De l’amour et de ses remèdes : les débuts dans le monde de la Marquise de Merteuil

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : samedi 9 mars 2019 14:54 Affichages : 426

liaisonsPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Alors que le premier tome se consacrait à la naissance du "monstre libertin" qu’est Valmont, « De l’amour et ses préliminaires » se penche sur les débuts de la jeune Isabelle, dont le père joueur et criblé de dettes, les laisse, à sa mort prématurée lors d’un duel, elle et sa mère dans une situation terriblement précaire. Elles sont recueillies à la Capitale chez un oncle baron qui décide, en secret, de faire l’éducation de sa nièce... Lui apprendre à devenir une maîtresse «  incontestée de la dissimulation », à « savoir mentir en toutes circonstances ». Très vite, Isabelle est troublée par le charme de cet oncle si sûr de lui…jusqu’à la déception qui la décidera à épouser le très âgé marquis de Merteuil…dont elle deviendra veuve très rapidement mais qui l’initiera à des plaisirs coquins qu’elle poursuivra avec des tas d’autres amants ensuite…ce qui lui fera une jolie réputation!

Quel bonheur, encore, de replonger dans ces divagations autour de la fiction de Choderlos de Laclos! Stéphane Betbeder joue à plaisir à opposer dans son scénario les codes de conduite chrétiens imposés aux femmes de la bonne société au travers, notamment, de la figure de la Mère et du confesseur d’Isabelle, et les agissements des personnages libertins qui se rient de ces principes…mais se laissent toujours piéger tout de même par la pureté de l’amour. Djief accompagne cette fiction de ses dessins expressifs, aux traits usant tout à la fois de réalisme et d’expressionnisme, notamment lors de la colère rougeoyante qui pousse dans les rues la tornade Isabelle jalouse…

Un second tome passionnant qui narre les débuts d’une des plus brillantes féministes que la littérature a dépeints…une jouvencelle blessée qui devient une veuve déterminée à se battre dans la société patriarcale du XVIIIème siècle? Assurément, on ne peut pas passer à côté!

Monsieur Diderot, je vous remercie de me permettre d’en venir à vous. Je tiens de mon époux que vous êtes un mari libertin. Je doute pourtant que les incartades que vous vous autorisez, vous les accepteriez de votre moitié. Il est fort déplaisant que vous autres hommes, veuillez que tout vous soit permis, après nous avoir tout défendu. Qu’un homme se vante d’être libertin, c’est un titre de gloire qui lui échoit : mais qu’une femme s’en targue, c’est le déshonneur qui l’attend. Et si nous revendiquions nous aussi le droit au libertinage, au désir de plaire et, pourquoi pas, à l’envie de dominer?

Les liaisons dangereuses
Tome 2: De l’amour et de ses remèdes
Editions : Glénat
Scénario : Stéphane Betbeder
Dessin : Djief
Parution : 6 février 2019
Prix : 14,95€

A lire aussi :

Les liaisons dangereuses : des préliminaires alléchants où espoir et vanité se mêlent

Les liaisons dangereuses : une pièce délicieusement féministe avec Dominique Blanc

Les Liaisons dangereuses de Christine Letailleur : du romanesque au dramatique en compagnie de Dominique Blanc et Vincent Pérez

bouche