Menu

Une farouche liberté : les derniers mots de Gisèle Halimi

  • Écrit par Serge Bressan

farouche libertéPar Serge Bressan - Lagrandeparade.com / Une voix. Unique parce que libre. La voix d’une femme avocate, militante anti-colonialiste, signataire dans les premières années 1970 du « Manifeste des 343 » pour l’avortement, une des figures françaises essentielles du féminisme… Gisèle Halimi s’en est allée à jamais le 28 juillet dernier, elle avait 93 ans. Peu avant, elle avait regardé une ultime fois les épreuves d’« Une farouche liberté », son ultime livre écrit en collaboration avec la journaliste Annick Cojean. Un livre bref, à peine plus de 150 pages, une introduction, six chapitres (« La blessure de l’injustice », « Ma liberté pour servir celles des autres », « Le viol, acte de fascisme ordinaire », « Choisir… la sororité », « Une féministe en politique », « Avocate pour toujours ») et une conclusion pour passer le flambeau. 

Placé sous la belle vigilance de son poète préféré René Char dont les mots ouvrent le livre (« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque »), « Une farouche liberté » résonne comme le testament de Gisèle Halimi, cette femme au plus profond d’elle-même féministe. Cette femme qui, à 10 ans, a fait grève de la faim parce que, à l’issue d’un repas familial, on lui a demandé de desservir les couverts alors que ses frères restaient assis à table… « Elle s’est battue (…). Avec rage et audace, talent et panache, compétence et entêtement, écrit Annick Cojean dans l’introduction. Elle s’est battue tout le temps. Convaincue que la justice était la grande affaire de sa vie et que son métier d’avocate, embrassé avec un engagement quasi mystique, lui permettrait de changer le monde. Car telle était bien son ambition : changer le monde en plaidant. Rien de moins ! Le droit était son instrument, l’insoumission sa marque de fabrique et les mots, maniés avec éloquence, ses principaux alliés. Elle défendait, elle accusait et elle cognait »…
Au fil des pages, défile une vie. L’enfance révoltée en sa Tunisie natale parce qu’il y eut la blessure de l’injustice. Le serment prêté pour vêtir la robe d’avocat, un serment qui exige le « respect dû aux tribunaux »- ce qui lui fait écrire : « Que signifiait « le respect dû aux tribunaux » ? Le respect se décrète-t-il ? Ne doit-il pas se mériter ? ». Il y aura la défense des indépendantistes- les Tunisiens puis les Algériens. Et aussi le procès de Djamila Boupacha que découvre le public avec un texte de Simone de Beauvoir publié en première page du quotidien « Le Monde » : « Djamila Boupacha représentait tout ce que je voulais défendre. Son dossier était un condensé des combats qui m’importaient : la lutte contre la torture, la dénonciation du viol, le soutien à l’indépendance et au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la solidarité avec les femmes engagées dans l’action publique et l’avenir de leur pays, la défense d’une certaine conception de la justice, et enfin mon féminisme »...
Il y aura aussi deux procès durant lesquels Gisèle Halimi imposa sa farouche détermination et ses intimes convictions intellectuelles et idéologiques- Bobigny, 1972, avec Marie-Claire, 16 ans, violée et dénoncée à la police par son violeur pour avoir avorté, et Aix-en-Provence, trois hommes jugés en 1978 pour le viol de deux jeunes touristes belges alors qu’elles campaient dans une calanque près de Marseille… Et résonnent encore et encore les mots qu’elle a lancés au tribunal de Bobigny, pour défendre Marie-Claire : « J’ai avorté. Je le dis. Messieurs, je suis une avocate qui a transgressé la loi », et d’ajouter : « Regardez-vous, messieurs, et regardez-nous. Quatre femmes comparaissent devant quatre hommes, pour parler de quoi ? De leur utérus, de leurs maternités, de leurs avortements, de leur exigence d’être physiquement libres… Est-ce que l’injustice ne commence pas là ? » Magnifique Gisèle Halimi qui, toute sa vie, aura été nourrie de cette belle et farouche liberté… En 1981 dans l’enthousiasme de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, on la croisa en politique- députée, ambassadrice de France à l’UNESCO mais elle se glissera, à nouveau et définitivement, dans la robe d’avocate parce que « le but de Gisèle Halimi, explique Annick Cojean, était de changer la société française en plaidant ».
Militante infatigable avec des compagnes et compagnons de route qui avaient nom Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Aragon, Françoise Sagan, Claire Brétécher ou encore Guy Bedos, toute sa vie jusqu’à son dernier souffle, elle aura mené des combats certains désespérés, d’autres, tous les autres follement beaux… Toujours avec dignité et élégance. Parce que mûs par une farouche liberté…

Une farouche liberté
Auteure : Gisèle Halimi (avec Annick Cojean)
Editions : Grasset
Parution : 20 aout 2020
Prix : 14,90 €

Alors, oui, j’ai envie de dire plusieurs choses aux jeunes femmes qui préparent le monde de demain. D’abord, soyez indépendantes économiquement. C’est une règle de base. La clé de votre indépendance, le socle de votre libération, le moyen de sortir de la vassalité naturelle où la société a longtemps enfermé les femmes. Comment devenir un être de projets si l’on demeure assujettie au pouvoir d’un « protecteur » ? Comment vivre la vérité d’une relation amoureuse si l’on est entretenue et contrainte, en cas d’insatisfaction sexuelle, de feindre le plaisir puisque quitter le seigneur et maître est exclu ? Comment être libre d’exister, de choisir, de fuir en cas de violence, si l’on est dépourvue de moyens, de métier, de relations sociales et de l’estime de soi que procure l’indépendance économique ?


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal