Menu

Musique : Romain Thiery à la recherche du piano perdu

  • Écrit par Romain Rougé

RomainPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Passionné de musique et de photographie, Romain Thiery arpente les patrimoines abandonnés pour immortaliser des pianos mourants. Des clichés d’une poésie rare rassemblés dans son projet « Requiem pour pianos ».

 À découvrir dans le cadre d’une exposition-conférence pour le festival intercommunal « Le Piano dans tous ses éclats », le 28 septembre à Lavérune ( 34, Hérault).

Romain Thiery, comment est né ce projet « Requiem pour pianos » ? Pourquoi cet intérêt pour les pianos dans les lieux abandonnés ? 
Tout a commencé lorsque ma mère, photographe amateur, m'a demandé de l'accompagner pour découvrir une maison de maître abandonnée. Sur les hauteurs d'une ville française, nous découvrons un château du 19e siècle : tout était vide et en mauvais état. Enfin, c'est ce que je pensais à l'époque... Je force une porte gonflée par l’humidité et découvre un piano ! Je n'en croyais pas mes yeux, mon instrument était là, devant moi, oublié, soumis à l'usure du temps. Dans cette pièce, la cheminée et les matériaux nobles avaient déjà été pillés, mais pas le piano.
Cette découverte m’a permis de lier mes deux passions en un seul projet, « Requiem pour pianos ». Elle fut le début d'une longue quête qui m'amènera à parcourir toute l'Europe à la recherche des pianos oubliés. 
 
Comment trouvez-vous tous ces lieux et pianos délaissés ?
Ce n’est pas simple, mais ma façon de travailler est aujourd’hui assez rodée. Premièrement, je recherche un lieu potentiel en utilisant des logiciels d’images satellites qui me permettent de voir l’état général d’un bâtiment. Je ne recherche que des lieux assez prestigieux type maison de maître, château, palace, afin d’avoir le plus de chance d’y découvrir un piano. En effet à l’époque, cet instrument représentait une certaine noblesse et il était souvent installé dans ces bâtiments. Je vais ensuite voir sur place si le bâtiment est bel et bien abandonné et s’il est accessible.
Cela fait plus de 10 ans que j’établis patiemment mon réseau à travers l'Europe dans diverses sections, notamment la musique, l'immobilier, le patrimoine, les photographes et les associations. Mon dévouement a porté ses fruits : depuis 2014, j'ai découvert plus d'une centaine de pianos, dans des lieux à la beauté époustouflante.
 
piano[bt_quote style="box" width="0"]Mon art consiste à montrer cette arrogante beauté du piano qui relègue tout le reste au second plan.[/bt_quote]

Votre travail nécessite-t-il une mise en scène ou trouvez-vous les lieux tels quels ?
Il n’y a aucune mise en scène dans mes photographies. Il est plus qu’important pour moi de montrer la réalité des choses dans ce projet : dans quelle pièce était installé le piano, était-il ouvert ou fermé, démembré ou entier, sur le ventre… Mon modus operandi est de capturer l'image de cet instrument posé là, oublié là, en épaississant encore plus le mystère du lieu.
Je ne souhaite pas créer mes propres histoires mais rendre visible cette scène que j’ai eu la chance de découvrir. Mon art consiste à montrer cette arrogante beauté du piano qui relègue tout le reste au second plan.

Que représente l’instrument piano pour vous ? 
Je crois que le piano est un instrument que tout le monde apprécie, on ne peut pas rester insensible face à lui. Ainsi, même si le temps les abîme, nous y sommes attachés, nous les respectons. Mais le piano est plus que cela. C'est un instrument rassurant par son élégance naturelle. Même couvert d'une épaisse poussière, il ne cesse d'imposer sa noblesse, son respect, sa grandeur enracinée dans les profondeurs de notre culture.
J’essaie toujours de « jouer » sur les claviers des pianos que je découvre, de les faire résonner quand c'est possible, de les faire vibrer une dernière fois avant qu’ils ne disparaissent. 
 
pianoAvez-vous un (ou plusieurs) endroit(s)/piano(s) qui vous ont particulièrement touché dans ce projet ? Pourquoi ?
Il y a beaucoup de lieux et de pianos qui m’ont touché par leurs histoires. Le premier piano découvert reste bien sûr le plus important pour moi car c’est celui qui m’a permis d’en être là où je suis aujourd’hui.
Mais ma plus grande émotion fut lors d’un voyage en Italie, en 2016. Je connaissais déjà ce pays dont je suis amoureux, qui possède un patrimoine exceptionnel, si vaste qu'il est impossible de tout préserver. J'ai repéré un nombre incommensurable de lieux abandonnés.
Ma première découverte fut incroyable. Sous une chaleur écrasante, j'arrive autour d'une magnifique villa italienne abandonnée. Le genre d’endroits dont je rêvais depuis longtemps. Tout était ouvert, l'accès était simple, et j’y ai découvert mon premier piano Italien dans une magnifique pièce, ornée de fresques du sol au plafond et de balcons. Le piano était là, à sa place, immanquable, comme s'il m'attendait. Je l’ai regardé pendant un long moment. J'ai joué quelques notes de Chopin, le faisant sonner une dernière fois avant que tout ne disparaisse.


« Requiem pour pianos » I Exposition et conférence de Romain Thiery
Mardi 28 septembre I 18h30 I Lavérune I Château des Évêques
Exposition ouverte les week-ends de 15h à 18h et lors des concerts.

Découvrez le programme complet du festival « Le Piano dans tous ses éclats » en cliquant ICI

Crédit-photos : Romain Thiery

reqiem

 requiem


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal