne. Vivre pour être vu. Et se retrouver prisonnier du Net, la fameuse toile qui, depuis maintenant une grosse trentaine d’années, enveloppe le monde.

Lire la suite : « Les enfants sont rois » de Delphine de Vigan : exhibitionnisme en ligne…

RegisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com/ On en rêvait, Régis Jauffret l’a fait. En piste depuis maintenant trente-cinq ans dans le monde des lettres et un premier roman remarqué (« Seule au milieu d’elle », 1985), il est l’auteur de tous les défis. Catalogué « écrivain de la folie et de la cruauté », il est le roi de la voltige- certains l’auraient vu sauter à l’élastique non pas dans le Vercors mais dans une crique entre Marseille et Cassis…

Lire la suite : « Le dernier bain de Gustave Flaubert » de Régis Jauffret : le roman d’un grand écrivain…

l'amour fouPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Par les mots, elle a fréquenté Andy Warhol, Agatha Christie, Françoise Sagan ou encore Ernest Hemingway et son fils / fille.

Lire la suite : « Baudelaire et Jeanne, l’amour fou » de Brigitte Kernel : le poète et sa muse…

gallimardPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Voilà déjà quelques années dans la foulée de « Chant furieux » (2014), un texte consacré à Zinédine Zidane, il confiait écrire dans un français « à tronc fort et fines ramures ». On retrouve Philippe Bordas pour un nouveau roman, sobrement titré « Cavalier noir »- le livre d’un écorché vif, d’un grand lyrique dont on ferait volontiers un compagnon de rêverie.

Lire la suite : Cavalier noir : Philippe Bordas en exil amoureux

la mer noirePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une première phrase qui claque. Qui cingle. « J’aurais dû te noyer quand t’es née, j’aurais dû t’écraser avec une brique ». Des mots d’une mère à sa fille, « la fille roumaine de mon père congolais ».

Lire la suite : « La mer Noire dans les Grands Lacs » d’Annie Lulu : le roman des origines

couloirPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.com/ Si vous demandiez à Michel H. s’il va bien, il répondrait sans doute non, car Michel ne va pas très bien, depuis….sa naissance, ou un peu avant !

Lire la suite : Le bonheur est au fond du couloir à gauche : « De l’inconvénient d’aller mieux ! »

Leila SlimaniPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il y a la question, lancinante : « Dans quel piège suis-je encore allée me fourrer ? Pourquoi ai-je accepté d’écrire ce texte alors que je suis intimement convaincue que l’écriture doit répondre à une nécessité (…), à une urgence intérieure ? »

Lire la suite : Le parfum des fleurs la nuit : Leïla Slimani à l’isolement au musée…

paradis perdusPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com/ D’abord, une confidence : « J’ai l’impression d’être né nostalgique ». Et puis, une autre : « Ce roman, je m’y suis préparé toute ma vie »… A 60 ans, membre de l’Académie Goncourt (depuis 2016), auteur à best-sellers et multi-récompensé, aussi librettiste pour l’opéra ou encore acteur, auteur et directeur au théâtre et réalisateur au cinéma, Eric-Emmanuel Schmitt est de retour.

Lire la suite : Paradis perdus : Eric-Emmanuel Schmitt traverse les temps…

lunchPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Long Island dans la baie de New-York, une île assez huppée, des quartiers chics. Il y a Sarah, professeur de musique dans l’école de Zion Fights; ses élèves l’adorent, son enseignement est particulier, singulier, ses méthodes pédagogiques atypiques et dynamiques. Deux à trois fois par semaine elle covoiture dans son van Louis, Josh, Nicki, Emilie, Laëtitia et Clovis, six écoliers pour les déposer devant l’établissement scolaire…et un jour tout bascule, la lunch-box roule sous le minibus et c’est l’accident…la vie de Sarah s’écroule, la petite ville est ébranlée… !

Lire la suite : Lunch-box : une histoire terrible, un roman magnifique d’Emilie de Turckheim

voyage Par Nicolas Bodou - Lagrandeparade.com/ « C’est du pain pour un siècle de littérature… » Tels furent les mots de Céline dans une lettre accompagnant le manuscrit du voyage au bout de la nuit adressée à Gaston Gallimard en avril 1932. Le comité de lecture n’étant guère emballé, il demande à Céline d’élaguer un peu ce roman de 700 pages au « français argotique un peu exaspérant ! ». Après plusieurs entrevues chez Gallimard peu concluantes aux yeux de Céline, ce dernier décide de partir chez Robert Denoël qui a dévoré le roman en une nuit ! La suite est bien connue, le roman obtint le prix Renaudot et entra au fil du temps dans le Panthéon littéraire français…

Lire la suite : Voyage au bout de la nuit, édition collector : Pour ses 90 ans, Denoël réédite le chef d’œuvre de...


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal