Menu

« Le droit d’emmerder Dieu » : Richard Malka, plaideur de liberté

  • Écrit par Serge Bressan

le droit d'emmerder DieuPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Un an après… Il s’interroge, l’avoue « mezzo voce ». Va-t-il continuer ? Faut-il continuer ? A 53 ans, Richard Malka est un des avocats vedettes en France- l’un des meilleurs, assurent nombre de ses confrères. On le retrouve en librairies avec « Le droit d’emmerder Dieu ».

Un texte pas banal puisque c’est, en son intégralité, la plaidoirie qu’il a prononcée le 4 décembre 2020 devant la cour d’assises spéciale à Paris, lors du « procès Charlie » consécutif aux attentats de « Charlie Hebdo » et de l’Hyper Cacher en janvier 2015- il y représentait « Charlie Hebdo » en tant que personne morale. Un an après, la plaidoirie demeure d’une brillance rare, d’une évidence absolue. Les mots cognent, vibrent, prennent au plus profond de celle ou celui qui écoute, qui lit… Par ailleurs romancier (« Tyrannie »- 2018, et « Le voleur d’amour »- 2021) et scénariste de BD, il est réputé spécialiste des affaires de presse et de liberté d’expression. A ses débuts, il a côtoyé un autre grand avocat français, Georges Kiejman, qui, aujourd’hui dans son livre de mémoires (« L’homme qui voulait être aimé »), le définit comme « talentueux et généreux ». Son quotidien est rythmé par des principes auxquels il n’entend jamais déroger : la liberté d'expression, la laïcité… et aussi le droit au blasphème. Ce droit qu’il résume en une formule-choc : « le droit d’emmerder Dieu ». Rencontre.

Aviez-vous imaginé, ne serait-ce qu’un instant, ne pas participer au « procès Charlie » qui a débuté le 2 septembre 2020 devant la cour d’assises spéciale de Paris ?
Mais, pour moi, c’était une évidence. Je ne pouvais pas ne pas y être. « Charlie Hebdo » et moi, c’est trente ans de compagnonnage. J’avais 23 ans en 1992, j’étais un jeune avocat et les personnes qui relançaient Charlie m’ont demandé de rédiger les statuts de la société… Alors, oui, je ne pouvais être nulle part ailleurs. Mais ma situation était très étrange, ce procès en même temps c’était vraiment le dernier endroit, le seul endroit où je pouvais être. J’étais l’avocat, l’ami aussi des personnes qui avaient été tuées. Il y avait une distance pas habituelle pour un avocat, et aussi une singularité dans les yeux autres… C’était unique, j’avais l’impression d’être au cœur de l’affaire. J’ai assumé cette position, c’était étrange…

Pourquoi ?
C’est très étrange de se retrouver dans une cour d’assises et de plaider des idées. Mais c’est la seule chose qui m’intéresse. Trouver la source, l’origine du mal. Ces tueurs ne sortaient pas de nulle part.

Vous rappelez-vous l’état dans lequel vous étiez ce matin du 4 décembre 2020, avant de quitter votre domicile pour aller plaider ?
J’avais quasiment renoncé. Parce que physiquement, psychologiquement c’était lourd. Et la veille, j’ai souffert d’une hernie discale. On m’a fait une infiltration, je suis allé à la cour d’assises avec des béquilles. J’ai plaidé pendant une heure vingt minutes. Dans les minutes qui ont suivi, j’ai trouvé que j’avais été assez catastrophique, j’avais l’impression d’avoir été à côté de la plaque. Mais c’est ma plaidoirie la plus remarquée en trente ans de carrière… J’ai reçu des milliers de messages, j’ai la sensation de la mission accomplie, du travail bien fait. Et, dans les semaines qui ont suivi, je n’ai pas eu le « procès blues »…

malkaCette plaidoirie qui vient de paraître en livre, vous l’avez écrite ? Si oui, en combien de temps ?
Mes plaidoiries sont toutes écrites. Pour celle-ci, je dirai que ça a pris trente ans, elle est toute mon histoire ! Je l’ai écrite pendant le procès, il y a eu dix versions… Le texte, je l’ai appris par cœur, je l’ai voulu entre le discours et la plaidoirie. J’étais l’avocat de l’idée, de la liberté d’expression. Quand je plaide, je raconte une histoire. Il faut aussi être au plus juste. Pour dire une chose, il peut y avoir dix mots mais il en est un seul qui provoquera une réaction. Ça demande beaucoup de travail.

Le mot « liberté » revient souvent tant dans votre bouche que vos écrits…
… parce que, en tant qu’avocat, la liberté, c’est ma meilleure cliente ! Elle est au cœur de tous mes combats depuis trente ans. C’est un cheminement, une part de hasard qui fait ce que vous êtes. Mais il n’y a pas de liberté d’expression absolue.

Avec un soupçon de provocation, vous avez lancé dans votre plaidoirie la formule « le droit d’emmerder Dieu ». C’est devenu le titre de votre livre. Est-ce à dire qu’en revendiquant ce droit, vous reconnaissez l’existence de Dieu ?
J’ai dépassé cette question. On ne lui doit rien. Qu’il existe ou pas, ce n’est pas mon problème. Je suis totalement indifférent…

Vous vous revendiquez universaliste…
Regarder l’autre avec bienveillance procure beaucoup de satisfaction. Et comme Cicéron, je m’adresse à l’intelligence des gens. Il suffit de parler aux gens avec sincérité. Parfois, on est accueilli avec des réserves, des préjugés, des craintes mais quand on débat, on ne se bat pas. En fait, c’est juste du bon sens, le vivre ensemble. Et si j’ai un rêve, c’est celui de l’évolution pour l’humanité.

Dans votre plaidoirie lors du « procès Charlie », vous avez repris une métaphore de Winston Churchill, celle du crocodile que nous nourrissons et qui, au final, nous dévore… Une métaphore que vous reprenez pour évoquer l’islamisme et le terrorisme…
Le crocodile est toujours très gourmand, il est loin d’être rassasié. La solution est de ne pas le nourrir. Sciemment ou inconsciemment…

… et là, vous êtes impitoyable. Dans la plaidoirie du 4 décembre 2020, vous égrenez une liste de nombre de responsables politiques qui, tous, ont fait preuve d’une « complicité passive »…
A ce jour, je n’ai reçu aucune plainte en diffamation. Tous les politiques que je cite, je rapporte simplement leurs propos. Et aujourd’hui sur ces sujets d’islamisme et de terrorisme, il y a d’énormes problèmes dans les élites. Peut-être parce que nous n’avons pas réussi pleinement à transmettre nos valeurs.

Un an après le « procès Charlie », vous faites montre d’un certain optimisme pour les lendemains…
Les résistances sont fortes. Le combat n’est pas perdu. Oui, j’essaie d’être optimiste même si nous sommes dans une situation pas loin du bord du précipice, et qu’il suffirait de presque rien pour y tomber…

Le droit d’emmerder Dieu
Auteur : Richard Malka
Editions : Grasset
Parution : 22 septembre 2021
Prix : 10 €

Crédit-photo : Térèze Wysocki

[bt_quote style="big-quote" width="0"]On ne peut pas, comme cela a parfois été esquissé au cours de l’audience, prétendre que ce serait à cause des bombardements en Syrie que les attentats ont eu lieu. Il n’y a pas de justification au meurtre des innocents. Il n’y a que la guerre éternelle de la barbarie contre la civilisation, et il n’y a pas de cause à cette guerre dans la civilisation. Ce ne sont pas nos dessins qui sont coupables. C’est la barbarie… [/bt_quote]


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal