Menu

TEmpus FugitPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ S'étourdir en tournoyant avec grâce, en effets de jupe et de flamenco, se métamorphoser en araignée acrobate dans une forêt de tubes métalliques aux reflets moirés, évoluant sous les sonorités liquides complices de xylophones et de verres de cristal emplis d'eau, pétarader d'énergie communicative en percussions et bruitages corporels, s'envoler en jouant de la musique des Balkans, jongler avec son chapeau melon et glouglouter d'excitation, danser sur un fil en ombres chinoises, funambule gracile accompagnée de partitions jazz, décrocher la lune, rouge comme une orange, plonger dans une mer agitée de nuages, gravir un mât chinois et résister à l'apesanteur, être un clown-otarie sur une boule géante, s'étourdir dans un cerceau infernal, matamore au grand coeur et à la musculature saillante ou encore sautiller, taper des mains et danser avec une fanfare bonhomme. C'est tout ça à la fois "Tempus Fugit", la dernière création du Cirque Plume.

RomanèsPar Elodie Cabrera - Lagrandeparade.fr/ Le Cirque Romanès revêt ce lundi 14 décembre ses derniers attributs de forêt. Sous le chapiteau, à même la terre humide et tassée, 18 comédiens fous d'amour, de rage et de jalousie ravivent la flamme shakespearienne. Le temps d'un songe et d'une douce nuitée.

Pégase et IcarePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Quarante ans qu’Alexis Gruss et sa famille présente, chaque année, un spectacle de cirque à l’ancienne, digne de « La Piste aux étoiles », dont les plus anciens se souviennent… Une époque où la télévision était en noir et blanc et où le Monsieur Loyal était une vedette. Aujourd’hui, non seulement on peut voir de vrais artistes en chair et en couleur mais les stars ne sont ni les lions ni les clowns, mais les chevaux. Quarante équidés que le patriarche – toujours en selle, avec sa femme – chouchoute comme ses propres enfants.

LapsusPar Bruno Paternot - Lagrandeparade.fr/ La compagnie Lapsus devait initialement venir la saison passée au théâtre Jean Vilar. Mais celui-ci, noyé sous les inondations, a été obligé de décaler d’un an la venue de la jeune compagnie de cirque, formée en 2010 par six jeunes délurés de la scène. Comme on le sait, les spectacles de cirque maturent et progressent avec le temps. C'est donc un spectacle au plus haut et bien rôdé que le public montpelliiérain a eu le plaisir de découvrir enfin.

MananaPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Ils sont quatre. Complices, singuliers, généreux. Leur univers puise dans l'absurde et le décalé et l'on est d'abord déstabilisé, ne serait-ce que par leur présence physique, intrinsèquement clownesque pourrait-on dire. Gabriel Andrès Agosti, Jur Domingo, Anicet Leone et Julien Vittecoq font du cirque avec trois bouts de ficelle ( quelques patates, un masque de souris, de la pâte à modeler..) et du talent…

CircusPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Il est là, intimidé et gauche, dans son costume gris et sa chemise rose rehaussés d'une cravate violette. Touchant. Attendrissant. Et, très vite, il fait perler des dizaines d'éclats de rires enfantins parce que les mômes, eux, perçoivent immédiatement qu'ils ont à faire à un être aussi attachant que drôle.

Le jour du grand jourPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Des noces funèbres. Un delirium républicain poétique. Une homélie singulière. Igor et Lily, à la genèse de "La Volière Dromesko",  ont décidément l'art de convoquer l'Emotion au banquet d'un quotidien aussi tendre qu'absurde, aussi jovial que triste, aussi païen qu'inspiré.

Celui qui tombePar Elodie Cabrera - Lagrandeparade.fr/ Six corps, un plateau. Six corps étourdis qui se déplacent sur une surface capricieuse. Plane. Vertigineuse. Au théâtre Silvia Monfort, Celui qui tombe explore l'anatomie soumise à la gravité avec grandeur, rigueur et sensibilité. Yoann Bourgeois convoque dans cette nouvelle création six acrobates, souvent danseurs, parfois choeurs, qui, sans un mot, explorent tour à tour le mouvement, l'équilibre et la chute. Ils se déplacent sur une création scénographique originale qui est au cœur du propos : un large plateau en bois, suspendu à chacune de ses extrémités par un quatuor de câbles qui se lève, se tord, se crispe et grince ; oscille entre ascension verticale et inclinaison horizontale. Il tournoie. Vite. Très vite. Les corps éprouvent la force centrifuge, tanguent, vacillent, trébuchent, se relèvent, se rassemblent et se dispersent au gré des accolades passagères. Celui qui tombe est une chorégraphie où l'individu affronte la vie et tente de tenir debout. L'union y supplante le combat, l'unité y terrasse l'isolement.


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal