Menu

« L’Homme battu » d’Olivia Koudrine : histoires d’une famille ordinaire…

  • Écrit par Serge Bressan

cherche midiPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Elle se prénomme Justine, elle a 20 ans. Elle raconte. Ça commence par un enterrement. Celui de son père, « un rite glauque mais banal ! Sauf pour moi. C’était mon premier enterrement. Quelques pelletées de terre sur des rêves avortées, des larmes ravalées, des sentiments bafoués. La vie de mon père ! » Déjà remarquée en 2018 pour « Cinq à sept », Olivia Koudrine nous revient avec « L’Homme battu », un texte placé sous des mots d’Emil Cioran (« Nous ne pardonnons qu’aux enfants et aux fous : les autres, s’ils ont l’audace de les imiter, s’en repentiront tôt ou tard »), où l’intime fait compagnie avec la férocité, même la perfidie et aussi, parfois, une pointe d’humour. « L’Homme battu », c’est l’histoire d’une famille ordinaire. Justine, la narratrice, est la fille de deux professeurs : la mère enseigne les mathématiques, le père la musique. Au domicile familial, elle est témoin de scènes de violence- le père est « l’homme battu » par la mère, une femme qui présente bien à l’extérieur mais qui, chez elle, use et abuse de l’autorité et de la manipulation. Inspirée par l’histoire d’une amie, l’auteure plonge dans cet univers peu évoqué : les hommes battus dans le foyer conjugal… et elle emmène sa narratrice dans une enquête sur ces mère et père. Justine va alors découvrir le secret de ce père qu’on qualifierait grossièrement de « couille-molle », de ce père qui avait un paradis perdu, une autre vie, une autre femme avec qui il aura une autre fille. Portrait de Justine par Olivia Koudrine : « Justine refuse d’être une victime. Elle le crie haut et fort jusqu’à se faire mal, ce qui semble contradictoire. Bien qu’elle en veuille terriblement à ses parents et qu’elle soit sans nuance comme on l’est souvent à cet âge, c’est une femme instinctive qui a compris que le monde n’est pas binaire, avec les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Et c’est surtout cela qu’elle exprime ». Avec acuité, Olivia Koudrine pointe un monde de faux-semblants et de prêt-à-penser, et propose avec le personnage de Justine un féminisme « éclairé ».

Avant l’été
Auteure : Olivia Koudrine
Editions : Cherche-Midi
Parution : 12 mai 2021
Prix : 18 €

Quand je fêtai mes 19 ans, mon père en a eu 52. Nous sommes nés le même jour. Comme lui, je suis un taureau de mai. De fortes personnalités conformément au profil de la bête, et têtues par-dessus le marché : Papa était l’exception qui confirme la règle. A moins que l’astrologie ne soit qu’un outil divinatoire bidon, comme d’aucuns l’affirment. Je n’ai nul avis sur le sujet. Pas plus que sur la chiromancie. Même si la ligne de vie au creux de sa main sèche et atone quelques jours avant son décès était bien trop courte.


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal