Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Tous des oiseaux : une invitation de Wajdi Mouawad à plonger à tire d'aile dans la bleuité du vaste monde

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : samedi 22 juin 2019 02:42 Affichages : 511

tous des oiseauxPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ A quoi tient une rencontre? Eitan, jeune chercheur en génétique allemand d’origine israélienne, tombe éperdument amoureux de Wahida, « l’unique », d’origine arabe, brillante, d’une beauté à couper le souffle et qui fait une thèse sur un diplomate musulman qui fut converti de force au christianisme dans l'Antiquité. Confronté à une violente altercation avec Edgar, son père, qui vit cette liaison amoureuse comme une trahison parricide, Eitan s’envole de New-York pour Israel en compagnie de Wahida avec la ferme intention de rencontrer sa grand-mère paternelle autour de laquelle plane depuis un tabou dont il aimerait comprendre l'existence. La vérité ira bien au delà de son imagination...

« Un chagrin ça attend patiemment son heure. Nous y sommes. » formule Wahida suite à l'attentat "vintage" perpétré sur le pont Allenby. Sur cette terre ancestrale aux luttes fratricides semblant tragiquement ne jamais p(v)ouvoir connaître de fin, Wajdi Mouawad imagine un drame déclencheur de révélations irréversibles. L’occasion pour l’auteur québécois d’origine libanaise, d’insuffler dans des dialogues ciselés, tout à la fois émouvants et caustiques, des réflexions sensibles et percutantes sur la construction de l’identité, la cristallisation de l'amour et le sens à donner aux probabilités, les liens intergénérationnels et les rhizomes complexes que tissent les héritages culpabilisants dans l’âme des hommes. « Faut-il s’attacher à nos identités perdus? » Méritent-elles de faire sans cesse vaciller le monde? Face au diktat de l’identité et à l’anonymat des chagrins, pourquoi l’empathie et l’ouverture à l’autre semblent-elles deux alternatives si dures à embrasser? A cela, Wajdi Mouawad répond avec une sagesse socratique : le secret de la tolérance est sûrement dans ces deux injonctions simples: connais-toi toi-même et apprends à t’aimer tel que tu es. Au marasme identitaire, arguons que La vérité n'existe pas...

L’univers se scinde à chaque si…

Tous des oiseaux est une fresque familiale bouleversante d’humanité démontrant avec une virtuosité tout autant dramaturgique que scénique l’essence tragique des conflits, monstres opiniâtres préférant lâchement l’aveuglement à la clairvoyance, poisons consciencieux s’insérant par injections quotidiennes dans les veines, ressasseurs infatigables de la douleur du passé, insensibles, inflexibles et condamnant la jeunesse «  à écouter entre les étages l’effondrement des rêves ».

Devant l’amour rien ne tient.

ooiseayxA une scénographie mouvante à la majestueuse gravité d’un mur des lamentations, une musique originale enveloppant l’intrigue avec brio, un enchaînement des scènes et des changements des décors remarquablement chorégraphié, des jeux de lumières délicats, répond une distribution interprétant avec une formidable justesse une galerie de personnages pétris de complexités et de contradictions. Nelly Lawson révèle une Wahida désarmante de charme qui mérite bien ces mots d’Eitan « l’univers pèse moins lourd qu’un battement de tes paupières"; Judith Rosmair séduit par son jeu énergique et nerveux ; Leora Rivlin incarne une grand-mère au franc-parler exquis qui n’est pas d'ailleurs sans rappeler celui de l’aieule de Persépolis de Marjane Satrapi ; Daniel Séjourné offre à Eitan un beau visage de douceur et de sensibilité ; Darya Sheizaf trouble en soldate repentie ; Rafael Tabor joue en finesse ce grand-père compréhensif avec l’indicible calme des êtres usés qui continuent à sourire; Raphael Weinstock en père puis fils ravagé par les coups de théâtre multiples de cette pièce poignante ébranle le public par sa présence charismatique…Jalal Altawil, enfin, offre une présence superbe, décrochée du temps et de cette réalité manquant de tempérance et de recul.

L’impeccable harmonie de la coïncidence c’est vous.

Tous des oiseaux? Une célébration oecuménique de la tolérance qui invite chacun d’entre nous à déchirer la trame de sa vie et à devenir ses oiseaux amphibie, n’ayant plus à renier ce qu’ils sont pour s’immerger dans la culture de l’autre. Refuser d’être des oiseaux du hasard ou - pire! -  des oiseaux de malheur et se métamorphoser en un soi-même réinventé, alchimie remarquable de ses passé, présent et futur…seule voie possible pour réaliser « le rêve de vivre ensemble entre ciel et mer », une belle définition de l’amour, au final, dont les mariages harmonieux fleurissent dans les jardins de la diversité….

Plongez à tire d'aile dans la bleuité éblouissante de cette création cathartique, oecuménique où le coeur a ses raisons que la génétique ne connaît pas...

Tous des oiseaux
Texte et mise en scène : Wajdi Mouawad
Avec : Jalal Altawil, Nelly Lawson, Victor de Oliveira, Leora Rivlin, Judith Rosmair, Daniel Séjourné, Darya Sheizaf, Rafael Tabor, Raphael Weinstock
Assistanat à la mise en scène pour la création : Valérie Nègre, Oriane Fischer
Dramaturgie : Charlotte Farcet
Conseil artistique : François Ismert
Conseil historique : Natalie Zemon Davis
Musique originale : Eleni Karaindrou
Scénographie : Emmanuel Clolus
Lumières : Éric Champoux
Son : Michel Maurer
Costumes : Emmanuelle Thomas assistée d’Isabelle Flosi
Maquillage, coiffure : Cécile Kretschmar
Traduction allemand et préparation des surtitres : Uli Menke
Traduction anglais : Linda Gaboriau
Traduction arabe : Jalal Altawil
Traduction hébreu : Eli Bijaoui
Suivi du texte : Audrey Mikondo
Photos : Simon Gosselin
Production : La Colline - théâtre national
Spectacle en allemand, anglais, arabe, hébreu, surtitré en français.
Durée : 4h avec entracte

Nous ne demandions rien et tout nous a été donné…

Dates et lieux des représentations:
- Les 14 et 15 juin 2019 dans l’amphithéâtre d’Ô - Montpellier - Festival du Printemps des Comédiens ( Domaine d’Ô ,178 rue de la Carrièrasse, 34097 MONTPELLIER Cedex 5) - Tél. : 04.67.63.66.67
- Du jeu. 29/08/19 au sam. 31/08/19 - La Bâtie - Festival de Genève - Tel. +41 (0)22 908 69 50
- Les 6 et 7 septembre 2019 au TEAT Champ Fleuri, La Réunion
- Du ven. 13/03/20 au dim. 15/03/2 à La Comédie de Saint-Etienne - Tel. +33 (0)4 77 25 14 14
- Du mar. 24/03/20 au mer. 25/03/20 à la Maison de la Culture d'Amiens - Tel. +33 (0)3 22 97 79 77

israel