Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Paris Séville : une escale en Camargue avec Raphaël Fays

Écrit par Dominique Flacard Catégorie : Lyrique Mis à jour : mercredi 24 octobre 2018 07:41 Affichages : 723

paris sevillePar Dominique Flacard - Lagrandeparade.fr/ D'une pierre, deux coups : un spectacle, un album. Paris Séville est le trente et unième album de Raphael Fays chez Lorelei production, un spectacle éponyme donné complet en Février 2018 à l'Européen puis annoncé pour une date supplémentaire, le 28 Novembre 2018 à l'Alhambra.

Entouré de cinq musiciens, Julien Cattiaux, guitare rythmique, Claude Mouton, contrebasse, Laurent Zeler, violon, José Palamo, percussions et palmas, Nino Garcia, texte et chant dans Madera de guitarra huitième titre de l'album, Raphael Fays fait vibrer le « bois de la guitare » et nous entraine de Paris à Séville, après une courte escale en Camargue, dans un voyage musical où il rend un bel hommage à Manitas de Plata en interprétant l'une de ses compositions, Galop de Camargue, musique imagée où l'on entend et perçoit la force de la course libre et sauvage à travers une rythmique dynamique.

Virtuose de la guitare, initié au jazz manouche dès son plus jeune âge (il a tout juste 5 ans) par son père puis au classique , il découvre ensuite le flamenco par l'intermédiaire de Paco de Lucia. Par le truchement de la guitare qu'il considère instrument populaire, il s'élève contre les violences, touche et transcende tous les sentiments. Seul guitariste à exceller dans des domaines aussi différents, il revisite les standards du jazz manouche et du flamenco à côté de compositions personnelles. « Le flamenco transpire dans ma façon de jouer, même quand je joue du jazz » affirme-t-il. Le lien qu 'il établit entre ces deux univers musicaux découle de ses recherches concernant ce qui est commun à l'esprit des communautés gitanes, manouches ou hispano-andalouses. Ainsi, il glisse des sonorités caractéristiques du jazz manouche dans des compositions flamenca et réalise ainsi un métissage au sein de ces musiques elle-mêmes métissées. Ranger Rumba, dont la sonorité insolite du violon alerte l'oreille de l'auditeur au sein de cet univers flamenco, en est une belle expression. L' évolution du flamenco vers le jazz est interne à la composition ce qui en fait l'originalité et l'intérêt. L'auditeur voyage au cours de la composition elle-même .

Cet aller simple, Paris Séville, se décline sous forme de compositions variées et contrastées, d'émotions puissantes mises en valeur par des musiciens en parfaite harmonie et par une danseuse madrilène.
Du Swing ternaire à la Rumba binaire, de la Valse à trois temps au Tango à deux temps, de la Ballade libre à la Farruca endiablée, il nous emporte dans un univers musical qui abolit les frontières et gomme les clivages. Les rythmes contrastés, valorisés, par un jeu nerveux et incisif, par le choix des arrangements, par des sonorités riches et chaleureuses éveillent l'intérêt, fascinent et invitent à la danse.
Du solo au combo, des formations, des ambiances contrastées s'enchaînent.

Ranger swing interprété par le quatuor à cordes : guitare, guitare rythmique, contrebasse et violon, de tonalité mineure, premier titre de l'album fait référence à Django Reinhardt, musicien qui marqua le jeune Raphael Fays. C'est une composition chaleureuse et nostalgique dans laquelle le thème principal exposé dans le grave est matière à improvisations, tout d'abord à la guitare puis au violon. La même formation interprète les deux titres suivants : Inoubliable et Promenade dans le soir, nous plongeant dans une ambiance feutrée et rêveuse. Puis nous bifurquons vers les sonorités plus abruptes, plus farouches de l'univers flamenco, interprété avec brio et virtuosité. Deux solos, Préludio Granina, véritable déclamation instrumentale et Acuarela mettent en valeur le jeu brillant et perlé de l'artiste. Le dernier titre, Larmes éternelles, un nocturne, d'écriture et d'inspiration plus classiques, réunit les cordes dans un climat apaisé et nostalgique.

Après des pauses dans la nostalgie du jazz manouche, la force tragique du flamenco, les improvisations vertigineuses et brillantes, ce voyage musical s'achève dans la douceur et la sérénité retrouvées. Les émotions s'atténuent dans un climat réconcilié et méditatif.

PARIS SEVILLE- MADERA DE GUITARRA

Sortie le 26 Octobre 2018 / Fremeaux & associés

Dates et lieux des concerts: 

- Le 28 Novembre 2018 à l’Alhambra / Paris

Le site de l'artiste