Menu

Joshua Budich : une exposition sur les objets comestibles de la pop culture

  • Écrit par Julie Cadilhac
Joshua BuddichPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Amateurs d'art geek, cette exposition est pour vous ! Joshua Budich, illustrateur de la banlieue de Baltimore dans le Maryland, s’inspire, comme beaucoup de ses pairs, par les films cultes, les séries et les dessins animés. La French Paper Gallery, en collaboration avec Geek-Art, a conçu sa première exposition en France, "Pop Culture Delicatessen".  Vous y découvrirez une rétrospective de ses affiches de films cultes, de nombreuses pièces de son exposition Fictional Food qu’il a présentée l’an dernier à Los Angeles et des affiches inspirées par les plus grands jeux vidéos existants. Le vernissage a lieu mercredi 10 février prochain, à la French Paper Gallery et ce serait dommage de ne pas se laisser tenter!
 
Vous vivez dans la banlieue de Baltimore...dans quelle mesure diriez-vous que votre cadre de vie (et peut-être votre enfance/ adolescence) a influencé votre goût pour la pop culture?
Ayant vécu dans et autour de Baltimore dans le Maryland, cette ville a toujours dégagé une atmosphère particulière en terme de culture et le kitsch est omniprésent ! Ouvertement fantaisiste lorsqu’il s’agit de pop culture (et souvent de mauvais goût) , elle semble être la normalité et le mot d’ordre dans cette région. En dehors de la pression culturelle qu’exerce la ville, je crois que ma principale influence, lorsqu’il s’agit de ma collection d’objets et mon amour de la pop culture, reste ma mère. Collectionneuse effrénée elle-même, elle mettait beaucoup d’amour et de fierté à traquer tous les jouets rares et de collection que voulaient ses enfants. 

Si vous deviez citer des "mentors" en matière de pop culture et de sérigraphie ( dont vous êtes un spécialiste), ce seraient…? 
Il ne me semble pas possible de faire des sérigraphies de pop culture sans penser aux « maîtres » qui ont inventé le concept. Andy Warhol bien sûr et sa philosophie à propos de l’appropriation de la culture et sa façon de s’en réapproprier le sens. Dans une moindre mesure, Shepard Fairey, qui fut une grande influence dans mes premiers travaux, lorsque je tentais d’apprendre un artisanat (la sérigraphie) par mes propres moyens et que je n’y connaissais rien ! Quoiqu’il en soit, de par mon expérience de petit garçon américain, constamment inondé par le flot ininterrompu de pop culture, mes influences principales restent beaucoup moins intellectuelles : les comics, jeux vidéo, films et autres dessins-animés du samedi matin !

Vous dites que vous êtes un enfant des années 80, " l'Age d'or du consumérisme" : Est-ce de votre tendance à la collectionite aiguë qu'est née votre envie d'en faire un métier à part entière?
Le fait d’avoir toujours été « ce garçon » avec le crayon à la main, gribouillant sur son cahier à dessins plutôt que de faire attention au monde qui m’entourait, a principalement contribué à mon choix (ou plutôt manque de choix !) sur mon avenir professionnel. Bien sûr mon appétit, lorsqu’il s’agit de collectionner des figurines en plastiques, a forcément dû avoir une importance particulière...

Le cinéma semble être une de vos principales sources d'inspiration : si vous deviez citer cinq films incontournables pour Joshua Budich, ce seraient…?
Star Wars (trilogie originale) – Fight Club – Toy Story – La vie aquatique et Princess Bride.

Avec quels outils, matières et supports travaillez-vous?
Lorsque j’ai le temps de faire des erreurs et de recommencer, je préfère mon bon vieux crayon à papier, de l’encre et du papier. Si je travaille pour une « commande », sachant que je vais devoir y apporter beaucoup de corrections, je fais volontiers confiance à ma tablette graphique Wacom et mon Mac.

C'est votre première exposition en France...comment avez-vous conçu "Pop culture délicatessen"? Qu'y trouveront les visiteurs?
J’ai deux grandes passions dans la vie (en dehors de ma femme et mes enfants) : L’Art et la Cuisine ! L’année dernière, j’ai créé une série d’illustrations basée sur des objets comestibles de la pop culture, au travers de séries TV, films et la littérature. Cette exposition « Pop Culture Delicatessen » présente une grande partie de ces pièces. De plus comme il s’agit de ma 1ère exposition outre-Atlantique et ici en France, nous avons voulu avec la French Paper Gallery y intégrer quelques pièces de mon travail de ces dernières années. Ainsi vous pourrez découvrir également des hommages aux films et personnages qui ont cultivé ma vie, et continuent d’inspirer mes travaux.

Pop CultureEnfin, si vous deviez visiter l'expo avec un néophyte, comment transmettriez-vous votre passion pour la pop culture? Que conseilleriez-vous au regard d'observer, à l'esprit de synthétiser?
Ma passion… je ne peins pas d’icônes religieuses, je n’ai pas d’admiration particulière pour les sportifs, je ne milite pas pour des politiciens, je dessine ce que j’aime. La Pop Culture. Pour un néophyte, je lui recommanderais simplement de se plonger dedans. Trouver ce qui va parler à l’enfant qui est en vous et qui vous rend heureux. Tout l’intérêt de ces pièces est dans la sensation qu’elles vous apportent en les regardant. D’un point de vue plus technique, le plaisir que je prends à travailler avec la sérigraphie provient principalement de son côté « artisanal », les aléas du dessin et des lumières, l’interaction d’une couche encre sur une autre et les imperfections du procédé… C’est un hommage merveilleux qui est rendu à ce beau médium que reste le papier ! Pour un enfant qui a grandi dans la banlieue de Baltimore, dessinant des super-héros dans mes cahiers, je ne pensais pas exposer mon travail en France un jour ! Je suis très honoré que la French Paper Gallery m’en donne l’opportunité.    
 
Pop Culture Delicatessen - Du 10 février au 5 mars 2016 à la French Paper Gallery ( 51, rue Volta. 75003 Paris)
 

À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal