Menu

Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur : une pièce aux multiples rebondissements

  • Écrit par Sylvie Gagnère

splendidPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Juillet 1944, Antoine de Saint-Exupéry décolle à bord de son lightning pour une mission de reconnaissance et disparaît au large des côtes françaises.

Pendant des décennies, le mystère qui entoure la disparition du héros fera l’objet de toutes les spéculations : accident ? Suicide ? Tir ennemi ? Ou serait-il encore en vie ? Août 1998, un pêcheur marseillais remonte dans ses filets une gourmette, sur laquelle on peut lire le nom du célèbre aviateur et auteur. Avril 2013, un fils et son père se déchirent, l’adolescent muré dans son silence, l’homme engoncé dans sa souffrance.

Anton et ses parents se retrouvent dans la maison du grand-père paternel, qui vient d’être enterré. Un allemand, que le jeune homme traite de nazi, en partie parce qu’il a bien fait partie de l’armée allemande, en partie pour provoquer son père, à qui il n’a pas pardonné sa trahison. Lorsque ce dernier commence à évoquer Saint-Exupéry, l’adolescent est d’abord indifférent, puis se prend peu à peu au jeu de cette vie extraordinaire, remontant le temps et collectant les indices pour, peut-être, résoudre le mystère de cette disparition, tout en apprenant à connaître réellement sa propre famille.

Les spectateurs sont invités à suivre ces deux histoires parallèles, grâce à d’astucieux flash-back. La vie de l’aviateur-écrivain nous est présentée dans le détail, son enfance, son premier vol, ses amours, ses accidents, sa volonté acharnée et jamais démentie de voler, ses livres, la genèse du Petit Prince. C’est un merveilleux récit d’aventures auquel nous sommes conviés, dans une mise en scène très intelligente. Les murs du fond de la maison du grand-père s’ouvrent et se referment sur des tableaux qui retracent toutes les péripéties de ce destin hors du commun. Ces tableaux, quasi cinématographiques sont également pleins d’humour et de poésie. L’appui de la vidéo nous fait voyager aux quatre coins du monde, accompagnés par une scénographie et une musique très évocatrices.

Les comédiens campent avec brio différents rôles, enfilent costumes et accents variés et portent avec une belle énergie la pièce.

Davy Sardou est formidable dans le rôle d’un Saint-Exupéry passionné, entier, drôle, prêt à tout pour vivre ses rêves. Lancelot Cherer est un adolescent très crédible, confondant de naturel, tandis que Pierre Bénézit et Laurence Porteil nous font partager leurs doutes, leur complicité, les questionnements de ces parents un peu dépassés par leur ado rebelle et une histoire familiale complexe. Flavie Péan succombe avec brio aux charmes du bel aviateur. Quant à Antoine Lelandais, il endosse avec une maestria magnifique de nombreux rôles, comme un trait d’union entre les différentes scènes.  

Arthur Jugnot et Flavie Péan ont écrit une pièce aux multiples rebondissements, qui sait marier avec talent l’humour, la poésie, la tendresse et l’émotion. La mise en scène est remarquable d’ingéniosité, le rythme soutenu ne laisse aucun répit au spectateur qui en redemande !

Pour la plaisir de (re)découvrir la vie mouvementée du célébrissime auteur du Petit Prince, pour l’énergie et le talent des acteurs, pour la mise en scène brillante, pour le plaisir d’un spectacle dont on ressort le sourire aux lèvres et l’émotion au cœur, foncez au Splendid !

Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur 
Texte : Arthur Jugnot et Flavie Péan
Mise en scène : Arthur Jugnot
Avec : Davy Sardou, Flavie Péan, Pierre Bénézit, Laurence Porteil, Antoine Lelandais, Lancelot Cherer.
Costumes : Bérangère Roland
Vidéo : Sébastien Mizermont
Musique : Romain Trouillet
Lumières : Thomas Rouxel
Scénographie : Juliette Azzopardi et Jean-Benoît Thibaud
Durée : 1 h 30

Dates et Lieu des représentations :
Théâtre du Splendid – 75010 Paris
À partir du 25 août 2021 et jusqu'au 6 novembre 2021: du mardi au samedi à 21h, le samedi à 16h30


 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal