Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Ronan Rivière : un Faust plus vrai que nature

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Théâtre Mis à jour : mardi 3 janvier 2017 06:18 Affichages : 1534

FaustPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Faust, de Goethe, traduit par Gérard de Nerval est une œuvre aussi rare qu’exigeante par la profondeur (et la longueur) de son texte. Davantage encore adaptée en opéra… Bref, il faut s’accrocher pour ne pas… décrocher, d’où l’avertissement de Méphistophélès (joué par Ronan Rivière) dans sa mise en scène au sublime théâtre du Ranelagh : concentrez-vous !

Dans son cabinet de travail, au clair de lune, Faust s’emporte contre lui-même. Alors qu’il s’apprête à mettre fin à ses jours, Méphistophélès, un être surnaturel, apparaît et lui propose un pacte : s’il parvient à lui redonner le goût de la vie, alors Faust consentira à lui offrir son âme. Ranimé par une nouvelle jeunesse, Faust tombe fou amoureux d’une jeune fille, Marguerite, et s’engage dans un tourbillon romantique et fantastique où il s’abîme et se retrouve.
« Je suis l’esprit qui toujours nie », affirme Méphistophélès à Faust. Dans l’œuvre mythique de Goethe, le docteur doit faire face à deux écueils : le sien propre qui consiste dans le désir d’un savoir total et celui incarné par Méphistophélès, conséquence du premier, qui renvoie à la propagation du néant. De la transcendance à l’immanence, Faust symbolise le combat de l’homme avec sa double nature. La tradition représente Faust comme un magicien et nécromancien fameux, originaire de Kundlingen en Wurtemberg, ou de Roda près de Weimar, et qui aurait vécu à la fin du XVe siècle et au commencement du XVIe. On le fait étudier d'abord à Ingolstadt, puis à Wittemberg en Saxe, et on lui donne toutes les connaissances cultivées de son temps, théologie, jurisprudence, philosophie, astronomie; il s'attacha surtout aux sciences occultes, telles que l'astrologie, la chiromancie, la démonologie. Un oncle riche lui ayant légué sa fortune, il en profita pour se livrer à tous les genres d'excès quand son patrimoine fut épuisé, il fit, selon la légende, un pacte de 24 ans avec le Diable. Il reçut de lui pour serviteur le démon Méphistophélès, qui apparut sous la forme d'un petit moine gris, avec lequel il voyagea et mena une vie de plaisir. A l'expiration du pacte, Faust fut emporté par Satan, à Limling en Wurtemberg. C'est vers 1550 qu'on place cet événement. On donne pour amante à Faust l'innocente Marguerite, qu'il avait séduite, et pour compagnon un fidèle valet, Wagner, qui lui aussi avait un démon particulier, Auerhahn.
« Il y a dans les discours de Méphistophélès une ironie infernale qui porte sur la création tout entière et juge l’univers comme un mauvais livre dont le diable se fait le censeur », écrivait Madame de Staël, dans un texte sur l’Allemagne. Ronan Rivière propose une version resserrée, dynamique et fidèle du chef d’œuvre de Goethe,  accompagnée au piano (par Léon Bailly ou Olivier Mazal), avec six comédiens au taquet qui évoluent dans un décor d’escaliers ingénieusement conçus pour évoluer au fil des scènes, et d’une lumière sobre, au service d’un mythe fantastique. Les costumes se détachent du décor sombre (sous la lune) avec des couleurs vives. Nous passons des ténèbres à la lumière sans qu’on ne s’en rende compte, comme si le diable lui-même jouait avec le soleil et la lune. Les acteurs, dont trois sont très jeunes, jouent à la frontière de la colère, de l’humour et de l’angoisse. Ils oscillent entre une grande retenue et des débordements soudain. Ils passent d’une envie de créer et d’apprendre à une pulsion destructrice, se perdent et se retrouvent tour à tour. L’ambition, atteinte, est de faire plonger le public dans l’hésitation du clair-obscur : dans le combat créatif des ténèbres et de la lumière.  

Faust / Goethe, mise en scène de Ronan Rivière, traduction de Gérard de Nerval.
Avec Aymeline Alix, Laura Chetrit, Romain Dutheil ou Anthony Audoux, Ronan Rivière, Jérôme Rodriguez ou Olivier Lugo, Jean-Benoît Terral.
Au piano Léon Bailly ou Olivier Mazal.

- Jusqu'au 26 mars 2017 au Théâtre du Ranelagh ( 5, rue des Vignes – 75016 Paris )  www.theatre-ranelagh.com / Tel : 01 42 88 64 44, métro La Muette / Passy, du mercredi au samedi 19 h et le dimanche à 15 h.

Enregistrer