Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Kabareh Cheikhats : le répertoire festif et engagé made in Casa de la Jouk Attamthil Albidaoui

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Lyrique Mis à jour : samedi 20 octobre 2018 14:43 Affichages : 193

kabareh Par Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ La Jouk Attamthil Albidaoui, Choeur de la Représentation Bidaoui, est une association dont l’objectif est de perpétuer le patrimoine des arts du spectacle du Maroc, et en particulier de la région de Casablanca.

Patrimoine matériel et immatériel ont ainsi l’occasion d’être (re)découverts sur les scènes locales et étrangères. « Depuis tout petit je rêvais d’être une cheikha (….) une vraie cheikha comme Kharboucha. D’ailleurs on m’a toujours pris pour une fille dans le quartier parce que j’avais les cheveux longs. Et ça me plaisait. » affirme Ghassan EL HAKIM.

Cheikha Houida El Ghayathiya, connue sous le nom de Kharboucha et pour sa chanson «  Hajti fe grini », est une chanteuse populaire marocaine née à la fin du 19ème; nombreux de ses poèmes libertaires incitaient les hommes de sa tribu à se révolter contre Caïd Issa Ibn Omar allié des colons français. Ce Kabareh lui rend hommage ainsi qu’à Zahra Elfassia, notamment, chanteuse juive marocaine dont cette troupe masculine interprète certaines chansons : Aïta bidaouia, Elmeknassiya, Aita d’moulai Brahim, Lemrra lekhayna. Ce travail commémoratif poursuit ce qu’avait commencé le défunt comédien et chanteur casablancais Bouchaid Bidaoui, qui se déguisait en casablancaise lors de ses prestations scéniques. Mis en scène par Ghassan El Hakim, ce Kabareh Cheikhats célèbre tout à la fois la femme cheikha, sorte de geisha marocaine longtemps stigmatisée par la société - et devient par là-même un manifeste féministe fort pertinent - mais aussi tous ceux qui ont lutté pour leur liberté et leur indépendance de manière générale. Accompagné de textes de Simone de Beauvoir, Fatima Zehafa, Bouchaid Bidaoui, Cherkaoui Moul LHmam et Ghassan El Hakim et d’un répertoire de musique tout à la fois judéo-marocaine, du 19ème siècle, de Le Chaabi ou du Hamdaoui Style, c’est une parenthèse musicale récréative et généreuse durant laquelle des femmes à barbe portant caftans ou takchitas colorés et chamarrés de fil dorés nous interpellent «  hey! regarde moi » et, avec un enthousiasme et une énergie communicatives, nous invitent au partage, au chant et à la danse. Alors bras en l’air, hanches en mouvement et sourire aux lèvres, entourés des youyous du public, on se laisse emporter! Ces jeunes hommes lumineux, dans l’écrin superbe d’un Magic Mirrors posé au coeur de l’espace du Club Paradisio sur le Quai de la Grave, de leurs voix chaleureuses qu’ils entremêlent et font jouer de trémolos variés, sont les démiurges, l’espace d’1h30, d’un pont Casa-Bordeaux où les frontières entre l’Orient et l’Occident s’évanouissent gaiment au gré des notes de musique. Un moment symbiotique de qualité!

Kabareh Cheikhats
Jouk Attamthil Al Bidaoui - Ghassan EL HAKIM Maroc
Distribution : Ghassan El Hakim Chant et mise en scène / Amine Naouni Chant / Mohamed Daye Chant / Ali Lamaadli Chant / Bendir Mehdi Boumalki Chant / Hamid al Khyat Chant / Taha Benaim Bendi & Chant / Walid Rakik Percussion / Nourredine Soubai Violon / Mokhtar Hsina Oud & Chant
production :  Jouk Attamthil Albidaoui & La centrale cie

Dates et lieux des concerts :
- Le 19 octobre 2018 au QG du FAB ( Festival des Arts de Bordeaux) - Quai de la Grave ( 9 rue des Capérans , 33 000 Bordeaux ) - Billetterie : 09 86 40 07 29 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour suivre leur actualité...c'est ICI