Menu

The Museum : le beau tableau macabre de Bashar Murkus

  • Écrit par Romain Rougé

the museumPar Romain Rougé - Lagrandeparade.com/ Dramaturge engagé de la scène palestinienne, Bashar Murkus a présenté « The Museum » aux 13 Vents de Montpellier, dans le cadre de la Biennale des arts de la scène en Méditerranée.
La pièce raconte les dernières heures d’un terroriste coincé avec l’inspecteur en charge de l’enquête, dans le lieu où il sera exécuté : il a tué 49 élèves et leur maitresse dans un musée. On l’admet, le sujet est… lourd ! Et pourtant, Bashar Murkus réussit à faire de ce huis-clos un puissant moment de théâtre.
Exit la justification religieuse ou politique du crime, la pièce nous amène subtilement au cœur de la psyché et des pulsions de l’Homme. Cet Homme carnassier auquel on amène un plateau de viande crue pour appuyer sa cruauté, cet Homme qui se repaît de la violence par mimétisme… Une violence devenue animale et banale, jusqu’à la sacraliser comme « un tableau d’art », que nous-même contemplons.
Il y a assurément quelque chose d’hypnotique dans « The Museum » qui, malgré son sujet funèbre n’est absolument pas dénué d’onirisme et de décalage. Exemple : un interlude délicieusement lynchéen où les comédiens coiffés de têtes de mouton se déchaînent sur de l’électro, en bêlant pour communiquer avec le public… Mise en abyme de la foule qui suit aveuglément un berger ? Ou anéantissement de tout esprit critique ? Telle est la question et l’une des forces de l’œuvre : son sous-texte, brouiller les pistes, amener le spectateur à s’interroger, à balayer tout jugement à l’emporte-pièce.

L’horreur du terrorisme est ici intimement liée à celle de l’homicide légal qu’est la peine de mort, particulièrement quand l’inspecteur s’enfonce dans le sadisme. Dans les deux cas, aucun détail ne nous sera épargné, de la tuerie du musée à l’agonie du condamné induite par les cathéters et les produits qui pénètrent lentement le corps… Et le public d’être simplement spectateur de cette « jouissance » macabre. Si la pièce aborde la notion de justice, ce sont bien les tréfonds de l’âme humaine qui sont ici brillamment racontés et excellemment mis en scènes. Ceci aidé par une caméra utilisée habilement et des acteurs (Henry Andrawes et Ramzi Maqdizi) saisissants de justesse.

De leur brutalité naîtra d’ailleurs parfois une surprenante sensualité. On pense à cette scène de lavement, érotique et ambiguë, magnifiée par une musique aux effluves trip hop, sous la lumière vaporeuse d’un clair de lune artificiel. La scénographie est superbe. Bashar Murkus propose une œuvre intelligente, dérangeante, auréolée d’une mystérieuse et lugubre poésie. L’immersion dans son « Museum » est totale.

Le Musée -المتحف
Texte et mise en scène : Bashar Murkus
Avec : Henry Andrawes, Ramzi Maqdisi

Dates et lieux des représentations :
- Les 18 et 19 novembre 2021 au Théâtre des 13 Vents, CDN Montpellier - France
- Du mer. 08/12/21 au jeu. 09/12/21 au Khashabi Theatre
- Du jeu. 20/01/22 au sam. 22/01/22 au Schlachthaus Theater - Berne

le musee

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal