Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Cirque : Conrad ou l'éternel(le) Jeunesse !

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Cirque Mis à jour : samedi 29 septembre 2018 22:36 Affichages : 460

cirquePar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.fr/ Dire qu'il y a encore des gens qui n'ont jamais entendu parler de Joseph Conrad, qui fut un des « maîtres » de Jack London (avec R.L Stevenson), et encore aujourd'hui considéré comme un des dix plus grands écrivains au monde ! Voilà l'un des intérêts du spectacle vivant : ressusciter des auteurs oubliés. Et le grand mérite du trop discret théâtre de l'Echangeur, situé à la Porte de Bagnolet, est de programmer "Jeunesse", un des titres les plus populaires de Conrad, avec "Lord Jim" et "Au Cœur des ténèbres", remis au goût du jour par Francis Ford Coppola, il y a vingt ans, qu'il a réadapté dans son film « palmé » : Apocalypse Now.
Maintenant, imaginez un rafiot, presque une épave, dont on devine les cordages et le mât (grâce à des structures métalliques savamment orchestrées), dans une scénographie qui invite l'art du cirque et de l'acrobatie. Un jeune marin inexpérimenté débarque : il s'appelle Conrad... euh Marlow (Conrad fut marin lui-même). Il est accueilli par un vieux loup de mer, qui se trouve être un peu lui-même, plus de vingt ans après, car le narrateur se souvient d'une traversée à hauts risques, avec des tempêtes, une explosion, le feu, une mer déchaînée, mais la perspective de l'exotisme de cet Orient mystérieux... Dans sa jeunesse, il est parti de Londres à Bangkok : l'odyssée de la Judée – le nom du bateau – est un voyage initiatique, de l'adolescence vers l'âge adulte. Malgré les catastrophes et les difficultés, chaque mésaventure (tempête, incendie, naufrage) était à l'époque vécue comme un moment de joie et de vie intense. Il se sentait indestructible, immortel ! Grâce à sa jeunesse...
"Jeunesse" est un court roman publié dans le même recueil que le célèbre "Au cœur des ténèbres" et "Au bout du rouleau", rappelons-le. Trois périodes de la vie (jeunesse, apprentissage, retraite) qui sont illustrés ici par Conrad. Dans cette nouvelle, le grand écrivain anglo-polonais interroge l'idéalisme de la jeunesse entretenue par son énergie. Il multiplie les situations les plus rocambolesques et les plus folles, où le corps, le physique de l'homme est mis à rude épreuve en permanence. Comme si le mental ne pouvait être touché. Les marins se dépensent sans compter et se plient aux ordres d'un capitaine jusqueboutiste, qui rappelle un peu Moby Dick d'Herman Melville. Décrire chaque scène de folie humaine, confrontée aux éléments, procure manifestement un plaisir jouissif à l'écrivain, lequel transforme la fable en spectacle onirique. C'est là que la mise en scène de Guillaume Clayssen prend le relai. Il prolonge le texte par des images, de la lumière et du son. On regrette presque qu'il n'y ait pas davantage de « numéros » de danse et d'acrobatie, tant les artistes-athlètes en scène (Johan Caussin et Raphaël Milland, en agiles membres d'équipage), sont remarquables, défiant les lois naturelles de l'apesanteur et du réel. Cette association du théâtre et du cirque donne un cocktail troublant, quasi hypnotique, chamanique. On peut être troublé, dérangé, au début, par le phrasé lent et quasi comique du narrateur, joué par Frédéric Gustaedt. Il parle bas et lentement... puis on s'habitue au micro et aux éclairages, dirigés par Julien Julien Crépin, qui campe un très vraisemblable vieux loup de mer à barbe noire. L'ensemble donne un bon spectacle à la scénique organique et au symbolisme concret. On y est. On s'y croit. On revit la jeunesse insouciante de nos vingt ans. Période où la pire des catastrophes était vécue comme une aventure, une péripétie. Avant que vienne l'expérience. Tentez donc l'expérience de "Jeunesse" au théâtre de l'Echangeur : ça décoiffe !

Jeunesse
Adaptation de la nouvelle de Joseph Conrad
Traduction et mise en scène : Guillaume Clayssen
Avec Johan Caussin, Frédéric Gustaedt, Julien Crépin, Raphaël Milland et Samuel Mazotti

Dates et lieux des représentations :
- Jusqu'au samedi 6 octobre 2018 à 20 h 30 au Théâtre de l'Echangeur : 59, av. du Général de Gaulle – 93170 Bagnolet. Métro Galliéni. Résa : 01 43 62 71 20
- Le 3 novembre  2018 - Espace 110, Illzach 
- Du 7 au 9 novembre 2018 - Comédie de l'Est, Colmar
- Du 4 au 8 décembre 2018 - TAPS, Strasbourg 

- Le 29 mars 2018 - Théâtre du Pilier, Belfort
- Le 9 avril 2018 - Théâtre Montansier, Versailles
- Les 6 et 7 juin 2018 - Cirque-Théâtre, Elbeuf

Crédit-photo  : Victor Clayssen