Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Duos en solitaire : des tranches de vie selon Frédéric Zeitoun

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Lyrique Mis à jour : vendredi 19 avril 2019 22:02 Affichages : 665

duos en solitairePar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Encore et encore, on le présente comme « le monsieur de la télé ». Parce qu’il tient chronique sur la chanson depuis une vingtaine d’années pour France2. Mais voilà, baladin dans cet univers télévisuel, Frédéric Zeitoun connaît la chanson. Paroles et musique, c’est sa vie ! A preuve, il vient de se glisser dans les bacs à disques avec « Duos en solitaire », son deuxième album avec treize chansons. Douze duos et, en clôture de l’histoire, un solo. Au fil des chansons avec piano, il a partagé des instants d’élégance, d’émotion ou encore de légèreté avec, entre autres, Charles Aznavour (dont c’est là le dernier enregistrement), Yves Duteil, la délicieuse Marie-Paule Belle, Manu Dibango « la légende du saxo » ou encore l’inénarrable « gars du terrain » Doc Gynéco qui lui a glissé, après l’enregistrement de « Comme tout le monde » : « On dirait du Souchon, je serai ton Voulzy… ». « Duos en solitaire », ce sont des tranches de vie, des chansons qui « parlent de choses qui me tiennent à cœur, qui racontent ce qu’on vit, ce qu’on ressent ». A 58 ans, Frédéric Zeitoun prend plaisir à raconter un album « en famille », de chansons toutes en variété avec piano, guitare et accordéon. Mieux : le rendez-vous de l’amitié. Rencontre avec un artiste qui se définit comme « voyageur, écriveur, doux rêveur » et nous vient « en chanteur »…

Et voilà, vous aussi avec « Duos en solitaire », vous avez succombé à cette mode de l’album de duos et à la loi de l’industrie musicale !
Justement, non… Je présentais mon spectacle « En Chanteur » depuis cinq mois quand, un soir au restaurant, un ami me dit : « A chacun de tes concerts, tu as un ami ou une amie qui te rejoint sur scène. Ça pourrait faire un album. Oui, pourquoi pas faire un album avec les potes ?… » L’idée a fait son chemin, et même si alors je n’avais pas de maison de disques, quelques jours plus tard, j’ai appelé quelques amis chanteurs et chanteuses. Le premier que j’appelle, c’est Yves Duteil- nous avions le projet d’écrire une chanson pour Céline Dion. Et le premier à m’avoir dit « oui », c’est Doc Gynéco. Dans les premiers, il y a eu aussi Michel Fugain…

Quelques-uns vous ont dit « non » ?
Deux, trois… non pas que le projet ne les intéressait pas mais ce n’était peut-être pas le bon moment, pour eux…

Toutes les treize chansons présentes sur cet album, vous les chantiez déjà sur scène ?
Un bon nombre d’entre elles, oui…

Dans certains moments, ces moments où on remet des choses en cause, les chansons sauvent des vies. Une chanson, ça aide à penser qu’il y a une lumière au-delà…

En ouverture de l’album, c’est « Bien au contraire », un duo avec Charles Aznavour… Comment est née cette chanson ?
Elle a été faite voilà dix ans ! Je l’ai écrite en janvier 2008, et Charles Aznavour m’a fait le plaisir immense de la mettre en musique en 2009. Annie Cordy l’a chantée sur son album « Ça me plait… Pourvu que ça vous plaise » en 2012. Un chanteur la voulait aussi, il est mort avant de l’enregistrer… Et puis, Charles Aznavour me disait régulièrement : « On a fait une bonne chanson ». Alors, on est allé à Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône là où Charles avait une maison. On a enregistré le 8 mai 2018, on a fait une seule prise… Deux jours avant sa mort le 1er octobre 2018, il donnait une interview à la RTBF, la télévision belge, et confiait que cette chanson, « Bien au contraire », lui tenait à cœur…

Vous êtes le dernier à avoir chanté avec Charles Aznavour…
Je retiens surtout que nous nous étions vus en 2007 au Festival des Vieilles Charrues et qu’il m’avait dit : « Vous n’êtes pas journaliste »… Les mots de cet homme qui confiait : « J’ai eu la misère joyeuse » m’ont donné encore plus envie d’aller au bout de mon rêve. Ce rêve qui est devenu réalité avec « Duos en solitaire ».

Qu’avez-vous ressenti quand, enfin, vous avez eu cet album dans les mains ?
Un bonheur de gamin ! Que cet album existe, c’est déjà un miracle… Je l’ai fait avec passion. Ecrire des chansons, c’est ma vie. Et qu’on ne me dise pas que j’ai voulu profiter de ma fonction de chroniqueur à la télé. Parce que je n’ai aucun pouvoir à la télé… Je veux simplement vivre mes rêves de gosse !

Evidemment, avouez-le, un volume 2 des « Duos en solitaire » est en projet !
Oui, je sais, ça a été dit. Mais c’est une boutade. On verra… pour l’heure, on savoure. En une semaine, l’album est entré dans le Top 200. A la 198ème place, exactement. Quand je l’ai appris, j’étais comme un enfant à qui on a fait un cadeau. J’ai aimé cette magie- de la conception de l’album, de l’enregistrement, de ces moments de partage avec tous ces amis qui ont accepté de venir chanter mes mots. Tout ce qui m’arrive avec « Duos en solitaire » me plait tellement. Parce que la chanson m’a aidé et m’aide à vivre.

« A quoi sert une chanson… ? » demandait Julien Clerc dans « Utile » en 1992…
Dans certains moments, ces moments où on remet des choses en cause, les chansons sauvent des vies. Une chanson, ça aide à penser qu’il y a une lumière au-delà…

La grande leçon que vous tirez de « Duos en solitaire » ?
Il a été conçu, enregistré et fabriqué dans le plaisir et la gentillesse… Oui, j’aimerais qu’il soit écouté, qu’il ait un écho. Mais je tiens à préciser que je n’en fais pas une histoire d’argent. Ce n’est pas un album tiroir-caisse !

Frédéric Zeitoun : Duos en solitaire
Label : Roy Music
Parution : 5 avril 2019

La tracklist
1. « Bien au contraire » avec Charles Aznavour


2. « Comme tout le monde » avec Doc Gynéco


3. « La vie continue » avec Lynda Lemay


4. « Le monsieur de la télé » avec Marie-Paule Belle


5. « J'ai appris » avec Yves Duteil


6. « Je ne désaime pas » avec Michel Fugain


7. « Les vacances chez Franco » avec Enrico Macias


8. « Le blues du dimanche soir » avec Manu Dibango


9. « Ma bonne étoile » avec la Chorale de Rueil-Malmaison

10. « Le pot de départ à la retraite » avec Oldelaf


11. « La politesse du désespoir » avec Sanseverino


12. « Fromage ou dessert » avec Philippe Lavil


13. « Duo en solitaire »

Dates et lieux des concerts: 
- 30 avril 2019 (18h30). Hommage Charles Aznavour. Cepac Silo, 35 Quai du Lazaret, 13002 Marseille
- 12 et 13 juin 2019 (19h). Café de la Danse, 5 passage Louis Philippe, 75 011 Paris. 01 47 00 57 59. www.cafedeladanse.com
- 10-15 juillet 2019 Francofolies La Rochelle

A lire aussi: 

« En chanteur » : Frédéric Zeitoun, la vie qui va…