Menu

10805 maux : un cri théâtral percutant de la jeunesse contemporaine

  • Écrit par Julie Cadilhac

10825Par Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Qu’est-ce qu’il se passe dans le cerveau pour prendre une décision qui peut bouleverser une vie ? Qu’est-ce qui se joue durant ces quelques secondes qui font basculer un destin et mettre à mal des mois de travail ?

Camille, jeune artiste, a du se poser et reposer la question suite à ce soir de vernissage qui le réunit, lui, et ses amis Lola, Victoire et Tom, après leurs années de formation aux Beaux Arts. Au cours de cette soirée, leur avenir se joue devant le gratin de l’art parisien : s’ils sont repérés, ils vont percer dans le milieu. Oui mais Camille en a décidé autrement ...et en montrant son sexe à un ponte des galeries contemporaines, il galvaude son futur et celui de ses camarades.
C’est par cet événement que démarre ce huit clos et les conversations que mènent comme dernier combat cette jeunesse désenchantée.

C’est dans une galerie que la joute verbale va trouver sa violence et sa puissance, symbole de l’élitisme guindé du milieu artistique et d’un environnement fermé qui cultive l’entre-soi et la difficulté d’y pénétrer. Toute la pièce se déroule postérieurement à ce scandale où chacun va pouvoir exprimer sa désillusion et son désespoir, crier sa révolte et ses reproches mais aussi son amour de l’autre et d’un souvenir écorné par cette trahison.

Mélange de dialogues vifs et directs et de monologues profonds, le texte intelligent et à la belle plume permet à chacun d’exprimer sa colère épidermique mais aussi les relants plus intérieurs et jusque là étouffés. Seuls 10805 mots seront prononcés au cours de la pièce, pas besoin d’un seul de plus pour caractériser les maux et souffrances de chacun.

Camille a cassé le ressort de l’essence artistique en déconstruisant le comportement stéréotypé qui était attendu à ce vernissage. En voulant revenir à la démarche originelle de l’art (ne pas être un bien marchandable mais une démarche culturelle), il pose la question de ce que doit être un artiste aujourd’hui : un marchand de bien qui vend ou un anticonformiste ? Il a par la même cassé le ressort de l’amitié fraternelle qui le liait à ses camarades faisant exploser les tensions intérieures, commençant par les siennes, libérant la parole et les non-dits réduits au silence mais aussi mettant à vif les blessures.

Pour porter cette pièce, la compagnie La Mission, avec ses quatre jeunes comédiens jouant avec intensité et sincérité, donne une couleur typique à chaque personnage. Chacun porte une fragilité, une sensibilité à fleur de peau et une fébrilité dans ce qu’il est et ressent. Entre émotions, expression corporelle ou artistique (superbe reprise à la guitare de Pastime Paradise de Stevie Wonder), chacun casse ses propres codes décontractés et branchés du début de pièce pour faire ressurgir sa vraie nature.

Cri de la jeunesse contemporaine, 10805 Maux met en lumière le questionnement générationnel d’un certain milieu, la quête de sens au coeur de la démarche artistique, l’insouciance face au besoin de reconnaissance.

Peut-on tout détruire sur son passage pour soi comme pour les autres ? Comment porter le poids de la trahison ?
A moins que ce cri de révolte soit une manière de se faire remarquer et de se sentir vivant, en tant qu’artiste, mais surtout en tant qu’humain.

10805 maux
Texte, mise en scène, lumières : Alexandre Cordier
Décors : Alexandre Cordier, Mellie Chartres
Jeu : Elsa Revcolevschi, Benjamin Sulpice, Hugo Merck, Milena Sansonetti

 

Dates et lieux des représentations: 

- Du 04/05/2022 au 28/05/2022 à 21H15 au Théâtre des Déchargeurs - Paris

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal