Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

L'origine : étonner le public, d'alpha en omega

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 11 février 2019 20:22 Affichages : 223

l'originePar Catherine Verne - Lagrandeparade.com/ L'étonnement fait les enfants curieux et inspire des vocations de chercheur. La philosophie surtout est sa fille, racontait Socrate. Mais peut-on encore au spectacle étonner aujourd'hui un public gâté-pourri par des artifices sophistiqués et des surprises permanentes? La compagnie La Lanterne relève le défi: il va s'agir de tenir en haleine son public de a à z. Ou plutôt d'alpha en omega car, premier sujet d'étonnement, le texte est en grec. Pas celui qu'on baragouine en vacances pour marchander un tzatziki au pied de l'Acropole, non, du grec ancien! La langue morte renaît de ses cendres sur scène ici, dans la bouche d’un comédien interprétant un Aristophane tout droit sorti du "Banquet" de Platon, qui devra se faire comprendre de son auditoire majoritairement ébahi n'était un specimen égaré d'hellénistes comme on sait en voie de disparition.
Un étonnement en cache un autre: du public au personnage, chacun renvoie ici à l'autre sa propre perplexité, ce que souligne de temps à autre l'intervention complice de deux autres comédiens donnant la réplique à Emilien Gobard en bord de scène. Parachuté en territoire anachronique, Aristophane se confronte en miroir aux spectateurs. C'est qu'il faut que sa transmission soit orale pour porter le sceau socratique. Or, comment se comprendre quand on ne parle pas la même langue? Au-delà des cultures et des siècles qui nous séparent, ce spectacle montre qu'il reste possible de communiquer quand c'est depuis le coeur. Et le comédien de redoubler d'efforts verbaux et mimiques pour raconter étape après étape un des plus beaux mythes de la philosophie platonicienne sur l'origine de l'amour.
Beaucoup de poésie, de tendresse et de drôlerie au final. Quant à l'étonnement, on le trouve plusieurs fois au rendez-vous: avant, pendant, après. Le public s'étonne d'abord d'entendre un texte en grec mais aussi du cheminement que prendra sa compréhension progressive de ce qui lui est raconté, un processus riche en suspens et qui amuse beaucoup tant l'interaction est vive et stimulante. C'est que, selon la tradition socratique, on accouche du savoir: transmettre relève de la maïeutique qui engage activement l'amant de la sagesse. Parvenu à comprendre ce que venait lui dire Aristophane, le spectateur s'étonne enfin devant son message qui, renouant avec l'humanité après les humanités, l'ouvre à la dimension toujours étonnante de la philosophie. De quoi sortir mûr pour lire Platon, dans l'esprit et le coeur sinon dans le texte.

L'Origine
D'après le discours d'Aristophane ( Le Banquet de Platon)
Mise en scène : Marie Clavaguera-Pratx

Texte : D’après Le Banquet de Platon

Comédien : Emilien Gobard

Scénographie : Collective

Création lumière : Vincent Loubière

Création sonore : Olivier Pot

Assistantes à la mise en scène : Pauline Buffet & Soline Deplanche
Production : Compagnie La lanterne
Coproductions: La Comédie Poitou-Charentes – Centre Dramatique National de Poitiers (86), Centre culturel d’Alenya (66)
Soutiens : DRAC Occitanie, Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Théâtre de l’Archipel – Scène nationale de Perpignan (66), Lycée Charles Renouvier - Prades (66), CESDA 34 / Association Saint-Vincent de Paul pour Déficients Auditifs -Montpellier (34), ESAT La Bulle Bleue – Montpellier (34) - Spedidam- Occitanie en Scène.

Dates et lieux des représentations:
- 2 février 2019 à 15H et 19H : Théâtre Jacques Coeur à Lattes ( 34) dans le cadre du Festival Imprudence(s)
- 15 mars 2019 à 14H15 et 21H : Théâtre l'Albarède à Ganges