Un coeur pur : un roman graphique punk ado aussi déstabilisant qu’attrayant

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Roman graphique Mis à jour : jeudi 4 avril 2019 20:29 Affichages : 272

un coeur Par Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Ben est une lycéenne carrément zarbie, le genre looseuse qui passe ses journées à traîner avec son chien et son pote Otto au look punk pas totalement achevé. Ben a une soeur, nommée Empathie, avec laquelle les relations alternent entre amour inconditionnel et hystérie haineuse. Tous trois vivent à Alexandria, une ville qui a l’air bien paumée…d’autant plus que les parents ont disparu mystérieusement de ce lieu et que les ados y sont donc entièrement livrés à eux-mêmes. Vous imaginez donc l’ambiance "no future" ; on vit dans l’attente d’un retour auquel on croit de moins en moins et d’ici là, eh bien...c’est le grand n’importe quoi ! Sexe, alcool, drogue et rock n’ roll….avec en prime quelques meurtres par ci par là dont on ne comprend ni trop les mobiles ni trop l’impact sur ceux qui sont encore vivants.

 

Un soir Ben réalise que peut-être Otto pourrait être à son goût et qu’ils pourraient boire jusqu’à la lie leur désespérance ensemble. Désabusés, dotés d’une morale singulière et d’une nonchalance et inconséquence exaspérantes, tous les personnages qui gravitent dans cette fiction déjantée valent le coup d’oeil…ça fait bien longtemps, en effet, qu’on n'avait pas lu un album aussi barré. Non pas qu’il y soit question de sujets perturbants ou choquants, non pas que l’intrigue soit délirante…mais dans ce monde en perdition alternatif, l’idéologie punk imprègne résolument le scénario avec un réel esprit de subversion, un détournement des codes espiègle et une dérision permanente. A Alexandria, c’est la liberté maximale de l'individu qui règne; aucune restriction. Liz Suburbia narre le quotidien à mi-chemin entre Sa majesté des mouches de William Golding, du polar noir sans enquêteur pour fourrer le nez dans les cadavres et South Park pour le côté "Oh mon Dieu, ils ont tué Kenny". Affectionnant les vignettes sans parole, la lecture nécessite le sens de l'observation et un goût pour les détails...parce qu'on se perd parfois dans tous ces dessins en noir et blanc où les visages, faut le reconnaitre, ne sont pas vraiment genrés et les traits peu précis. Un coeur pur semble avoir pour ambition de nous plonger dans un univers à part où la logique s'est fait la malle et les désillusions ont pris le pouvoir...et de ce point de vue-là, c'est très réussi! 


...Et on veut le même tee-shirt qu’Otto « Don’t trust the human-oids »!

Un coeur pur
Editions : Casterman
Scénario : Liz Suburbia
Dessin : Liz Suburbia
312 pages
PARUTION : le 13/03/2019
PRIX : 24€