Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Incertain Monsieur Tokbar : "Rien n'est plus vivant qu'un souvenir"

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Marionnettes Mis à jour : vendredi 18 janvier 2019 13:02 Affichages : 289

incertainPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Bienvenu.e.s en Turakie! Avant d’embarquer dans l’imaginaire aussi poétique que foisonnant du Turak Théâtre, l’extraordinaire Michel Laubu a imaginé un prologue à l'attention du public néophyte : il est en effet indispensable d’aborder au préalable quelques mots du lexique Turak « particulièrement adapté au théâtre poétique auquel l’on ne comprend rien » tiré du glossaire officiel de ce pays imaginaire - dont les structures théâtrales qui l’accueillent deviennent l’espace de quelques jours la capitale enchantée! Le magnifique Théâtre Molière de Sète -où nous avons découvert le spectacle- a ainsi offert du 7 décembre 2018 au 10 janvier 2019 une exposition en son sein à la mise en scène aussi soignée qu’espiègle intitulée "L'habitant de Turakie"!

Au Turak Théâtre, assurément, on fait tout pour « aider les spectateurs à bien ne rien comprendre »…et accompagné du sourire bonhomme et complice de Michel Laubu, on sent déjà qu’on va plonger à plaisir dans le vertige, la béance que peut offrir un dimanche après-midi oisif où l’on n’a l’audace d’aller « regarder à travers un trou de mémoire ». A une période où le « vocabulaire n’a plus que les mots sur les os », de quoi se nourrit-on sinon de cette exquise possibilité de métamorphoser les éléments du quotidien en une odyssée spatio-temporelle aux rencontres aussi surréalistes qu’exaltantes? Lorsque le monde n’offre que des réalités d’une absurdité confondante, le fou est-il celui qui fait un pas de côté et s’évade là où l’imagination rend tout possible?

Qui est donc cet Incertain Monsieur Tokbar? Simplement un vieux professeur d’histoire-géographie sénile que l’on croise lorsqu’on rend visite à sa mère à la maison de retraite… ou bien un fabuleux personnage rieur qui fait du neuf avec du vieux, dépoussière ses souvenirs, ses connaissances historiques et littéraires, les recycle et les recompose pour peupler son monde d’un folklore inventé?
Dans cette pièce à la fantaisie jubilatoire, dans un décor sans cesse renouvelé ( tantôt immeuble-château constitué de frigos-casiers dont sortent des êtres engourdis ou encore des instruments de musique autonomes, tantôt fusée dans laquelle décollerait un Neil Amstrong audacieux… ) on croise un homme à la carapace-frigo, d’autres à tête de robinet qui ont la goutte à l’imagination et par lequel les souvenirs s’enfuient peut-être mais qui savent réparer en musique comme personne, des chevaliers aux armures étincelantes portés sur un chariot- tondeuse à gazon tiré par des hippocampes, une épée Excalibur qui s’est enchâssée dans une mobylette qui carbure à « Les Sens » et se démantèle au fur et à mesure, un homme-scaphandre, une femme-poisson, des bulles de savon par centaines…tant de créatures hybrides fantastiques et d'images qui traversent la scène et peuplent l’esprit enrayé du vieil homme.
On se souviendra longtemps - oui! - de la danse - empruntée mais ravie - de Monsieur Tokbar habillé en chevalier à collerette, de son expédition lune de miel au pôle arctique avec une geisha nordique dont l’ombrelle rouge hante et fascine le plateau, fantôme asiatique exaltant qui finit par perdre la tête qu’elle tient à bout de bras, de cette fusée qui décolle pour des rêves lunaires sans fin, du char à skis, de la course de chars antiques - Alea jacta est! - , de Tokbar se mirant dans un miroir et ne s’y reconnaissant plus, de ce refrain constaté « j’ai la mémoire qui flanche » comme autant de post-it pour se souvenir, de la scène des mois qui se multiplient, ce club des mousquetaires Tokbar en multiples saisons qui prouvent que l’union fait la force…ou encore du moment magique où l’on attrape la lumière avec un filet à papillons.

Manipulation de marionnettes, film d’animation, musique…ce travail passionnant et d’une esthétique fabuleuse du Turak Théâtre est digne des plus grands orfèvres. Si la pièce nous interroge évidemment sur tous ces petits mécanismes du souvenir, machinerie extraordinaire dont on ne maîtrise pas encore les règles et la logique -et que l’on peut juste regarder s’activer - et qu’elle s’avère une métaphore filée d’une inventivité épatante sur la mémoire et ses tiroirs mystérieux…on conseillera surtout Incertain Monsieur Tokbar à tous ceux qui sont intimement persuadés que la vie ne vaut la peine d’être appréhendée qu’avec sensibilité et tendresse, poésie et bienveillance. Voilà une invitation pertinente et onirique à arrêter de comprendre et à se laisser aller à toucher à la poésie du quotidien, aux ressources fantastiques du cerveau, même peut-être défaillant, qui continue à produire des connexions étonnantes qui vous emportent jusqu’aux étoiles!

En Turakie, on carbure à « Les Sens » et, en compagnie de la voix chantante et délicieuse, perlée de rires revenus à la naïveté de l'enfance de Tokbar, on ne comprend pas toujours tout et c’est normal, on est en Turakie…comme dans la vraie vie! Foncez !

Incertain Monsieur Tokbar
De Michel Laubu, Émili Hufnagel / Turak Théâtre
Avec Charly Frénéa, Simon Giroud, Émili Hufnagel, Michel Laubu, Patrick Murys, Fred Soria
Scénographie – Michel Laubu / Dramaturgie – Olivia Burton / Avec les visites complices d’Eléonore Briganti et d’Olivier Dutilloy pendant les répétitions / Lumière – Ludovic Micoud-Terraud / Répétitrice – Caroline Cybula / Compositeurs – Fred Aurier, Pierrick Bacher, Béla Bartók, Zoltán Kodály, André Minvielle / Musiciens, interprètes – Fred Aurier, Pierrick Bacher, Noémi Boutin, Jeanne Crousaud, André Minvielle, Fred Roudet / Construction masques, marionnettes – Géraldine Bonneton, Emmeline Beaussier, Audrey Vermont / Construction des décors – les ateliers de la Maison de la Culture de Bourges et de la MC2-Grenoble / Accessoires – Pierrick Bacher, Charly Frénéa, Simon Marozzi, Joseph Paillard, Fred Soria / Costumes – Émili Hufnagel et l’atelier des Célestins – Théâtre de Lyon / Films d’animation – Pierrick Bacher, Patricia Lecoq, Timothy Marozzi, Joseph Paillard, Géraldine Zanlonghi

Production : Turak Théâtre
Coproduction : MC2: Grenoble, La Comédie de Saint-Étienne – Centre dramatique national, Célestins – Théâtre de Lyon, Bonlieu – Scène nationale Annecy, Le Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque, Théâtre de l’Archipel – Scène nationale de Perpignan, Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières, Espace Malraux – Scène nationale de Chambéry, Théâtre de Bourg-en-Bresse, Théâtre d’Aurillac, ACB – Scène nationale Bar-le-Duc, Festival RenaissanceS – Bar-le-Duc
Avec le soutien de la SPEDIDAM

Création en octobre 2018 à la MC2: Grenoble

Durée : 1h15
A partir de 8 ans

Dates et lieux des représentations: 

 - Les 14 et 15 décembre 2018 au Théâtre Molière - la Scène Nationale de Sète ( 34)
- Du mar. 12/02/19 au jeu. 14/02/19 à Bonlieu Scène nationale - Annecy -Tel. +33 (0)4 50 33 44 11
- Du jeu. 28/02/19 au ven. 01/03/19 à Le Bateau Feu - Dunkerque - Tel. +33 (0)3 28 51 40 40
- Du mar. 12/03/19 au sam. 16/03/19 au Théâtre du Nord - Lille -Tel. +33 (0)3 20 14 24 24
- Le 09/04/2019 à Mâcon-Scène Nationale -Tel. +33 (0)3 85 22 82 99

*"Rien n'est plus vivant qu'un souvenir" ( Federico Garcia Lorca)

incerrtain