Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Hedda : Entrer sans bruit dans l’intimité d’une femme battue

Écrit par Daniel Bresson Catégorie : Théâtre Mis à jour : mardi 10 juillet 2018 19:26 Affichages : 1247

HeddaPar Daniel Bresson - Lagrandeparade.fr/  L’intérieur d’une maison, des murs couverts de vieux papiers peints, une salle de bain éclaboussée de bleu, une fenêtre ornée de rideaux blancs. C’est dans cette atmosphère intrigante que nous sommes accueillis. L’actrice, souriante, avec un brin de timidité touchant, vient se positionner face au public et crée une relation directe, quasi immédiate avec les spectateurs. On est de suite transporté dans l’histoire d’amour naissante d’Hedda, qui rencontre l’homme de sa vie au détour d’un vernissage. La voix de Lenna Paugam, douce et captivante, nous permet de rentrer peu à peu dans l’intimité du couple qui vient de se former sous nos yeux. Elle nous fait partager des moments de bonheur, comme avec la naissance de leur fille, des instants magiques de folie amoureuse. Mais qui est cette narratrice ? Une amie, une voisine, une parente d’Hedda? Bien soutenu par une musique qui accompagne les variations du texte, le rythme du jeu s’accélère à l’apparition des premières tensions. Puis vient le premier coup, et on sent que l’univers d’Hedda va basculer : « Hedda, cela veut dire combat ! ». On est alors plongé dans la violence conjugale, où l’amour tente de résister à tout prix.

L’idée de cette pièce a germé dans la tête de Sigrid Carré-Lecoindre et de Lena Paugam au détour d’une réplique d’un personnage de "Détails" de Lars Noren sur laquelle elles avaient travaillé en 2013, mais le déclencheur est la promulgation en Russie de la mesure de dépénalisation des violences conjugales en février 2017. Hedda Nussbaum, auteur et éditeur de livres pour enfants, fut accusée par son mari du meurtre de sa fille adoptive de six ans, lors d’un procès très médiatisé où ses défenseurs la présentèrent comme victime de violences physiques et psychologiques. Elle raconta son calvaire dans un livre, « Surviving intimate terrorism », paru en 2005. Le texte de Sigrid Carré-Lecoindre est magnifique. Dense et remarquablement écrit, il raconte avec talent cette douloureuse histoire d’amour où la violence prend peu à peu une place prépondérante, tout en parvenant à préserver un lien fort avec le spectateur avec des mots plus directs, plus crus. Certaines phrases raisonnent bien après la fin du spectacle, pour qu’on ne les oublie jamais. Une des phrases d’Hedda, « Mon corps est un champ de bataille. A trop le battre, il arrive qu’il prenne la fuite ! » en est un exemple frappant. L’interprétation de Lena Paugam est splendide. Tantôt sensible, tantôt impactante, elle alterne les personnages de la narratrice, d’Hedda ou de son conjoint avec une justesse déconcertante sans jamais lâcher du regard le spectateur. Le choix du monologue est osé, tant le sujet est difficile. Le résultat est un défi parfaitement relevé, certainement dû au travail de la comédienne d’improvisations au plateau pendant des mois, sous le regard de son auteur. Son jeu est renforcé par une lumière qui crée des espaces intimes, et cette couleur bleue qui prédomine et qui illustre bien les différents états par lesquels passent Hedda. La dernière scène est à elle seule un concentré de la pièce, et on reste sous le choc au moment des saluts devant l’humilité de l’actrice. Ne manquez sous aucun prétexte ce spectacle à Avignon ou en tournée, pour vous laisser émerveiller devant le formidable travail de ces deux femmes.

HEDDA

Metteur en scène : Lena Paugam
Interprète(s) : Lena Paugam

Production : Compagnie Alexandre
Diffusion : CPPC (centre de Production des Paroles Contemporaines)
Soutien pour Avignon : Spectacle Vivant en Bretagne, Spedidam et AF&C
Coproductions : La Passerelle – scène nationale de Saint-Brieuc, Théâtre du Champ-au-Roy (Guingamp), Quai des Rêves (Lamballe), Théâtre de La
Paillette (Rennes)
Partenaires : DRAC Bretagne, Région Bretagne, Département des Côtes d'Armor, Saint-Brieuc-Armor-Agglomération, Ville de Saint-Brieuc

Dates et lieux des représentations: 

- À 14H45 : DU 6 AU 26 JUILLET 2018 - RELÂCHES : 12, 19 JUILLET - LA MANUFACTURE (2 bis, rue des écoles, 84000 - Avignon) - Festival d'Avignon OFF 2018