Menu

Le Dindon de Feydeau dévoile les charmes discrets d’une bourgeoisie en proie au délire des sens : Qui trop embrasse…

  • Écrit par Christian Kazandjian

DindonPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.com/ Pontagnac, coureur de jupons compulsif, suit Lucienne jusque chez elle et lui fait des avances. Surgit le mari, qui n'est qu'autre que Vatelin, un de ses amis. L'affaire s'arrange entre les protagonistes, Vatelin, connaissant Pontagnac, lui pardonne.

Mais Maggy, qui a été la maîtresse de Vatelin quand ce dernier était à Londres, débarque. Pontagnac en profite pour dire à Lucienne que son mari la trompe. L’épouse fidèle, comme elle l’avait promis, prendrait amant si elle était trompée. Mais Lucienne choisit Redillon, autre ami de la famille, au lieu de Pontagnac, dont l’épouse lassée des aventures de son mari décide de divorcer. Vatelin avoue à sa femme que l’Anglaise Maggy ne fut qu’une passade, un moment d’égarement : ils se rabibochent donc. Redillon, de son côté se réconcilie avec Armandine, une fille de joie. Pontagnac se retrouve seul, dindon d’une aventure dont il a cru être le « deus ex machina ». Ou, selon l’adage « qui trop embrasse… ».

L’action, tambour battant

Le Dindon confronte le désir, l’infidélité aux bons usages et à la morale bourgeoise. Tous les protagonistes se livrent, sans scrupule ou après bien des hésitations, à l’appel des sens. A la condition que le scandale, si scandale il y a, ne déborde pas le cercle de leur classe (on déchirera donc, à la fin de la pièce, le procès-verbal signaiant l’adultère). L’intrigue est basée sur la loi du talion : « Si tu me trompes, je te trompe ». Le Dindon est du meilleur Feydeau, maître, avec son aîné Labiche, du vaudeville. Tous les ingrédients sont présents : quiproquos, jeux de mots, personnages déjantés, tourbillon de péripéties mené tambour battant.

Un tourbillon de situations scabreuses

La mise en scène d’Anthony Magnier -qui joue Pontagnac- entraîne le spectateur dans le maelstrom des coups de théâtre. Les gestes sans équivoque, le débit accéléré, les borborygmes soulignent le dérèglement des sens qui semble affecter tous les personnages. Et on en rit, beaucoup. Les sept comédiens interprètent une multitude de personnages : un Anglais né à Marseille, un médecin militaire et son épouse plus sourde qu’un pot, une commissaire en talons aiguille, un vieux domestique emperruqué, un ministre belge, une soubrette avec cheveu sur la langue, etc. Et ce rythme jamais ne faiblit (les changements d’acte se font au son du disco). Tous les costumes sont de noir et blanc : rigidité de la règle bourgeoise, sobriété qu’on donne à voir à la société, quand on se lâche dans l’intimité des salons. Feydeau, fils de famille, né probablement d’une aventure adultérine dans la « haute », a-t-il voulu régler les comptes d’une classe où l’hypocrisie se vêt des atours de la vertu ? Si c’est le cas, ce fut fait avec l’humour. Grinçant et jubilatoire, pour tout public. D’autre part, la mise en scène (gestuelle ostentatoire, mimiques, rythme endiablé) peut être vue comme un clin d’œil au cinéma muet, en noir et blanc, celui des Chaplin, Max Sennett, Harold Lloyd (Le Dindon a d’ailleurs fait l’objet d’un film en 1913).

Le Dindon 
Auteur : Feydeau
Mise en scène : Anthony Magnier
Avec PONTAGNAC / Anthony Magnier en alternance avec Victorien Robert - VATELIN / Xavier Martel - SOLDIGNAC, PINCHARD, GEROME / Julien Renon en alternance avec Mikael Fasulo - REDILLON / Laurent Paolini en alternance avec Guillaume Collignon - MADAME VATELIN / Magali Genoud en alternance avec Audrey Sourdive - MAGGY, CLARA / Delphine Cogniard en alternance avec Vanessa Koutseff - ARMANDINE / Marie Le Cam en alternance avec Sandrine Moaligou

Dates et lieux des représentations : 
- Jusqu’au 17 janvier 202O au Théâtre Déjazet, Paris 3e (01.48.87.52.55) 

Puis en tournée : Saint-Fargeau-Ponthierry (77) le 1er février 2020 ; Sallanches (74) le 6 février ; Aix-les-Bains (73) le 7 février ; Metz (57) le 13 et le 14 février ; Villeneuve-Saint-Georges (94) le 28 février ; Loos (59) le 7 mars ; Digne-les-bains (04) le 19 mars ; Le Pradet (83) le 20 mars ; Saint Priest (69) le 4 avril ; Saint Marcellin (38) le 17 avril ; Buc (78) le 18 avril ; Le Rosey (Suisse) le 3 juin ; Jouy en Josas (78) le 27 juin.

dindon

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal