Blutch, un autre paysage : une monographie passionnante, mots inspirés et illustrations aux registres aussi variés que superbes!

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Illustration Mis à jour : samedi 2 mars 2019 19:49 Affichages : 1385

BlutchPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Blutch ( dont le pseudonyme est hérité du caporal Blutch des Tuniques Bleues), et civilement nommé Christian Hinker, est diplômé des arts décoratifs de Strasbourg. Dès 1988, ses bandes-dessinées sont publiées dans Fluide Glacial (Waldo’s bar, Mademoiselle Sunnymoon, Bloch…) Puis il est édité dans les revues Lapin et (A suivre) ou encore chez la maison d’éditions Cornélius. En 2002, il intègre la collection "Aire Libre" chez Dupuis avec "Vitesse moderne" mais devient également l’auteur de nombreux ouvrages chez Futuropolis et chez Dargaud. Blutch est aussi illustrateur de livres pour enfants, réalise des affiches de cinéma (dont les affiches des trois derniers films d’Alain Resnais) et de festivals de musique. En 2009, il s’est vu décerner le prestigieux Grand Prix de la ville d’Angoulême.

Les éditions Dargaud rendent hommage à cet auteur prolifique et talentueux dans une monographie superbe. L’illustration de couverture, à elle seule, représentant une jeune femme inquiète, dessinée aux pastels, saisit le regard et donne immédiatement une furieuse envie de feuilleter cet ouvrage volumineux.

La raison du titre, « Un autre paysage »? Il vient simplement annoncer aux lecteurs qu’il est ici question de découvrir l’autre facette du travail de cet auteur connu surtout dans le registre humoristique.

blutchPrécédant la galerie d’images, des commentaires de spécialistes et des mots choisis. Thérèse Willer, conservatrice en chef du Musée Tomi Ungerer, explique d’abord dans « Les registres du dessin » toutes les sources et les spécificités du travail graphique de l’auteur : « Il tisse une toile de connexions, d’échos et de liens provenant de ses lectures, de ses découvertes et de ses rencontres. il s’est ainsi constitué une bibliothèque, riche de références éclectiques sur l’histoire du dessin, de la littérature, du cinéma et de la musique(…) » Plus loin, on lit aussi : «Il s’intéresse tout particulièrement aux cartoonists américains des années 1940 et 1950.(….) Le graphisme dépouillé, l’usage fréquent du noir et blanc, la spontanéité du trait et l’impertinence du message - voire son absurdité - ont contribué à porter le cartoon au rang d’un art en soi. Cet esprit se reflète de manière générale dans les planches et les illustrations pour la presse de Blutch. ».

« Le syndrome de la coquille » , c’est une métaphore filée inspirée de Dominique Radrizzani, historien de l’art, qui commente avec brio le travail de Blutch : « Comme le mollusque de Paul Valéry, Blutch tire de sa propre moelle la matière de ses ouvrages. Et son squelette externe sera naturellement de papier, un support de prédilection sur lequel, patiemment, la bestiole secrète ses humeurs et mucus chromatiques. » Un texte qui se déguste !

En compagnie d’Emmanuel Abela, enfin, un entretien. « La libido est partout » donne non seulement la parole au démiurge de ces oeuvres mais offre aussi l’occasion d'ouvrir une réflexion sur le geste et l’origine même du dessin. Espiègle parfois, passionnante toujours, cette interview livre en effet des réflexions de « Christian » sur sa manière de faire et de penser le dessin : « Ma banque interne d’images est très limitée, c’est pour cela que j’ai besoin de la nature. La nature m’offre quelque chose de différent, elle me permet d’élargir mon point de vue, de sortir de moi-même. Le spectacle est dans la salle. Je suis pollué par la grammaire de la bande dessinée, il me faut déjouer les stéréotypes qui me cernent, les manières de faire toutes faites. Du coup, je regarde ailleurs. »

BoxeEnsuite? Un catalogue d’images divisées en sept parties qui font sens : Figure, Paysage, Variation, Musique, Cinéma, Illustration, Panorama. "Figure" offre des portraits saisissants….d’un boxeur noir placide dessiné aux crayons de couleur à une femme sensuelle faite à l’encre et lavis d’encre, d’une jeune enfant aux couettes rouquines imaginée aux pastels à un enfant songeur dans un pré en pastels gras. "Paysage" s’étend sur des femmes à la nudité envoûtante parce qu’empreinte d’une lascivité sans fioritures…naturelle. "Variation" présente des oeuvres aux thématiques très diverses : on aime tout particulièrement le dessin pour l’ex-libris de "Vitesse moderne" aux crayons de couleur ou encore les dessins extraits du "Cavalier Blanc numéro 2", le projet de couverture pour "Variations" ou encore la lithographie du "Pays de la Soif". "Musique" s’écoute avec des yeux admiratifs…Chaque image est une invitation à imaginer des mélodies véloces où le jazz a la part belle. Tout est génial…et même le silence final résonne avec talent.

"Cinéma" enchante et prouve combien Blutch manipule les styles et les univers graphiques avec une égale dextérité. Dans "Illustrations", on retiendra - même si tout nous séduit!- un dessin extrait des "Contes d’Amérique" où une indienne dénudée se laisse aller à la rêverie sous le tambourin lunaire de son amant ou encore les dessins au fusain des "Habits neufs de l’empereur"… La lithographie intitulée « Le miroir » dans Panorama charme par sa mise en scène singulière; l’on croise aussi un diptyque du nom d’"Helmut" à la sensualité délicieuse…

Cette monographie est la promesse d’heures de vagabondage visuel attrayantes dont vous auriez grand tort de vous priver!

Souvent, en effet se révèle sous la caresse des crayons le travail acharné d’un ancien tracé ou d’une pointe qui a meurtri le support. Et qui expliquerait la formation de la nacre. Je vois l’irritation comme formation première à la création chez Blutch. C’est pour se protéger des griffures des grains de sable que, l’enrobant de cachet jusqu’à en faire un joyau, les mollusques atteignent la perfection dans l’art.

Dominique Radrizzani

Blutch
Blutch - Un autre paysage
Editions : Dargaud
240 pages
Prix : 39€
Parution : 8 mars 2019

Expositions à Strasbourg :

Du 22 mars au 30 juin 2018


« Blutch. Un autre paysage. Dessins 1994-2018 » au Musée Tomi Ungerer - Centre International de l’illustration
« Blutch. Art mineur de fonds. » au Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg
« Blutch. Pour en finir avec le cinéma. » à l’Aubette 1928

Rencontre avec Blutch, animée par Emmanuel Abela le samedi 30 mars 2019 à 14h à la librairie Kléber ( 1, rue des Franc-Bourgeois, 67000 Strasbourg)