Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Un sac de billes : quelques valises et un acteur convaincant pour "transporter" le spectateur au gré du roman de Joseph Joffo

Écrit par Xavier Paquet Catégorie : Théâtre Mis à jour : vendredi 6 septembre 2019 00:55 Affichages : 233

un sac de billesPar Xavier Paquet - Lagrandeparade.com/ Une valise, deux valises, une pile de valises : le seul décor de cette pièce mais utilisé avec tellement d’ingéniosité. Tour à tour trottoir, appartement, salon de coiffure, wagon de train, elles se déplacent, s’ouvrent, se glissent pour faire bouger la scénographie au fur et à mesure du périple de l’histoire. Une valise, deux valises, une pile de valises : un symbole du départ et de l’exode de nombreuses familles dans les années 40 de la France occupée.

C’est le cas de notre héros, Joseph Joffo, qui se place en narrateur pour raconter son histoire : celle d’un petit enfant juif de 10 ans qui, avec son frère Maurice, de deux ans son ainé, part clandestinement vers la France libre pour échapper aux rafles de l’Allemagne nazie.
Pourtant tout commence dans la joie et l’insouciance d’un enfant qui joue aux billes et d’une famille de coiffeurs du XVIIIème arrondissement. Et puis la première incompréhension de la cour d’école, le port de l’étoile jaune, la tension qui s’installe à la maison avant la décision prise par son père qu’ils partent, lui et son frère, en sécurité de l’autre côté de la ligne de démarcation. La peur, l’angoisse, l’entraide, les rencontres bonnes comme mauvaises : toutes ces émotions traversent la pièce comme leur voyage.

L’atmosphère est particulière, à la croisée du témoignage par sa narration et du huit-clos par sa tension. Le jeu de lumières et la bande-son nous plongent rapidement dans l’univers et les méandres de cette époque.
L’originalité de cette création réside aussi dans son parti pris : un seul en scène où le comédien joue tous les rôles. Ce code de jeu s’installe rapidement et avec beaucoup de talent et d’énergie. Le comédien campe tous les personnages et une intonation, un regard, un accessoire suffisent à faire vivre les dialogues. Il porte à merveille le magnifique texte recentré sur les passages essentiels de l’histoire, la resserrant ainsi sur la fraternité, le passage de l’enfance à l’âge adulte...

Le texte est beau, touchant et émouvant : l’acteur lui apporte beaucoup de générosité et de sensibilité. Les larmes sincères aux yeux, il lui restitue toute son humanité et sa puissance.
La mise en scène, sobre dans ses choix, esthétique dans son rendu, magnifie ce moment où dans le tumulte de l’intrigue, les quelques silences renforcent la tension dramatique et le réalisme de l’histoire.

Joseph Joffo voulait que son histoire, d’amour et d’espoir, soit un acte d’éducation pour ne pas oublier et un acte de mémoire. Elle est plus que cela. Quelques soient les valises, physiques ou psychologiques, que nous portons, nous ressortons de cette pièce extraordinairement vivant !

Un sac de billes
Auteur : Joseph Joffo
Avec James Groguelin
Metteur en scène : Stéphane Daurat

Dates et lieux des représentations:
-Jusqu’au 20 octobre 2019 au Théâtre Le Lucernaire (53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris)