Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

« I Love Piaf » de Jacques Pessis : un spectacle musical pour « la Môme »…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 17 juin 2019 21:11 Affichages : 629

I love piafPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Sur une scène au décor minimaliste, on se prend à fredonner « La Vie en rose », « L’Hymne à l’amour » ou encore « Milord ». Une histoire de France défile, en chansons. La légende nous assure qu’elle a été surnommée « la Môme », cette Edith Gassion née dans la misère le 19 décembre 1915 dans le quartier de Belleville à Paris. On apprend aussi pourquoi elle a été rebaptisée Edith Piaf par son premier mentor, Louis Leplée, qui la comparait à un oiseau- en regard de sa frêle silhouette et de sa petite taille (elle mesurait 1,47 m)… Petite bonne femme, poids léger physiquement, voix reconnaissable parmi mille, elle a commencé sa carrière en 1935. Jusqu’à sa mort le 10 octobre 1963, on l’a chantée de Shangaï à New York, de Londres à Moscou en passant par Montréal ou encore Berlin. Le narrateur, qui entre et sort sur scène dans ce spectacle musical qui veut raconter la chanteuse avec modernité, déroule les hauts faits de sa vie (courte mais intense) et de son œuvre. Sur fond d’un Paris de cartes postales de Montmartre à Pigalle, défilent les succès et les déboires d’Edith Piaf et aussi ses parents Line Marsa et Louis Gassion, l’ami Jacques Canetti qui lui fait enregistrer son premier disque en 1936, sa grande amie pianiste Marguerite Monnot, tant et tant d’autres amis (dont Charles Aznavour) et amants (parmi lesquels Georges Moustaki), ses maris (Jacques Pils et Théo Sarapo), et aussi ce qui demeurera le grand amour de sa vie, le boxeur champion du monde Marcel Cerdan. Sur scène, ça raconte, ça chante, ça danse au son de l’accordéon. Allez venez, Milord n’est jamais bien loin ! 

Ecrit par Jacques Pessis- journaliste, écrivain, auteur pour le théâtre, scénariste, comédien, réalisateur, grand connaisseur de la chanson française et aussi président du Club des Croqueurs de Chocolat, « I Love Piaf » un spectacle musical qui, dans ses parties narratives, met bas de nombreuses (fausses) légendes et contre-vérités sur « la môme » Piaf, relevées dans des biographies et même dans un film… Pendant plus d’une heure et demie, on appréciera le bel enthousiasme communicatif de Jacques Pessis dans le rôle du narrateur, la sobriété de la mise en scène de François Chouquet- spécialiste du genre (dans le passé, il a été le metteur en scène de, entre autres, « Mistinguett, Reine des Années Folles », « Les Dix Commandements », « Autant en emporte le vent », « Mozart, l’Opéra Rock 1789 »). Et impossible de ne pas applaudir Anaïs Delva (comédienne vue au théâtre, dans des films télé et des comédies musicales) et chanteuse (deux albums dont « Obsidienne » sorti en mai 2019) : elle propose une interprétation tout aussi gracieuse que solaire, sans jamais tenter d’imiter Edith Piaf… Elle reprend un rôle assuré les saisons précédentes successivement par Caroline Rose, Laura Chevalier et MTatiana. « I Love Piaf » (« une histoire musicale » selon son auteur Jacques Pessis), c’est un hymne à l’amour. Dans la foule, on y croise un homme à moto, un légionnaire, un milord et tant d’autres. C’est frais, enlevé, pétillant, fidèle à la véritable histoire d’Edith Piaf. On y court, c’est « so frenchy » !

« I Love Piaf » de Jacques Pessis
Mise en scène : François Chouquet
Avec Anaïs Delva (chant), Jacques Pessis (narrateur), Aurélien Noël (accordéon)
Durée : 1h35.

Dates et lieux des représentations:
- Jusqu’au 27 juillet 2019 au Théâtre de la Tour Eiffel (4 square Rapp, 75 007 Paris) - Tél. : 01 40 67 77 77 - www.theatredelatoureiffel.com  - Vendredi et samedi, 19h.  Mercredis 17 et 24 juillet, jeudis 18 et 25 juillet, 20h30.