Menu

La Vénus callipyge et autres contes : "ne dîtes jamais "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau."

  • Écrit par Catherine Verne

Venus CallipygePar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Malgré des airs aguicheurs, cette nouvelle collection n'offre rien d'érotique à se mettre sous la dent. Aucun sein qu'on ne saurait voir ne dépasse vraiment du corset.

Peut-être parce que La Fontaine, ce n'est pas Molière, certes mais ce n'est pas non plus, manifestement, Racine, capable de lyrisme audacieux quand il évoque la fièvre du désir chez Phèdre. En revanche on savoure la virtuosité du style du poète appliquée au délicat sujet des amours légères et du libertinage. Tout est en vers bien sûr, ce qui peut enlever de la fluidité à une lecture moderne, mais ce charme désuet inspire tendresse et estime pour le talent qu'il suppose. Côté contenu, on trouvera amusant de constater qu'au XVIIè siècle tous les travers et vices font déjà tourner les têtes dans les alcôves : Jean de La Fontaine met en scène des contemporains lubriques épris de jolies dindes assez niaises pour se coucher sans discuter à leur botte, des situations de vaudeville à la "ciel mon mari!"car les dindes ne sont pas toujours sages quant à elles, des revérends qui s'emploient à donner de l'esprit aux jeunes filles en les dépucelant sous un consensus social affligeant. Bref, l'ouvrage constitue une étonnante annexe aux fables du moralisateur. On pourrait en estampiller les contes ici édités d'adages populaires du genre: "une de perdue dix de trouvées", "méfiez-vous de l'eau qui dort" ou "qui va à la chasse perd sa place". Et surtout sans doute celui-ci: "ne dîtes jamais "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau.""

La Vénus callipyge et autres contes de Jean de La Fontaine
Editeur: Macha
Prix: 5,90 euros


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal