Basta capital : Il était une fois la révolution...

Écrit par Guillaume Chérel Catégorie : Cinéma Mis à jour : jeudi 28 novembre 2019 13:46 Affichages : 142

Basta capitalPar Guillaume Chérel - Lagrandeparade.com/ « Vendu » comme un film d'anticipation, Basta Capital se passe en 2020, autant dire demain, dans un contexte social plus tendu que jamais (voir la journée de grève du 5 décembre et le mouvement des Gilets Jaunes). Une communauté d'activistes ultragauche perd l'un des leurs (membre des Black-Blocks) lors d'une manifestation, sous les coups des forces de l'ordre. Suite à ce drame, ils enlèvent une dizaine de grands patrons du CAC 40, en réunion secrète, pour forcer le président Emmanuel Macron à appliquer une réelle politique anticapitaliste. L'intention est bonne mais le film de Pierre Zeller oscille entre réalisme et caricature. Sur le fond, il n'y a que du vrai (les faits sont là, les chiffres sont justes) mais la forme ne suit pas.
Quel dommage, parce que l'idée est excellente et dans l'air du temps. La radicalisation monte (ou remonte, si l'on considère que tout a commencé, en France, avec la Révolution), le sentiment d'injustice augmente, la jeunesse se mobilise, l'écologie ne se discute plus, tout est en place pour que ça bouge vers plus de justice sociale... ou le chaos, voire la résurgence du fascisme. On sent que le réalisateur, Pierre Zellner, connait ses classiques révolutionnaires, de Sankara aux anarchistes (le Che est étrangement absent?) en passant par le sous-commandant Marcos, et se base sur la prétendue crise financière en Grèce (emblématique du capitalisme) pour exposer le problème. Le seul hic, c'est qu'on n'y croit pas, il n'arrive pas à faire monter la mayonnaise. Pourtant, les acteurs sont bons, notamment le vieux briscard Jean-Jacques Vanier, qui joue Bart, le libertaire à qui on ne la fait pas, et d'excellents seconds rôles, avec de la parité  dans les caractères (outre parmi les grands patrons) mais quelque chose cloche dans la mise en scène. Le début du film est réalisé façon reportage-documentaire, puis on passe au ton BD, ou série Casa del Papel Du coup, impossible d'imaginer que ce sont bien Emmanuel Macron, disant un texte imposé à la télé, ou bien Bernard Arnault, Bolloré, Bompard et consort, couchés en caleçon, qu'on fait coudre, boulet au pied, quand ils ne se bécotent pas... Déjà, les kidnapper tous ensemble ! Malgré les gardes du corps... Comment croire cela ?
Qu'on soit d'accord ou pas, le fonds social est là. Une nouvelle manière de faire de la politique aussi. Les raisons de la colère sont légitimes. Mais réaliser un film, sur un sujet si sensible, et riche en thématique ne s'improvise pas. C'est bien gentil de se poser la question du recours à la violence qui répondrait à la violence policière, donc ultralibérale, mais encore faut-il être convaincant, vraisemblable, répétons-le. Or, on voit évoluer des Pieds-Nickelés, la fleur au fusil, pas des descendants d'Action-Directe, ni des zadistes de Notre-Dame-des-Landes. Les indignés et autres insoumis méritent un meilleur équilibre entre divertissement et acte militant. Gérard Mordillat et Michel Leclerc, et bien d'autres ont su le faire... On ne s'improvise pas Ken Loach d'un coup de manivelle magique. Déjà, il aurait fallu choisir entre fiction et reportage. Le résultat sent trop le manque de moyens. Le film indépendant... Ou alors, il faut voir ce film comme un conte de Noël, une comédie à l'italienne... Bien essayé mais No pasaran !

Basta Capital 
Durée: 1h35
Réalisateur: Pierre Zellner
Avec Jean-Jacques Vannier, Anne-Laure Gruet, Antoine Jouanolou, Olivier Pages, Judith Bernard, Archibald Smith, Zaïre Souchi, Olivier Witner, Georges Dauvignon, Christine Gagnepain, Clarisse Lhon-Botte
Avec la participation (voix off) de Guillaume Meurice et Charline Vanhoenacker, de France Inter.
Sortie : 22 janvier 2020.