Menu

napoleonPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Historien de grand renom et auteur d’une cinquantaine d’ouvrages sur le sujet, Jean Tulard est catégorique : « Plus de 80 000 livres ont été écrits sur Napoléon ! » Calcul rapide : cela donne plus d’un livre par jour depuis la naissance (à Ajaccio en 1769) à nos jours de celui qui fut général, Premier Consul et empereur des Français.

grassetPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Sans tapage, Jean Rouaud dresse son œuvre- il a commencé en 1990 avec « Les Champs d’honneur », un premier roman qui lui valut le Prix Goncourt. Depuis, il se coltine avec différents genres littéraires, de l’autobiographie familiale à l’essai en passant par le livre illustré ou encore des réflexions sur la préhistoire.

parisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Huit fois tomber, huit fois se relever. En trente ans, huit dépressions et quelques séjours en hôpital. Un jour, lors d’une consultation, un médecin dit : « Certains cœurs lâchent pour trois fois rien ». Celui de Gilles Paris a tenu, l’auteur d’« Autobiographie d’une courgette » ou encore de « Vertige des falaises » s’est relevé.

morozovPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Dans les premières années du 20ème siècle, un hôtel particulier à Moscou. Le maître des lieux tapisse les murs de toutes les pièces de tableaux qu’il vient acheter à Paris. Sur chacun de ces murs, des espaces vides : le propriétaire laisse volontairement des places pour ses prochaines acquisitions qu’il a définies très précisément, et a même baptisé une pièce la « salle Cézanne ».

familiaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Rien moins qu’un cataclysme. Le monde politico-littéraire français attrapé de plein fouet par un livre paru la première semaine de cette rentrée d’hiver. Un livre-choc- le titre : « La familia grande » ; l’auteure : Camille Kouchner, 45 ans, maître de conférences en droit privé qui signe là son premier livre.

marx brothersPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Burlesque et absurde. Voilà donc les deux adjectifs qui, dès les premières années 1920 et leur premier succès sur les scènes de Broadway à New York, ont défini la nouvelle définition d’une philosophie : le marxisme… Non pas celui de Karl l’Allemand et du Capital paru en 1867, mais bien de celui d’une bande de quatre frangins américains bien allumés, nés de Simon Marx, natif d’Alsace et surnommé par ses lascars « The Frenchie ». C’est tout naturellement que, frères, ils se pointent dans le monde du spectacle puis du cinéma sous le nom des Marx Brothers, dès « Humor Risk », leur premier film en 1921… C’est le marxisme « tendance Groucho » !

cuisinePar Serge Bressan -Lagrandeparade.fr / Dans un bel avant-propos, l’écrivain, scénariste de bande dessinée, essayiste et biographe Benoît Peeters annonce d’emblée : « Michel Guérard est l’une des figures les plus singulières et les plus attachantes de la grande cuisine française ». Et d’évoquer « un homme enthousiaste et généreux, gourmand impénitent et incurable optimiste ». En cette fin 2020, Michel Guérard porte fièrement ses 87 ans et continue d’être en cuisine, superbe chef d’orchestre, aux Prés à Eugénie-les-Bains (Landes)- un établissement triplement étoilé sans discontinuer depuis 1977… Rien que cela justifiait donc bien un livre d’entretiens menés par Benoît Peeters et délicieusement titré « Michel Guérard. Mémoire de la cuisine française ».

churchillPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Monumental… Voilà bien le mot pour définir le pavé (1 320 pages) écrit par Andrew Roberts, professeur au King’s College de Londres et à la Hoover Institution de Stanford. Un pavé pour la biographie définitive de l’un des personnages essentiels de l’Histoire britannique et du monde. C’est sobrement titré « Churchill », et c’est un modèle de biographie.

trencadisPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Elle aurait pu opter pour une biographie. Ou encore, avec une once d’ambition supplémentaire, pour une « biographie romancée », la formule magique pour tout auteur en mal d’inspiration, voire d’imagination. Pour « Trencadis »- son troisième roman au titre aussi savoureux qu’énigmatique, Caroline Deyns a choisi le pas de côté. Le décalage pour mieux aborder le débordement. A la lecture de son livre enthousiasmant et vertigineux, on se dit que, oui, c’est une évidence, il n’y avait pas d’autre façon littéraire d’aborder la vie et l’œuvre de Niki de Saint Phalle, née Catherine Marie-Agnès de Saint Phalle le 29 juillet 1930 à Neuilly-sur-Seine (immédiate banlieue ouest de Paris), morte le 21 mai 2020 à La Jolla, Californie.

BurtonPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Premier flash back. Les années 1960. Richard Burton, né Richard Jenkins le 10 novembre 1925 à Pontrhydyfen (Pays de Galles) et douzième d’une fratrie de treize enfants, est alors considéré comme un « monstre sacré » du cinéma. Lui qui, dans quelques moments de lucidité, reconnaît être parfois, souvent un goujat (surtout en public) a grandi au pays minier- a priori, son destin était tout tracé : comme son père et ses frères, il descendrait au quotidien tout au fond de la mine dans les veines du charbon. Il en fut tout autre- par la grâce d’un professeur au collège. Un professeur, Philip Burton, qui, à l’adolescent, fera découvrir la beauté des mots. Alors, quand il débutera dans la comédie pour des premiers pas sur scène, il prendra comme patronyme le nom de ce professeur. Ainsi, Richard Jenkins devint Richard Burton…

Frida KahloPar Félix Brun - Lagrandeparade.com/ Frida Kahlo a toujours été animée d’une foi de vivre, d’une soif jamais satisfaite de vie, de création. Cela malgré et certainement à cause de ses malheurs, de ses difficultés physiques et morales qu’elle a connus dès son plus jeune âge.

FlynnPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Dans les dernières pages, on lit : « Où en suis-je maintenant ? Le 20 juin 1959, j’ai eu cinquante ans et je me suis offert un cadeau d’anniversaire : une grande maison en pierre, sur la côte nord de la Jamaïque, qui donne sur la mer des Caraïbes ». Et quelques lignes plus loin, c’est l’évocation du tournage de « Cuban Rebels Girls », qui sera- on l’ignore encore, son avant-dernier film : « J’ai déjà vécu un demi-siècle et pourtant je n’ai pas le sentiment de vieillir ». Le 14 octobre 1959 à Vancouver (Canada), Eroll Flynn meurt d’une crise cardiaque- ça, c’est la version servie aux médias, en fait il était rongé par l’alcoolisme… Né le 20 juin 1909 à Hobart dans la province de Tasmanie (Australie), Flynn a été l’acteur le plus payé à Hollywood dans les années 1930- et son nom reste accroché à un rôle, celui de Robin des Bois qu’il a interprété devant la caméra de Michael Curtiz…

farouche libertéPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Une voix. Unique parce que libre. La voix d’une femme avocate, militante anti-colonialiste, signataire dans les premières années 1970 du « Manifeste des 343 » pour l’avortement, une des figures françaises essentielles du féminisme…

InvaincuPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.com/ Ernest Hemigway écrivait au sujet de la boxe : « quant au boxeur, tout est contre lui, (…) il n’est pas comme le joueur qui joue son argent. Il se joue lui-même… »


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal