Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Paradoxal : un « thriller scientifique » dérangeant et envoûtant. À découvrir !

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 12 novembre 2018 20:19 Affichages : 248

paradoxalPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.fr/ Peut-on vraiment différencier le rêve de la réalité ? Marylin est une jeune journaliste et ce que l’on appelle communément un « rêveur lucide », c’est-à-dire qu’elle est capable de contrôler ses rêves. Lorsqu’elle commence à souffrir d’insomnie, la jeune femme intègre un programme scientifique d’étude des rêves. Le protocole comprend la prise d’une molécule destinée à être testée. Maryline, comme les autres participants, voit ses insomnies s’aggraver. Fatigue, stress, hallucinations, troubles du sommeil : l’expérience dérape. La frontière entre rêve et réalité s’étiole.

Marien Tillet entreprend tranquillement de parler de Marylin, interpellant le public au passage, rallumant la salle pour mieux échanger. On suit en confiance la jeune femme dans son expérience de rêve partagé, avant de se retrouver plongé au cœur d’une situation étrange. L’acteur raconte des morceaux de rêve (de réalité ?), les entrecroise, s’arrête abruptement, puis recommence, avec une autre histoire – ou la même ?

Avec pour seul décor un bureau qu’il déplace dans l’espace de la scène, et de petites bouteilles d’eau, qui apparaissent comme par magie, Marien Tillet nous embarque dans le cabinet de travail du neurologue chargé des tests, dans le dortoir des cobayes, dans la cage d’escalier de Marylin ou dans une école où elle effectue un reportage. L’eau est de plus en plus présente au long de la représentation, dans le nombre de bouteilles qui s’accumulent, mais aussi parce qu’elles fournissent la bande-son de la pièce, omniprésente et lancinante.

Tout en glissant de vrais morceaux de science des rêves et du sommeil dans son spectacle, l’auteur entraîne le spectateur de plus en plus loin dans l’imaginaire, jusqu’à une fin totalement surprenante qui nous laisse abasourdis.

On ressort du théâtre désorienté, et chacun interprète à sa façon ce qu’il a vu, entendu, et l’histoire qui lui a été racontée, dont il a été le spectateur, certes, mais également l’acteur.

Marion Tillet porte à bout de bras un texte fort, avec une présence redoutable et un jeu qui, petit à petit, bouscule le spectateur. On rit, on a un peu peur, et puis on sort de là avec l’impression de n’être pas sûr de ce qu’on a compris, que le ce-qu’on-a-compris n’est pas le même que celui du voisin, mais que l’on vient de vivre une expérience étonnante, et fascinante.


Paradoxal 
Texte : Marien Tillet
Dispositif sonore : Alban Guillemot
Distribution : Marien Tillet
Durée : 1 h 20
Production : Le Cri de l’Armoire

Dates et lieu des représentations :

- du 3 au 30 novembre 2018, du mercredi au samedi à 21h15 au Théâtre de Belleville – 75011 PARIS – https://www.theatredebelleville.com/