Menu

ferrantePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Entre « Frantumaglia »- recueil d’essais et de lettres paru en ce début d’année, et un nouveau roman, « La vita bugiarda degli adulti » (« La vie mensongère des adultes), paru en Italie début novembre et annoncé en VF pour fin 2020, Elena Ferrante se glisse en librairie en cet automne. Encore et toujours le masque et la plume avec « Chroniques du hasard », petit (moins de 130 pages) recueil réunissant des textes rédigés pour le quotidien britannique « The Guardian » au long de l’année 2018 et délicatement illustré par Andrea Ucini.

Lire la suite : Chroniques du hasard : délicate et lucide Elena Ferrante

belfondPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com/ Il est de retour. Et c’est un deuxième roman diablement iconoclaste. Passé par le journalisme, l’Allemand Timur Vermes (52 ans, né à Nuremberg et d’origine hongroise par son père) ne craint pas de bousculer les us et coutumes ou encore la bienpensance littéraire.

Lire la suite : « Les affamés et les rassasiés » de Timur Vermes : télé-réalité dans un camp de réfugiés…

tout ce bleuPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ Les écrivains (romanciers) sont fascinés par la peinture. Comme si c'était l'art ultime, indépassable. Les écrivains américains, en particulier, comme le fut Ernest Hemingway, sont fascinés non seulement par l'art pictural, donc par la capitale Française et ses musées. Percival Everett perpétue la tradition, avec Tout ce bleu (So much blue), en imaginant l'histoire de cet artiste peintre, noir américain, Kevin Pace (pas Spacey, non) qui, la soixantaine passée, part sur les pas de son passé, et de ses lourds secrets.

Lire la suite : Tous les artistes ont un secret : Chevalier Percival tente de percer le secret d'Everett

pasoliniPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Les années 1950 à Rome. Des petits malfrats font la loi dans cette Italie de l’après-guerre, cette Italie chaotique qui a inspiré à Pier Paolo Pasolini (1922- 1975) pour un premier roman, Les Ragazzi. Quelque temps plus tard, le romancier et cinéaste italien publiait Une vie violente, son deuxième roman en librairies en 1959 (et en VF en 1961)- ce fut un grand succès… et aussi un énorme scandale. En cet automne 2019, l’éditeur Buchet-Chastel publie à nouveau Une vie violente, dans une nouvelle traduction signée Jean-Paul Manganaro, considéré comme l’un des meilleurs traducteurs de l’italien au français depuis de nombreuses années.

Lire la suite : Une vie violente : Pier Paolo Pasolini dans une nouvelle traduction

EggersPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ Dave Eggers est le fondateur du magazine littéraire The Believer (sa femme, l'écrivaine Vendela Vida, en est la rédactrice en chef) et de la maison d'édition McSweeney's. Il a créé une association fantastique (Valencia 826), d'aide aux devoirs dans les quartiers défavorisés de San Francisco, il y a 20 ans, devenue un atelier d'écriture (d'anciens « aidés » sont devenus écrivains encadrants) décliné en différents endroits du monde... A moins de 50 ans, il a déjà publié une quinzaine de livres, depuis son premier roman A Heartbreaking Work of Staggering Genius, traduit : « Une oeuvre déchirante d'un génie renversant » (basé sur sa vraie vie, ou comment il est devenu le tuteur de son jeune frère après la mort, dans un accident de voiture, de ses parents... et c'est drôle !), paru en 2001, aux Éditions Balland (collector). Bref, ce type sait tout faire et sa vie a un sens, comme ses ouvrages littéraires. Ils disent le monde dans lequel nous vivons, avec une cruelle ironie, une acuité mordante, un humour caustique jamais blessant, ni lourdingue. C'est toujours fin, subtile, d'une grand intelligence, d'une clairvoyance bienveillante.

Lire la suite : Dave Eggers et le garçon qui valait moins qu'un âne : café frappé et génie renversant

ordinary people Par Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Une presse anglo-saxonne dithyrambique… Du « New Yorker » qui évoque Dickens et Tolstoï à « The Observer » qui met en avant « une merveilleuse description du mariage », tous ces journaux mettent en avant Diana Evans, 41 ans, journaliste puis auteure britannico-nigériane qui a publié son premier roman, « 26A » en 2005 récompensé par le prestigieux Prix Orange, et qu’on retrouve en cet automne naissant avec son troisième roman, « Ordinary People ».

Lire la suite : « Ordinary People » de Diana Evans : histoires de couples…

Actes sud Par Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Se souvenir. Se souvenir mal. Oublier… Ecrire : « Voici bien des années, j’ai quitté les vastes plaines du Minnesota rural pour l’île de Manhattan, en quête du héros de mon premier roman. A mon arrivée, en août 1978, ce héros était moins un personnage qu’une possibilité rythmique, une créature embryonnaire de mon imagination, que je ressentais comme une série de battements métriques s’accélérant ou ralentissant avec mon pas… » Quarante ans plus tard, par hasard, la narratrice S.H. retrouve son journal de cette année 1978 et écrit un récit autobiographique- c’est le septième roman de l’Américaine Siri Hustvedt, joliment titré « Souvenirs de l’avenir ». Un roman à la construction vertigineuse et parfaitement maîtrisé.

Lire la suite : Souvenirs de l’avenir : dialogue entre les « moi » de Siri Hustvedt

oeilPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Takahashi est écrivain ; alors qu’il rédige une nouvelle commandée par un magazine, il reçoit un étrange appel de Sonomura son ami, dandy déluré et argenté, quelque peu loufoque et imprévisible. Ce dernier lui propose d’assister à un meurtre : "Mais il se trouve que j’ai appris cette nuit, en un certain lieu, pour une certaine raison, une certaine personne va en assassiner une autre."

Lire la suite : Dans l’œil du démon : une chimère éblouissante de Tanizaki

rooneyPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Irlandaise de 28 ans, elle fait sensation dans le monde des lettres anglo-saxonnes. Mieux : elle est déjà affublée de surnoms et d’étiquettes, pour la plupart flatteurs comme la « Salinger de la génération Snapchat », la « Jane Austen du précariat » ou encore la « première grande écrivaine des millenials », pour certains un brin mesquins comme la « biche apeurée aux lèvres sensuelles ». Sally Rooney est surtout l’une des écrivains les plus remarqués et remarquables de cette rentrée littéraire d’août- septembre 2019, avec la VF de son premier roman (paru originellement en 2017) : « Conversations entre amis ». Le livre qui fait une grande part au numérique dans la littérature…

Lire la suite : « Conversations entre amis » de Sally Rooney : le roman de la génération désenchantée

oatesPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Le 20ème siècle courait à son terme. Ainsi, le 2 novembre 1999, le Dr Augustus Voorhees est médecin à l’hôpital d’une petite ville de l’Ohio. Ce même jour, charpentier et pasteur frustré, Luther Dunphy se dirige vers le Centre des femmes à l’hôpital- arrivé sur place, il tire sur le docteur, connu comme l’un des « médecins avorteurs » de l’établissement. Il n’en faut pas plus à Joyce Carol Oates pour écrire un roman XXL, pas moins de 860 pages, et titré « Un livre de martyrs américains » (selon le « Washington Post », « le livre le plus important de Joyce Carol Oates »).

Lire la suite : « Un livre de martyrs américains » de Joyce Carol Oates : à la vie, à la mort

krachtPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / D’abord, il y a une citation de Samuel Beckett, extraite de « L’Innommable » : « …et voilà qu’en très peu de temps on est dans l’impossibilité de plus jamais rien faire. Peu importe comment cela s’est produit ».

Lire la suite : « Faserland » de Christian Kracht : sur la route, en version allemande

CoePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Trois temps. Trois mouvements. L’Histoire en marche. On commence en 2010, on poursuit en 2014, on boucle en 2017. Approchant la soixantaine, Jonathan Coe a mal pour son pays- ce qu’il raconte dans son nouveau roman, « Le cœur de l’Angleterre ». Cette Angleterre qui, par référendum, a décidé de quitter l’Union européenne- ce qu’on a appelé le Brexit… Coe est un des meilleurs écrivains britanniques de l’époque, et ce depuis un bon moment.

Lire la suite : Le cœur de l’Angleterre » de Jonathan Coe : le grand roman du Brexit

gallmeisterPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ Le dénommé Tucker (18 ans), vétéran de la guerre de Corée, où il a appris à tuer et à survivre sans états d'âme, est de retour dans son Kentucky natal, région pauvre et délaissée par l'Etat providence. En stop, et à pied, il rentre tranquillement chez lui, à travers les collines qu'il connait comme sa poche, et la nuit épaisse des Appalaches apaise la violence de ses souvenirs.

Lire la suite : Nuits Appalaches : le chef-d'œuvre de Chris Offut, le discret

douceurPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Nikolai s’est suicidé voici quelques mois ; il avait seize ans. Sa mère imagine une conversation avec ce fils disparu, prolongement illusoire de la vie, partage des souvenirs, des bonheurs, des chagrins à travers les mots.

Lire la suite : La douceur de nos champs de bataille : le roman sublime et déchirant de Yiyun Li


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal