Menu

Josep : le magnifique biopic dessiné d'Aurel et l’hommage bouleversant aux réfugiés et exilés de la Retirada

  • Écrit par Julie Cadilhac

josepPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Février 1939. Un flot de Républicains espagnols, fuyant la dictature franquiste, se précipite à la frontière française : le gouvernement d'Albert Lebrun décide de les parquer dans des camps. C'est alors qu'une amitié qui traverse les barbelés, les nationalités et les croyances naît entre deux hommes : l’un est gendarme, l’autre est dessinateur. De Barcelone au Mexique et jusqu’à New York, Aurel - dessinateur de presse et de bandes-dessinées montpelliérain (d'origine ardéchoise) - nous conte l’histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d'exception, né en 1910 à Barcelone et mort le 3 décembre 1995 à New York.

Ce fondateur du syndicat des dessinateurs (en 1936) qui devient pendant la Guerre d'Espagne commissaire politique du POUM, se voit incarcéré dans un camp en France après l'effondrement de la République : il continue néanmoins de dessiner. Le film d’animation Josep montre le quotidien terrible des réfugiés du camp (la famine, le scorbut, le typhus, les maltraitances physiques et les humiliations) jusqu’à la possible échappatoire de ce trentenaire courageux et déterminé…et la parenthèse - après 1943 - au Mexique où il devient l'amant de Frida Kahlo avant de migrer à New-York…
Remarquablement documenté (notamment grâce à un partenariat avec le Mémorial du camp de Rivesaltes), ce film biographique est à louer tout autant pour la qualité de son scénario ( de Jean-Louis Milési) que de son dessin (d'Aurel), singulier, sensible et magistral.

La focalisation choisie, celle d’un grand-père transmettant à son petit-fils un fragment de son histoire, est tout d’abord d’une grande pertinence : elle aiguise la curiosité du spectateur sur l’identité réelle de cet aïeul au crépuscule de son existence, offre un point de vue aux potentialités narratives passionnantes et enfin supprime toute tentation d’interprétation manichéiste de l'h(H)istoire. 

La qualité de l’image est magnifique. Dès l’ouverture, dans le froid et la neige, tout est « noir, blanc, dur, violent » et les silhouettes fantomatiques d’êtres en fuite, aux visages émaciés et au coeur ivre de rage et d’impuissance, bouleversent immédiatement. Le choix des plans, des angles choisis, des détails qui s’animent et de ceux que l’on laisse fixes, les physionomies des protagonistes principaux ( la rondeur bienveillante des traits du soldat bleu-narrateur ...à la physiognomonie de cochon d’un de ses compagnons de dortoir, des lignes du visage creusé de Josep ...aux couleurs éclatantes de Frida) : tout séduit et convainc. Voir, de surcroît, les dessins de Josep Bartolí se matérialiser sur le sable, au creux d’un carnet ou encore sur les murs d’une salle de fêtes improvisée s’avère une récréation graphique fabuleuse.

Les voix de Sergi López et Gérard Hernandez incarnent de manière émouvante Josep et Serge et l'on applaudit la superbe musique originale de Sílvia Pérez Cruz. 

Josep, c’est un film d’animation aussi bouleversant qu’indispensable non seulement parce qu'il retrace la vie d'un artiste exceptionnel et rend un poignant hommage aux réfugiés et exilés de la Retirada mais aussi car il rappelle à tous ceux dont « la mémoire part en vadrouille » combien l’Histoire ne cesse d’avoir la tentation de se répéter et que, confronté.e à une déshumanisation inacceptable, « la désobéissance est le plus sage des devoirs».

On garde en mémoire la scène emblématique de ces deux dos d’hommes, entourés des volutes de la fumée de leur cigarette, et réunis dans la fraternité d’une soirée, dont les idéaux sont malmenés par un monde mené par la peur. Plus tard, ils repeindront ensemble les murs en bleu avec Frida et même s’il aura fallu trente ans de patience, Josep aura pu revenir en Espagne pour « cracher sur la tombe de Franco ».

Merci à Aurel pour cette fresque de très grande qualité qui gagnera à être diffusée à un large public et exploitée à des fins pédagogiques ( tant le support s'y prête brillamment)! 

[bt_quote style="default" width="0"]Le jour où tu accepteras la couleur, c’est que tu auras apprivoisé la peur.[/bt_quote]

Josep
Date de sortie en salles : 30 septembre 2020
Durée : 1h 20min
Genre : Animation, Historique

Réalisateur : Aurel
Auteur : Jean-Louis Milesi
Musique originale : Sílvia Pérez Cruz
Producteur : Serge Lalou – Les Films d’Ici Méditerranée

Avec les voix de Sergi López, Bruno Solo, David Marsais, Gérard Hernandez, Valérie Lemercier, Thomas Vdb, Sílvia Pérez Cruz, François Morel, Alain Cauchi, Sophia Aram...

Découvert le 27 août 2020 en avant-première au Cinéma Diagonal (5 Rue de Verdun, 34000 Montpellier) - Téléphone : 04 67 58 58 10

josep

[bt_quote style="default" width="0"]Le jour où tu accepteras la couleur, c’est que tu auras apprivoisé la peur.[/bt_quote]

 

avant-premières


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal