Menu

Blax, The Musical : un formidable hommage à la Blaxploitation pour un grand moment de rires, d’émotion et de plaisir !

  • Écrit par Sylvie Gagnère

BlaxPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ New York au début des années 70 : un gangster est abattu froidement au coin de la 110ème rue, près du célèbre Brown Sugar Club. Black Jack a décidé de venger la mort de sa petite amie, Maggie Jones, des suites d’une overdose de drogue. Le responsable ? Le caïd du coin, Daddy King.

Quatre enfants de Harlem, qui ont grandi ensemble, vont se retrouver au cœur d’une enquête où violence et vengeance sont les maîtres mots, sur fond de guerre des gangs, accompagnée de tubes soul et funk. Un cocktail de danse, de chants, d’humour et de cascades est au programme de ce spectacle aux accents tarantinesques.

La Blaxploitation est un genre cinématographique né dans les années 70, qui met pour la première fois à l’honneur des Afro-américain·es, sur des bandes-son de grande qualité. Punchlines, humour trash, violence, drogue et scènes d’action sont les ingrédients de base de ces films. Les hommes y sont machos et forts, les femmes libres et combatives.

Dans un décor minimaliste (un podium et un bar entourés par une cage de lumières dynamiques en mouvement), quatre comédien·nes et chanteu·r·ses nous embarquent dans un voyage dans le temps et l’espace. En utilisant tous les codes de ce genre de cinéma : niveau costumes, pattes d’éléphant, coiffures afro et manteaux de fourrure, côté musique, Tina Turner, Marvin Gaye, James Brown et tous les standards de la soul et du funk (jusqu’à Beyoncé). On est propulsés en plein dans les années 70, ambiance Shaft et Huggy-les-bons-tuyaux.

On assiste à de superbes tableaux, chorégraphiés de main de maître. Les artistes enchaînent les scènes et les changements de costumes, incarnant à eux quatre tous les acteurs de la tragédie. Le spectacle s’amuse à détourner quelques séquences cultes de Tarantino, pour notre plus grand plaisir.

Éric Vincent est formidable d’énergie et campe ses personnages avec brio, imposant sa remarquable présence scénique. Orlando Louis se coule avec délices dans la peau d’un gangster comme dans celle d’une langoureuse femme. Myriana Hatchi offre sa voix rauque qui colle parfaitement aux standards, et Rachel Gardner Smith fait preuve d’une belle assurance.

C’est drôle, mené sur un rythme d’enfer, avec une bande-son formidable et des comédien·nes / chanteu·r·ses au talent et à la générosité sans faille. La salle est enthousiaste, et on ressort heureux de ce moment survolté, tendre et plein d’humour.

Blax, The Musical 
Production : A360 Production
Écriture et mise en scène : Simon Leblond
Direction artistique : Les Brown Sugar
Avec : Rachel Gardner Smith, Myriana Hatchi, Éric Vincent et Orlando Louis
Durée : 1 h 40

Dates et Lieu des représentations : 
- Jusqu’au 31 octobre 2021 : du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 18h
 - Théâtre du Lucernaire – 75018 Paris

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal