Menu

J.M Erre : un délirium-tremens romanesque à base de soupe aux choux

  • Écrit par Nicolas Bodou

Le grand n'importe quoiPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.fr/ Nous sommes le 7 juin 2042, dans le charmant village de Gourdiflot-le-Bombé. Et si rien ne se passe vraiment dans ce petit bout de France, cette nuit du 7 juin va s’avérer plus agitée qu’à l’habitude. Arthur, réfugié monégasque (car Monaco est tombée aux mains des mollahs en 2042... puisqu’on vous dit que c’est n’importe quoi ! c’est même marqué dessus !), se voit bien malgré lui perdu en pleine nuit dans les rues de Gourdiflot-le-Bombé suite à la subtilisation de sa fiancée par un culturiste au cours d’une soirée costumée (c’est vrai que là, c’est un peu n’importe quoi!). A peu près au même moment (l’espace temps est une notion importante dans le roman, même si c’est n’importe quoi), Lucas, jeune romancier de science-fiction entend sonner à sa porte. Après avoir ouvert la porte à Marilyn Monroe et s’être fait agresser par Superman (bon là, d’accord, ça commence à être n’importe quoi mais vraiment!...)Il décide de prendre la fuite, mais sans penser un seul instant que des extraterrestres ont débarqué dans le village ! Heureusement pour ces deux -là, un haut lieu de convivialité à la française sera là pour les réunir afin que l’auteur puisse continuer à nous raconter...n’importe quoi !  

Le dernier bistrot avant la fin du monde avait depuis longtemps perdu son lustre d’antan. Finie la grande époque où le Malibu-grenadine coulait à flots lors de mémorables soirées de baby-foot enflammé. Depuis quelques années, les vieux habitués avaient pris la mauvaise habitude d’aller s’habituer à une centaine de mètres de là, au cimetière. Accoudé au comptoir, Jean-Robert Rajonarimampianina, sobrement appelé J-Bob, un des premiers Malgaches dépêchés en France après la révolution énergétique de 2026. Ivrogne patenté, sa mission sur Terre consistait à permettre à Francis, l’insubmersible patron, de conserver son travail, et il s’y employait avec beaucoup d’ardeur, d’alcool et de cacahuètes.

J.M Erre, auteur prolifique, nous emmène cette fois-ci dans l’univers de la science fiction, mais à sa sauce, dont les ingrédients principaux sont à base de délirium tremens et de soupe aux choux.Il s’amuse toujours autant avec le lecteur, l’emmenant dans une quatrième dimension rocambolesque, hilarante et faite comme à son habitude d’une galerie de personnages quelque peu allumés !

Toutes ces rencontres avec des personnages plus déjantés et caricaturaux les uns que les autres : les culturistes décérébrés, les poivrots philosophes, la grenouille de bénitier, la bourgeoise nymphomane, le paysan dégénéré, et maintenant le duo de flics bouffons. Il y avait quelque chose qui clochait. Toute sa vie, Arthur avait eu cette impression de vivre des scènes incohérentes, mais cette nuit, il avait droit à une sorte de concentré. Une compil. Un best of.

L’esprit humain, parmi tant d’extraordinaires facultés, en possède deux particulièrement fascinantes : la capacité à gober n’importe quoi et l’autosatisfaction.

Un très bon roman qui pourra même vous apporter quelques révélations sur le plus grand mystère de l’univers, si, on vous assure...ou peut-être qu'on raconte n’importe quoi, allez savoir… !

Le grand n’importe quoi
Auteur : J.M Erre
298 pages. 19€. En librairie depuis le 11 février 2016
Editions : Buchet-Chastel

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal