Les Eblouis : le premier long-métrage poignant de Sarah Suco

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cinéma Mis à jour : mardi 29 octobre 2019 08:51 Affichages : 498

eblouisPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.com/ Inspiré de sa propre histoire familiale, Les Eblouis, de la jeune réalisatrice Sarah Suco, narre l’histoire d’une pré-adolescente, aînée d’une famille nombreuse, dont les parents décident d’intégrer une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité. Une mère fragile, un père sans poigne, des frères et soeurs en bas-âge et un prêtre-gourou que tout le monde appelle « berger » sont des raisons suffisantes à ce que l’engrenage d’un embrigadement se mette en oeuvre. Camille, passionnée de cirque, doit d’abord renoncer à cette activité jugée trop dégradante pour le corps par la communauté. Sa tenue vestimentaire aussi est revue. Très vite son regard d’adolescente qui aspire à sa liberté de penser et d’être, son affection pour ses grands-parents mis à l’écart soudainement et son attirance pour Boris, un garçon qu’elle côtoyait aux ateliers circassiens, la poussent à réaliser l’aberration des situations vécues et à agir pour sauver les siens.

Si les premières minutes s’avèrent déstabilisantes - car elles mettent en place les codes et les habitudes d’une secte religieuse que notre regard de spectateur aurait tendance à trouver trop caricaturaux et "ridicules", très vite, on ne rit plus du tout et l’on se noie avec Camille dans ce drame familial. Oppressant et bouleversant moment de cinéma.
Camille Cottin interprète avec une terrible justesse cette mère illuminée et aveuglée qui accepte les maltraitances subies par ces enfants sans ciller, Eric Caravaca convainc en père dépassé et pêchant par manque de courage, Jean-Pierre Darroussin et toute la colonie d’éblouis qui l’entourent font froid dans le dos, Spencer Bogaert est LA respiration indispensable de ce quotidien étouffant et Céleste Brunnquell, enfin, perce littéralement l’écran dans le rôle de cette adolescente pétrie de culpabilité et de doutes. Un casting de qualité donc qui sert avec talent un scénario qui ménage une tension qui ne faiblit pas.
La qualité photographique de l’image et les choix des cadrages restituent en outre de manière percutante les émotions qui traversent ce long-métrage.

les eblouisUn premier film de qualité pour cette réalisatrice née à Montpellier et qui a fait ses premiers pas sur la place de la Comédie, a-t-elle confié lors de l’avant-première au Diagonal à Montpellier. Une chronique familiale dure - on ne vous le cache pas!- mais salvatrice pour rappeler l'existence de ces "sectes" dangereuses et libérer la parole sur tous les communautarismes et les intégrismes qui isolent l’individu et suppriment peu à peu toutes les libertés individuelles. Bravo!

Les Eblouis
Date de sortie : 20 novembre 2019
Durée : 1h 39min
Réalisation: Sarah Suco
Scénario: Sarah Suco et Nicolas Silhol
Image: Yves Angelo
Montage: Catherine Schwartz
Musique: Laurent Perez del Mar
Production: Dominique Besnehard et Michel Feller (Mon Voisin Productions), Frédéric Brillion (Epithète Films)
Avec Camille Cottin, Jean-Pierre Darroussin, Eric Caravaca, Céleste Brunnquell, Benjamin Gauthier, Laurence Roy, Spencer Bogaert…
Prix Cinéma 2019 de la Fondation Barrière/ Festival du film francophone d'Angoulême 2019 / Festival International du Film de Rome, Prix du Meilleur Film - Sélection Alice nella Città

Film découvert le 28 octobre 2019 en avant-première au Cinéma Diagonal de Montpellier ( 34)

 

 

les éblouis