Menu

Ogawa itoPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Hatoko est bien installé dans la papèterie TSUBAKI, et prospère son activité d’écrivain public et de calligraphie. Elle vient de se marier avec Mitsurô papa d’une charmante fillette Haruna. Elle a imaginé un faire-part original en forme d’avion avec un texte assez atypique :

« Ce printemps, nous sommes devenus une famille
Nous avons pris la mer à trois sur une petite barque
Nous espérons que vos vœux nous accompagneront. »

Lire la suite : La République du Bonheur : la magie littéraire d’OGAWA Ito

apeirogonPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Le roman-fleuve de cette rentrée littéraire d’été 2020. Un texte au long cours- un peu plus de 500 pages, et un titre énigmatique venu du grec, c’est « Apeirogon » de l’Irlando-Américain Colum McCann.

Lire la suite : « Apeirogon » de Colum McCann : deux pères et leurs filles assassinées…

bukowskiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Et le voici, le livre à avaler cul-sec ! Au nom de l’amour et de l’art, on lit : « Je suis assis devant ma machine à écrire / dans l’attente d’être bourré / ma copine qui fait des sculptures / voudrait en faire une de moi / à poil et bourré / une bouteille à la main »…

Lire la suite : « Sur l’alcool » de Charles Bukowski : à avaler cul-sec !

Qui sème le ventPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Dans une ferme laitière isolée des Pays-Bas Parka a 10 ans ; sa fratrie est composée de deux frères plus âgés, Matthies et Obbe, et d’une petite dernière Hanna. Ses parents sont des protestants rigoristes, très pratiquants, le père « avale la parole de Dieu sans mâcher ».

Lire la suite : Qui sème le vent : un roman bouleversant et magnifique de Marieke Lucas Rijneveld

les chats ne rient pas Par Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Tokyo, mégapole de modernisme et de traditions…Renko est réalisatrice de cinéma : elle a épousé Myata journaliste culturel après avoir vécu plusieurs années avec Hayakawa, scénariste quelque peu porté sur la bouteille ; "Ma seule béquille, c’est l’alcool". Et au centre de ce beau monde il y a So, le vieux chat dont les jours sont comptés. En son temps il fut un chat de gouttières au pelage roux adopté par Renko et Hayakawa. Fidèle compagnon et témoin muet, So va rassembler autour de lui cet insolite ménage à trois…les trois compères vont accompagner et assister So vieillissant jusqu’à son dernier soupir dans une ambiance très particulière, qui va dévoiler et mettre à nu, les sentiments, les sentiments, les relations, les ressentiments des uns envers les autres.

Lire la suite : Les chats ne rient pas : un roman insolite de Mukai Kosuque

stockPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Dans un pub londonien, il a déjà bu la moitié d’une pinte de bière et complète la grille de mots croisés du « Guardian ».

Lire la suite : « Un mariage en dix actes » de Nick Hornby : couple à la dérive…

summer melodiePar Delphine Caudal - Lagrandeparade.com/ Ce sont les rencontres qui bouleversent nos vies. Quand elles apportent un vent de fraîcheur, de belles amitiés, de nouvelles passions… Encore plus à l’heure des premiers émois, en quête de sens et d’avenir.

Lire la suite : Summer Melodie : premiers émois et rencontres amoureuses qui bouleversent définitivement nos vies

park avenue summerPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.com/ Alice Weiss à Helen Gurley Brown : « Dans votre livre, vous encouragez les filles célibataires à trouver un travail qui puisse être- Et là, vous m’excuserez si je vous paraphrase - « leur passion, leur pilule du bonheur, le moyen pour elle de découvrir qui elles sont et ce qu’elles sont capables de faire ».

Lire la suite : Park Avenue Summer : l'attrayant portrait romancé d'Helen Gurley Brown, féministe à l'avant-garde

ferrantePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Les mots claquent, cinglent. « Deux ans avant qu’il ne quitte la maison, mon père déclara à ma mère que j’étais laide. Cette phrase fut prononcée à mi-voix, dans l’appartement que mes parents avaient acheté juste après leur mariage au Rione Alto, en haut de San Giacomo di Capri ».

Lire la suite : « La Vie mensongère des adultes » d’Elena Ferrante : une adolescence à Naples

mélaninePar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ C’est l’histoire de Xavier, poète dans les gènes ; à la cinquantaine il quitte New-York au lendemain des attentats du 11 septembre.

Lire la suite : Mélanine : un roman curieux et captivant de Jeet Thayil

john le carréPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / A peine plus de trois cents pages… Voilà, il n’en faut pas plus à John le Carré, Britannique de 88 ans, pour rappeler que, depuis près de soixante ans, il est le maître du roman d’espionnage. Il a commencé en 1961 avec « L’Appel du mort », a accédé à la gloire internationale deux ans plus tard avec « L’Espion qui venait du froid » et, en ce printemps 2020, nous arrive son vingt-cinquième roman, « Retour de service ».

Lire la suite : « Retour de service » de John le Carré : jeu, set et match…

mukasongaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Encore, toujours le Rwanda pour décor. Une terre asséchée, le sorgho et les haricots n’y poussent plus, à l’horizon la montagne sacrée (elle sera frappée par la foudre)… On glisse dans le temps : en 1931 au royaume du Rwanda, le roi Musinga a été destitué- il refusait le baptême.

Lire la suite : « Kibogo est monté au ciel » de Scholastique Muklasonga : le conte des dieux et des colons

capture d'écranPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / C’est une habitude : depuis bien longtemps, chaque année, une fois- voire deux ou trois, Joyce Carol Oates nous envoie de ses nouvelles, en direct d’Amérique. Tenue pour l’une des plus grandes auteures contemporaines d’outre-Atlantique (et même du monde !), régulièrement citée pour le prix Nobel de littérature, à bientôt 82 ans (le 16 juin prochain), elle nous glisse, en ce printemps, un nouveau recueil de nouvelles, titré « Dé mem brer ».

Lire la suite : "Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : des nouvelles cinglantes et horrifiques

galaxiePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Il y eut, voilà quelques années, une confidence pour aveu : « Nés Polonais, rescapés de la Shoah, mes parents m’ont transmis le sentiment que rien n’est jamais acquis, que l’endroit où je vis peut se transformer complètement à la nuit tombée. Déjà, enfant, je sentais que l’univers regorgeait d’innombrables façons de me surprendre et, pour y être mieux préparé que mes parents, j’imaginais sans cesse ce qui pouvait advenir. Cet entraînement apparemment vain, mais quelque part salutaire, a marqué mes premiers pas dans la fiction et je pense qu’il se ressent encore aujourd’hui dans mes histoires ».

Lire la suite : "Incident au fond de la galaxie" d’Etgar Keret : des nouvelles de l’absurde…


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal