Menu

Une semaine de lecture avec Patrick Chamoiseau, Philippe Grimbert et Maylis de Kerangal

  • Écrit par Serge Bressan

chamoiseauPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Trois suggestions de lecture pour une semaine : la fierté créole et les chemins de l’écriture avec Patrick Chamoiseau, la tout aussi étrange qu’émouvante expérience d’un psychanalyste spécialise du deuil avec Philippe Grimbert, et enfin, un recueil d’une novella et sept récits en canoë avec Maylis de Kerangal. Bonne lecture !

 

PATRICK CHAMOISEAU : Le conteur, la nuit et le panier

Dans les premières pages, on lit : « Comme tout artiste, l’écrivain s’invente une voie qui n’aboutit jamais, une voix qui cherche toujours son chant. C’est ainsi qu’il demeure désirant… » Des mots signés Patrick Chamoiseau (prix Goncourt 1992 pour Texaco) dans son nouvel et indispensable texte « Le conteur, la nuit et le panier ». Un texte pour aller au bout des langues, pour apprendre à conter… Sous le haut patronage des éternels Aimé Césaire et Edouard Glissant, Chamoiseau déroule un livre qui déambule entre fierté créole et chemins de l’écriture. Il explique : « La résistance s’est faite par la création », il ajoute : « On n’a pas besoin d’universel, on a besoin de Relation ». En quatre grandes séquences (« l’énigme d’une la-ronde », « l’énigme du conteur », l’énigme de la nuit » et « l’énigme du panier »), l’auteur déroule une réflexion l’esthétique, les langues armées, le sorcier et le conteur, l’organisme narratif inconnu, la transmutation de la cale, le feu de l’expérience ou encore la littérature monde… C’est aussi l’histoire d’un gamin des Antilles habité par la vocation de l’écrivain. Au fil des pages, transpire la question : « Qu’est-ce que l’Ecrire ? » Ne trouverait-on pas son essence au plus profond de la culture orale- avec le conteur créole, celui qui à Chamoiseau et quelques autres demeure la « haute source d'écriture » ? Pour boucler son livre, l’auteur nous gratifie de « quelques exemples de ma sentimenthèque »- on y croise Joyce, Garcia Marquez, Hugo, Villon, Proust, Saint-John Perse ou encore le Conteur Créole…

Le conteur, la nuit et le panier
Auteur : Patrick Chamoiseau
Editions : Seuil
272 pages
Prix : 21 €

un secretPHILIPPE GRIMBERT : Les morts ne nous aiment plus

Il y a le drame. La technologie et ses sirènes. Et aussi le deuil… Il y a le sixième roman de Philippe Grimbert, également psychanalyste réputé- roman au titre joli : « Les morts ne nous aiment plus ». Grimbert, auteur de l’impeccable Le secret (2004) mais que l’on avait laissé en 2014 avec le très ordinaire « Nom de Dieu ! » et retrouvé en 2015 avec l’éblouissant « Rudik, l’autre Noureev », est donc de retour pour un texte aussi sensible qu’émouvant. Le personnage principal, Paul, est psychanalyste- spécialiste de la question du deuil, il enchaîne les conférences. Avec sa femme Irène, ils coulent une vie tranquille. La mort rode, Paul est victime d’un arrêt cardiaque, on lui pose une pile qui aide son cœur malade- il se demande : « Est-il écrit que nous devons tous mourir d’une blessure d’enfance dont nous n’avons pas su guérir ? » La mort encore, Irène se tue dans un accident de voiture. Paul inconsolable. Le temps du deuil pathologique, le psychanalyste plonge- et dire qu’il est spécialiste de cette question du deuil… Alors, pour rester en contact avec sa femme tant aimée, un an plus tard, il va céder aux fameuses sirènes de la technologie et à la promesse d’un aussi inquiétant qu’énigmatique inventeur d’une méthode qui permet aux inconsolables de communiquer avec leurs chers disparus. Ainsi, il est dévoré par le vertige, son cœur artificiel bat pour une virtuelle à l’intelligence artificielle… Heureusement pour Paul, il y a l’écriture- le meilleur moyen pour préserver et entretenir le souvenir. Revisitant le mythe d’Orphée, un roman de belle intelligence…

 

Les morts ne nous aiment plus
Auteur : Philippe Grimbert
Editions : Grasset
196 pages
Prix : 17 €

 

maelis MAYLIS DE KERANGAL : Canoës

On la connaît pour ses romans- six, parmi lesquels les formidables « Naissance d’un pont » (2010) ou encore « Réparer les vivants » (2014). On la retrouve avec un recueil de nouvelles, simplement titré « Canoës ». Maylis de Kerangal prévient ses lectrices et lecteurs : « J’ai conçu « Canoës » comme un roman en pièces détachées : une novella centrale, « Mustang », et autour, tels des satellites, sept récits. Tous sont connectés, tous se parlent entre eux, et partent d’un même désir : sonder la nature de la voix humaine ». Lauréate du prix Médicis 2010, l’auteure pour la première fois utilise le « je » dans son nouveau livre : « Il m’a semblé que l’usage du « je » était important pour ces textes, voire décisif, que c’était le moment ». Ainsi, pour « Mustang », novella d’une soixante-dizaine de pages, le « je » est en résonance avec un séjour aux Etats-Unis pendant lequel elle a commencé à écrire et l’accident spectaculaire dont elle a été victime. Un travail sur la voix, « j’ai eu envie d’aller chercher la mienne », dit encore Maylis de Kerangal. Huit récits dont le sujet principal, central est donc la voix- avec toutes ses variations, ses inflexions jusqu’à même la voix du silence… Sept narratrices, un narrateur confronté.e.s au doute, au trouble, à la fragilité, en observation constante de tout ce qui les entoure, cet homme qui, « cinq ans, un mois et vingt-sept jours » après la mort de sa femme, ne parvient toujours pas à changer le message de son répondeur téléphonique… et en une novella et sept récits, signe un parfait recueil qui chemine sur la voie de la voix…

Canoës
Auteure : Maylis de Kerangal
Editions : Verticales / Gallimard
178 pages
Prix : 16,50 €


À propos

Les Categories

Les bonus de Monsieur Loyal