Menu

vaguePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ A rebours de la tendance actuelle du polar, qui va plutôt dans le sens de l'étalage de biscotto, à forts relents de testostérone (cf : les éditions Ring), Ingrid Astier amène un peu de fraicheur, et de la sensualité, à un genre (le roman noir) qui confirme une fois de plus qu'il offre toutes les libertés, que ce soit dans le choix des thématiques que du style. Explications : Ingrid Astier écrit comme elle cuisine. Depuis son premier roman, "Quai des enfers", en 2011, qui lui a valu de devenir marraine de la Brigade fluviale de Paris, elle ne cesse de changer de sujets et de manières d'écrire. Avec "Angle mort" (2103, Série Noire), elle nous emmenait dans un western urbain entre Barcelone et Aubervilliers ; dans "Haute-voltige" (Série Noire, 2017), il était question d'un « yougo » qui s'attaquait à un riche saoudien. Entre temps, "Petit éloge de la nuit" a été adapté au théâtre. On annonce déjà un nouvel opus à la mythique Série Noire...

stiegPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Très vite, on est prévenu : « Trente pages de ce livre sont directement de la main de Stieg [Larsson]- articles, lettres, mémorandums. Beaucoup de dialogues ont été retranscrits mot pour mot, d’autres romancés à partir des documents trouvés dans les archives de Stieg et de plus d’une centaine d’entretiens ». Une précision apportée par Jan Stocklassa, 54 ans, journaliste suédois et auteur du livre-événement « La folle enquête de Stieg Larsson ». 

morgièvePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Un coin paumé dans le sud de l’Etat de l’Utah : le comté de Garfield (du nom du vingtième président des Etats-Unis). On est en 1954, une nuit de septembre, on retrouve un héros de la guerre du Pacifique, Nick Corey, le shérif de Panguitch- « mille âmes à peu près vivantes et pas mal de fantômes », apprend-on très vite. Voilà pour le décor du nouveau roman de Richard Morgiève, « Le Cherokee ». L’an passé, cet auteur français de près d’une trentaine de livres nous avait offert un texte somptueux, « Les hommes »- une visite de la France des années 1960- 1970 en compagnie d’un voyou au cœur tendre. Avec « Le Cherokee », donc c’est le grand voyage outre-Atlantique pour un roman à l’écriture d’écorché vif. 

arbres remarquablesPar Valérie Morice - Lagrandeparade.fr/ Emmanuelle Lescaudron est Nantaise, et enseigne les sciences médico-sociales. En 2017, elle adhère au Cercle des écritures de Nantes, animé par Damien Porte-plume et élabore le scénario de son premier roman édité chez Les Presses Littéraires.

DoaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Le petit texte en 4ème de couverture évoque un « roman sadien ». De son côté, l’auteur parle d’« un texte particulier ». L’éditeur à qui était destiné ce livre a refusé de le publier, DOA a alors proposé le manuscrit à Gallimard qui le fait paraître non pas dans la Série Noire mais sous le label « littérature ».

encore ratéPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ Les membres bornés de la secte des « polardeux » purs et durs pensent généralement qu'un roman policier doit être sérieux et sanguinolent. Le grand Donald Westlake, disparu il y a dix ans, a démontré le contraire durant toute sa carrière. Comme Jean-Bernard Pouy chez nous (voir ADG, pour les connaisseurs). Soit plus d'une centaine de livres dans le genre « polar humoristique », mais il a aussi sévi dans le policier « classique », le roman noir (engagé), le thriller (à suspense), le fantastique, ou même la science-fiction, à la manière de Ray Bradbury qui était de la même génération. Westlake a écrit sous divers pseudonymes, en particulier ceux de Richard Stark et Tucker Coe. Pour l'humour, certains romans de James Crumley, s'en rapprochent.

irrévocable Par Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ L’histoire de ce roman pourrait être ordinaire s’il s’agissait seulement d’une enquête criminelle comme une autre. Mais voilà c’est Jenny Aaron qui la mène, un bout d’héroïne qui n’a pas son pareil pour analyser les situations épineuses et contacter son courage au pied du mur.

EllroyPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Même pas peur ! Il se présente, le plus sérieusement imaginable, comme le « meilleur écrivain du monde ». A 70 ans, l’Américain James Ellroy publie le très réussi « Reporter criminel ».

pajotPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/  Difficile de croire qu'il existe des maisons d'édition ailleurs qu'à la capitale, lorsqu'on voit débarquer la déferlante (plus de 500 romans !) de la rentrée littéraire... Seule la ville de Bordeaux (avec Finitude, Mirobole, Agulo...) et quelques autres maisons « provinciales » (on doit dire Région !), comme Toulouse, ou Montpellier/Vauvert tirent parfois leur épingle du jeu.

StenPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / On la surnomme « l’étoile polar ». Avec Camilla Läckberg, elle règne sur le polar polaire. Une preuve ? Une nouvelle preuve ? La lecture de « Retour sur l’île », son sixième roman traduit en français.

loupsPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Prial Monet (1, 95 m, 115 kg, au bas mot…), l’enquêteur de "Là où vivent les loups", de Laurent Guillaume, est un flic confirmé qui n’aime plus grand-chose (à part fumer des cigarillos), depuis qu’il a eu de sérieux problèmes avec sa hiérarchie parisienne. A priori, tout l’énerve : la paperasse, les ronds-de cuir, la montagne, la campagne, bref, tout ce qui salit et ne se trouve pas Paris 11e ; ce qui lui fait un point commun avec un certain Gabriel Lecouvreur, dit « le Poulpe ».

la maison du soleil levant Par Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / A une grande majorité, et c’est rarissime, les docteurs ès « polar » en conviennent : James Lee Burke, auteur américain de 81 ans, est un des meilleurs, peut-être même le meilleur, parmi les maîtres du genre.

comme des bleus Par Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ « Une scène de crime, c’est un peu l’agitation de Wall Street, mais avec les moyens d’une compagnie de taxi-brousse. Chacun court partout, avec en tête une mission bien précise. Relevés de traces ADN, d’empreintes digitales, photographies en détail des chaque angle du lieu du massacre. Chacun son rôle. Et le mien, c’est d’aller voir ce que les voisins peuvent me dire sur ce joli brin de fille cueilli trop par un véritable sadique. »

BlondelPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Thibaut Blondel est un drôle de zèbre. C’est un pirate, un électron libre de l’édition hexagonale. En digne successeur de Cizia Zykë, bordelais comme lui, il arpente le globe à la recherche de la plus pure des libertés.


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal