Menu

« La Constellation Rimbaud » : quand Jean Rouaud chemine avec le « poète aux semelles de vent »…

  • Écrit par Serge Bressan

grassetPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Sans tapage, Jean Rouaud dresse son œuvre- il a commencé en 1990 avec « Les Champs d’honneur », un premier roman qui lui valut le Prix Goncourt. Depuis, il se coltine avec différents genres littéraires, de l’autobiographie familiale à l’essai en passant par le livre illustré ou encore des réflexions sur la préhistoire. Ainsi, en cette année nouvelle, il nous revient avec un essai littéraire titré « La Constellation Rimbaud »- sa façon à lui d’évoquer le 130ème anniversaire de la mort (le 10 novembre) du poète « aux semelles de vent ». Rouaud chemine avec le poète, on va croiser des membres de la famille, des proches, des amis, aussi des artistes d’aujourd’hui : le chanteur jurassien Hubert-Félix Thiéfaine, l’Américaine « marraine du grunge » Patti Smith… Escales nombreuses au fil des pages, début de la pérégrination à Dole, étapes à Charleville, Douai, Paris, Londres, Bruxelles, Stuttgart, Dijon, Chypre, le Yémen à Hodeïda… Bien sûr Aden- « un roc affreux, sans un seul brin d’herbe, ni une goutte d’eau bonne : on boit l’eau de mer distillée », comme le tableau de la ville fait par Rimbaud à sa famille. Et aussi Harar (Ethiopie) où il arrive le 13 décembre 1880 après vingt jours de cheval à travers la Somalie… Et puis, le retour en France. Marseille, « le dernier acte de la tragédie, écrit Jean Rouaud. En deux temps, l’un pour l’amputation, l’autre pour l’agonie et la mort ». Revient alors la prophétie du vieux professeur du collège de Charleville que fréquentait le très jeune Arthur Rimbaud : « Rien de banal ne germera dans cette tête ». Rien de banal, en effet, puisqu’à 17 ans, Rimbaud devient une véritable bête de foire dans le petit monde parisiano-littéraire, et qu’à 20 ans, il plaque tout, et d’abord la poésie, pour filer en Afrique vendre du café et des casseroles. Ce qu’aujourd’hui encore, on appelle le « mystère Rimbaud ». Un génie de la poésie, de la littérature répudié par André Breton, incompris par l’écrivain et universitaire Etiemble. Certes, René Char lui voua quelque admiration mais les autres, tous les autres ne se sont pas posé ce qui était, ce qui est peut-être la vraie question : ne serait-ce pas plutôt la poésie qui aurait lâché le jeune Rimbaud, l’auteur de « Les Illuminations » et d’« Une Saison en enfer » ? Dans ce recueil, le poète né à Charleville en 1854 annonçait : « Il faut être absolument moderne », et lançait à Théodore de Banville surnommé « le poète du bonheur » : « Ne va-t-il pas être bientôt temps de supprimer l’alexandrin ? »

La Constellation Rimbaud
Auteur : Jean Rouaud
Editions : Grasset
Parution : 10 mars 2021
Prix : 18 €

[bt_quote style="big-quote" width="0"]Toute vie singulière entraîne dans son sillage une recomposition des cartes où l’importance ne se juge plus en fonction de la taille des villes ou de la largeur des avenues. Douai est officiellement une commune du Nord, qui n’aurait laissé qu’un passé ouvrier si dans l’atlas Rimbaud, la cité n’occupait une place aussi importante que Londres ou Paris… [/bt_quote]

A lire aussi: 

Dans les poches : Julian Barnes / Véronique Ovaldé / Jean Rouaud


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal