Menu

Le bonheur est au fond du couloir à gauche : « De l’inconvénient d’aller mieux ! »

  • Écrit par Nicolas Bodou

couloirPar Nicolas Bodou - Lagrandeparade.com/ Si vous demandiez à Michel H. s’il va bien, il répondrait sans doute non, car Michel ne va pas très bien, depuis….sa naissance, ou un peu avant !

[bt_quote style="default" width="0"]…et je suis né. C’était il y a vingt-cinq ans. Je ne m’en suis jamais remis.[/bt_quote]

Michel a fait de la neurasthénie un art de vivre, fin gourmet en matière d’antidépresseurs et grand amateur de séances de psy, Michel peut remplir à lui seul une page entière d’un dictionnaire des pathologies mentales de l’être humain. Mais tout n’est pas noir dans la vie de notre « obsessionnel compulsif bipolaire gravement dépressif ». En effet, grâce à un stage d’art-thérapie comportemental et cognitif, il a fait la connaissance de Bérénice qui, « suite à une enfance difficile dans une famille de végétariens zoophiles, une adolescence perturbée par une pilosité anarchique, un mariage avec un boxeur susceptible et un divorce par affrontement mutuel, (....) a développé des phobies, des tocs, un grave manque de confiance en elle, une tendance à la paranoïa et des pulsions agressives ».
Après trois semaines de vie commune se passant relativement de façon heureuse, enfin surtout dans la tête de Michel, le bonheur semble à nouveau échapper à notre héros, Bérénice s’en va, elle le quitte… Mais Michel cette fois-ci n’acceptera pas la fatalité, il se donne douze heures pour récupérer sa compagne et trouver le bonheur intérieur… Emil Cioran disait : « ne nous suicidons pas tout de suite il reste encore quelqu’un à décevoir ».
Bien que le suicide fasse partie des interrogations existentielles de Michel depuis la naissance, ce dernier remettra ça à plus tard, l’heure est au bonheur, à la quête de la plénitude intérieure, et pour l’aider dans son projet, il pourra compter sur nombre d’ouvrages de développement personnel offert par Bérénice lors de son départ : « c’est grâce à eux que j’ai trouvé  la force de te quitter. Ils pourraient t’être utiles, espèce de taré. »
Mais ce parcours herculéen pour atteindre le bonheur sera quelque peu parasité par des voisins légèrement intrusifs comme M.Patusse, très à cheval sur le règlement de copropriété ou encore Piotr, intermittent du spectacle et grand amateur de produits stupéfiants…
Pour son 7ème roman, J.M Erre nous entraîne avec « bonheur » dans les méandres de la dépression et des bonimenteurs du développement personnel.
A l’heure où internet et les rayons des librairies foisonnent de conseils en bonheur et autres commandements pour atteindre la plénitude intérieure, qui vont de l’art de ranger sa chambre à la cure d’urinothérapie (c’est dire si c’est vaste !), J.M Erre épingle avec malice les dérives et l’absurdité que peut provoquer la quête absolue vers le bonheur.
Courage Michel ! « Attendez de toucher le fond, et là, un bon coup de talon et vous remontez à la surface » ! Pierre Mortez.

Le bonheur est au fond du couloir à gauche
Auteur : J.M Erre
Editions : Buchet Chastel
192 pages
Parution : 7 janvier 2021
Prix : 15 euros

ACHETER CE LIVRE DANS UNE LIBRAIRIE INDEPENDANTE

 

 


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal