Menu

Exit Par Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Que les réfractaires à la danse contemporaine ne se méprennent pas. Les chorégraphes Soria Rem et Mehdi Ouachek sont les représentants d'une danse dite « abstract », qui impose une mise à nu de soi, au-delà de la performance physique qu’elle requiert, à la recherche d’une plus grande musicalité du corps. C’est une danse qui mêle les arts du cirque, du mime ainsi que de la danse contemporaine.

Lire la suite : Festival Kalypso : Abstract ou le hip-hop conceptuel

InitioPar Imane Akalay – Lagrandeparade.fr / le plateau est immaculé comme une mer de glace, les murs sombres comme une nuit sans lune. Le positionnement central de l’orchestre en surplomb de la scène donne le ton : Tatiana Julien s’abstrait de la séparation classique des rôles ; les musiciens sont des performers à part entière dans cet opéra chorégraphique.

Lire la suite : Initio [live] : naissance d’une société humaine – rites et spiritualité

RosasPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Créé en 2001, Rain est un chef-d’oeuvre historique. Acmé du répertoire de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, cette pièce culte est portée par la musique, aussi singulière que virtuose, du compositeur Steve Reich.

Lire la suite : Rain : un chef d'oeuvre chorégraphique étourdissant de vitalité

monchichiPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Honji Wang est une danseuse allemande aux parents coréens. Sébastien Ramirez, de nationalité française, est un danseur de hip hop et puise ses origines du côté de la Catalogne. Ensemble, en s’inspirant de leur histoire personnelle et commune, ils ont créé "Monchichi", leur premier spectacle chorégraphique. 

Lire la suite : Monchichi : un pas de deux aussi poétique qu’esthétique et espiègle!

mort et extasePar Imane Akalay – Lagrandeparade.fr / "La mort et l’extase" met en scène dix danseurs professionnels, quinze amateurs et un contre-ténor, tous entièrement nus, dans une fresque audacieuse et troublante.

Lire la suite : La Mort et l'Extase : une fresque audacieuse et troublante sur la douleur et la jouissance

RoccioPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Quel adjectif pourrait rendre l’effet que produit la prestation étourdissante de maîtrise et de beauté qu’offre Rocio Molina, danseuse originaire de Malaga, dans « Danzaora y Vinatica » ? L’engagement physique de cette danseuse de flamenco contemporain et sa technicité sont prodigieux. Accompagnée tantôt des cordes tremblées d’un guitariste, de la voix mélancolique d’un chanteur de fado, de claquements de talons ou de doigts ou encore de battements de mains qui se frappent entre elles ou viennent se heurter sur le corps des performers comme outil de percussion, elle virevolte sur le plateau avec grâce, sensualité et élégance. L’oeil suit, épaté, la vélocité de ses gestes et chacune de ses ondulations et oscillations corporelles subjugue. Parée de rouge, de noir ou d’un habit de bohémienne, ses tenues magnifiques la ceignent, en outre, à la perfection.

Lire la suite : Rocio Molina : la puissance et le charme magnétiques d’un coup de talon

DecoufléPar Edith Huguet - Lagrandeparade.fr/ Philippe Decouflé, danseur et chorégraphe exceptionnel, après avoir créé à Broadway Paramour pour le Cirque du soleil, revient sur scène avec sa compagnie DSA (Diversité, Camaraderie, Agilité) nous offrir "Nouvelles Pièces Courtes". Cette nouvelle création s'inspire du travail reconnu de ses référents américains (Alwin Nikolaîs , Martha Graha ou encore Merce Cunningham) qui proposent des spectacles modulables composés de pièces courtes où se côtoient des univers différents. Philippe Decouflé y trouve un rythme qui convient bien à la danse "où l'écriture est souvent plus poétique que narrative". Un format venant aussi du rock'n roll : "des morceaux brefs et efficaces gagnant en puissance ce qu'ils perdent en longueur". Dans ce spectacle éloquent, il met en lumière chaque discipline avec la même intensité. Dans un décor épuré vont fleurir des tableaux d'une esthétique à saluer, sortis tout droit d'une créativité exaltée, cocasse et nourrie par son envie de retour aux sources, au service de nos émotions.

Lire la suite : Nouvelles pièces courtes : la créativité exaltée et cocasse de Philippe Découflé au service de...

Bosque ArdoraPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ C'est Aurore aux doigts de rose qui nous berce en son sein, à l'ouverture, dans une vidéo où le spectateur perçoit avec acuité la puissance de la nature...le miroitement et les ridules de l'eau hypnotisent, les reflets du soleil sur l'eau aveuglent, le vent frémit et bruisse dans les branches des arbres, des vagues vives frétillent en clapotis, le courant gronde en se heurtant aux roches...Un hommage au mélodieux vacarme de Gaia résonne...puis l'image suit la foulée vive de chiens enivrés de course folle (et de curée en perspective?). Un galop où le temps suspend son vol...jusqu'à la chute.

Lire la suite : Bosque Ardora : un flamenco synesthétique aux effluves primitives entêtantes

pokemon crewPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.fr/ Avec un breakdance et un hip hop époustouflant, la compagnie lyonnaise « Pockemon Crew », doublement championne du monde du genre, revient à Bobino avec son nouveau spectacle Hashtag 2.0. Des tableaux artistiquement très travaillés, des musiques modernes, ainsi que des danseurs très performants et visiblement ravis de revenir sur scène…. C’est un spectacle très réussi. Par moments ébouriffant, épatant, il suscitera l'enthousiasme chez les amateurs de danse…

Lire la suite : Pockemon Crew : Hashtag 2.0, hip-hop et breakdance à l'heure du numérique

Bestie di ScenaPar Bertrand Sinapi - Lagrandeparade.fr/ Sur le plateau, les comédiens nous précèdent. Ils s’échauffent, s’entrainent. Comme si, déjà, la proposition était d’assister à la répétition d’une chose en devenir. A une naissance, celle d’un spectacle. Celle de « Bestie di scena » d’Emma Dante. Autour de nous ça s’agite. Le placement dans le « IN » est une architecture complexe. « Déplacez-vous ! » « Ma place est prise. » « Elle ne m’a pas dit s’il-vous-plait. » On bouge, on remplit, on se tasse. La gymnastique est aussi dans la salle. Sur scène, la chorégraphie commence.

Lire la suite : Bestie di Scena : l'aube d'un nouveau monde?

Sharon EyalPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Le premier volet nous avait littéralement éblouis; lorsque s'est achevé le second au même Opéra-Comédie un an plus tard, le parterre s'est levé immédiatement et d'un seul homme pour saluer le prodigieux talent de ces deux chorégraphes. Et l'adjectif est sans doute encore bien en-deçà de leur génie tant ils portent un art de danser, non pas visionnaire ou révolutionnaire mais jubilatoire du fait qu'ils subliment l'instinct de la danse d'aujourd'hui.

Lire la suite : Love Chapter 2 : la danse symbiotique et jubilatoire de Sharon Eyal et Gai Behar

SomaPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ L’apéro était offert par la Maison des métallos (du 11 au 15 juillet dernier) lors des représentions (complet chaque soir) de Soma. Invité à siroter tranquillement, assis bien confortablement, dans la lumière tamisée, soudain une douce voix a invité le public à respirer profondément. Puis la danseuse Raphaëlle Delaunay est apparue, cheveux coupés ultra courts, en justaucorps léopard, sur pantalon de survêt’ Adidas bleu, pour donner… un cours de yoga (?!). Bon, évidemment, d’un genre particulier. Soma se veut une réflexion sur le corps.

Lire la suite : Soma : la danse drolatique et musclée de Raphaëlle Delaunay

CarnePar Justina Zilyte - Lagrandeparade.fr/ Avec Carne, Bernardo Montet nous propose une danse du « tremblement », une sorte de mouvement tribal qui transcende le temps et les esthétiques. Cette notion de « tremblement » qu'il emprunte à E. Glissant, écrivain martiniquais engagé contre le colonialisme et défenseur d'une culture antillaise, est incarnée ici par cinq corps dont le débordement et la fragilité, interrogent nos représentations trop occidentalisées du monde et des vérités qu'il recèle.

Lire la suite : Carne : la danse du "tremblement" de Bernado Montet

DutchPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ 1965, 1973, 2005 : trois époques du travail du chorégraphe Hans Van Manen qui a créé, à ce jour, plus de 140 ballets. Enthousiasmante occasion de percevoir tout à la fois l'évolution des techniques et des tendances de la danse moderne, mais aussi la spécificité et la variété d'une esthétique. 

Lire la suite : Dutch National Ballet : l'hommage aux ballets virtuoses de Hans Van Manen


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal