J’ai perdu mon corps : un film d'animation qui sollicite finement nos sens

Écrit par Delphine Caudal Catégorie : Cinéma Mis à jour : samedi 31 août 2019 07:58 Affichages : 297

j'ai perdu mon corpsPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.com/ Voilà un long métrage d’animation pour adultes plus que réjouissant ! Jérémy Clapin nous fait naviguer entre drame, poésie et sensualité avec une réalité fascinante. Ce n’est pas par hasard qu’il a remporté à Cannes le Grand Prix de la critique 2019… On applaudit cette très belle réalisation.

« Est-ce que tu crois au destin ? » Naoufel.
« Comme si tout était écrit d’avance, on suivait une sorte de trajectoire (…) et qu’on ne pourrait rien changer ? » Gabrielle.

Tout commence avec une main qui déambule dans les rues de Paris à la recherche de son corps. D’abord confinée dans un sachet plastique, elle réussit à s’échapper et se confronte à la dangerosité des ruelles parisiennes. Entre rats, chien, oiseau, elle surmonte les difficultés avec une intelligence qui fait sourire. En parallèle, c’est la vie de Naoufel, devenu orphelin, qui défile sous nos yeux. Il perd ses parents dans un accident de voiture et se retrouve à Paris, hébergé par un vieil homme à qui il devra payer sa chambre…

Très vite, on voit le sort s’acharner sur ce jeune homme, qui semble bien accueillir chaque mauvaise nouvelle comme une fatalité. On aurait presque envie de le secouer quand il arrive systématiquement en retard à ses livraisons de pizza ! Puis, sa vie prend du sens quand il rencontre Gabrielle (d’abord à l’interphone), séduit par sa voix et son grand sens de la répartie. C’est ainsi qu’il se fait engager comme apprenti dans une menuiserie pour se rapprocher d’elle. On voit alors tout le génie de ce jeune homme dont les rêves ont été brisés dans la plus tendre enfance. Il n’est pas trop tard pour prendre sa vie en main… et c’est parfois quand la vie est la plus dure que l’on trouve sa voie.

« Et après, une fois que t’as dribblé le destin tu fais quoi ?! »

Jérémy Clapin signe un long métrage riche en problématiques actuelles : racisme, discrimination, difficultés à trouver un sens à sa vie. Il réussit, à l’aide d’une bande-son très poétique, à chatouiller nos sens : le gout, l’odorat… La séquence de la pizza (rencontre avec Gabrielle) ne nous laisse pas indifférent avec les bonnes odeurs qui semblent se dégager du carton. Et on a très mal quand on voit cette main se faire couper…

Incontestablement, on est conquis par cette proposition intelligente, fine et terriblement réaliste !

J'ai perdu mon corps
Long métrage d’animation

De : Jérémy Clapin
Producteur : Marc du Pontavice
Société de production : Xilam
Avec les voix de : Hakim Faris, Victoire du Bois, Patrick d'Assumçao

Date de sortie : le mercredi 6 novembre 2019
Durée : 1h21

Film découvert en avant-première au Cinéma Diagonal (5 rue de Verdun, 34000 Montpellier - Cinéma Indépendant – Cinéma d’auteur – Art et Essai - Recherche) le jeudi 22 août 2019