Menu

Le grand théâtre de l’épidémie : une pièce inscrite dans le réel !

  • Écrit par Victor Waque

epidemiePar Victor Waqué - Lagrandeparade.com/ Au théâtre de Poche, dans la petite salle chaleureuse, les spectateurs, munis du masque protocolaire et des distanciations sociales attendent « Le grand théâtre de l’épidémie ». Ils ne pouvaient pas mieux tomber. Vêtus d’une grande toge noire et arborant le masque blanc allongé en bec des médecins des siècles derniers, les comédiens arrivent sur scène dans un troublant jeu de miroir... Les comédiens, reflet des spectateurs. La pièce de théâtre, écho de l’actualité.

Là est bien le parti pris de Christophe Barbier, auteur, metteur en scène et comédien sur scène. Mettre en lien les grands auteurs du théâtre avec notre présent. Ionesco, Camus, Claudel, Sophocle dans leurs pièces parfois vieilles de plusieurs centaines d’années, semblent avoir tout prévu de la pandémie qui nous touche actuellement. Confinement, distanciation, médecins et hommes politiques démunis, rien de nouveau sur la comète !
Un narrateur sur scène nous facilite les allers-retours entre le présent et la fiction du passé, introduisant les scénettes et nous invitant à réfléchir sur leurs similarités troublantes. Ainsi, le médecin Didier Raoult fait suite à un passage du « Malade imaginaire » tandis que Emmanuel Macron répond à une pièce de Camus.

Avec ces extraits de pièce de théâtre, on observe à quel point les réactions face à la maladie restent d’une similarité troublante de l’antiquité à nos jours. Les mêmes angoisses, les mêmes incertitudes traversent l’Homme confronté à une pandémie. Les technologies et les connaissances scientifiques ne colorant que légèrement des thèmes existentiels vieux comme le monde. Peur. Illusions. Espoir. Mort. Vie.
Des notions floues, des notions impalpables qui pourtant semblent exprimer le cœur de ce qui définit notre humanité. La pandémie met en exergue l’essentiel, caché au fond de nous.

Les grands auteurs ne s’y sont pas trompés. Ils s’appuient sur ce cas extrême pour traiter des sujets les plus profonds. Roméo et Juliette n’auraient pu exister sans la peste qui rendit inéluctable la furie d’un amour perdu. La dénonciation du totalitarisme de Camus n’aurait mieux pu s’exprimer qu’à la lumière d’une maladie contagieuse. Le théâtre a toujours été friand du thème de la maladie. On comprend mieux pourquoi.

La réussite de la pièce « Le grand théâtre de l’épidémie » réside dans l’humour dévastateur qui la parcourt. Les comédiens s’emparent des rôles avec force et énergie, tombant souvent dans un burlesque savoureux. On rit de la maladie et de la mort, on rit surtout de l’incapacité des personnages à répondre de manière cohérente à la pandémie qui les accule.
Les comédiens jouent avec réussite la bêtise de l’Homme. Les imitations des politiciens présomptueux. Les voies gutturales du médecin docte et incompétent. La folie apparente de personnages de Camus. La fougue idiote de ce général impavide qui vient embrasser la maladie... Sur scène point besoin de décor, les comédiens et leurs présences emplissent largement l’espace. Seuls quelques masques carnavalesques les accompagnent, pied de nez à l’actualité.

« Le grand théâtre de l’épidémie » est une pièce égayante qui peut-être vous fera voir dans l’actualité médiatique, une grande pièce de théâtre...

LE GRAND THÉÂTRE DE L’ÉPIDÉMIE
D’APRÈS SOPHOCLE, CAMUS, CLAUDEL, IONESCO, SHAKESPEARE…
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE : CHRISTOPHE BARBIER
Avec Christophe BARBIER - Sylvain KATAN - Pierre VAL ou Frédéric LECAT (en alternance)
Lumières : François LOISEAU
Durée 1h10
Production : Théâtre de Poche-Montparnasse

Dates et lieux des représentations: 

- À partir du 8 septembre et jusqu’au 18 octobre 2020 - Du mardi au samedi 19h, dimanche 17h ( Relâches les 3 et 8 octobre) au Théâtre de Poche  (75 Boulevard du Montparnasse, 75006 Paris - Téléphone : 01 45 44 50 21)


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal