Le sort en est jeté : une bien agréable promenade en terres fantastiques

Écrit par Sylvie Gagnère Catégorie : Science Fiction & Fantasy Mis à jour : samedi 3 août 2019 07:24 Affichages : 293

malpertuisPar Sylvie Gagnère - Lagrandeparade.com/ Élodie Serrano nous offre avec ce recueil une balade en terres fantastiques, une promenade hétéroclite qui brasse une grande variété de style, de thèmes et d’univers.

On se promène de textes à la tonalité très sombre (Communion où un ascenseur est hanté par le souvenir d’une jeune femme piégée à l’intérieur, dont Élodie Serrano nous fait partager l’agonie ou Au fonds du puits qui raconte les affres d’une fillette victime des lutins qui vivent dans le parc du pensionnat) à des atmosphères plus réjouissantes, quasi « fleur bleue » (Le collectionneur d’étoiles, qui s’apparente à un conte ou Belle, l’adolescente qui ne parvient pas à accepter son don de maîtrise du feu).

D’autres nouvelles flirtent avec l’ironie, horrifique (Ceci est mon corps par exemple, dans laquelle un homme choisit une façon bien étrange de mourir, qui brille par une fin atroce ou bien Querelle de voisinage, quand un sort maladroitement jeté a des effets dévastateurs sur les habitants d’un immeuble) ou plus légère (Créatures ratées anonymes qui relate les aventures d’un groupe de parole de créatures « ratées », comme un incube impuissant ou un croque-mitaine terrifié par le noir ou encore Un capybara, et que ça saute !, une petite fantasy joyeuse).

Élodie Serrano propose également deux nouvelles intéressantes, qui semblent vivement encourager, sinon au véganisme, du moins à une réflexion sur le destin des animaux destinés à la consommation humaine, l’une sur le ton humoristique, L’attaque des vaches zombies, l’autre plus sombre Payer pour ses crimes.

Elle s’essaie aussi avec succès au contre-pied, dans Du coin de l’œil, où d’horribles monstres envahissent le quotidien de l’héroïne et lui font perdre tout contrôle.

Enfin, une mention spéciale pour deux textes que nous avons beaucoup aimés : Muse à vendre, accepte âmes, une variation autour de la sempiternelle question : mais où peut-on trouver des idées quand on écrit ? et Le voleur de mots, qui clôt joliment le recueil avec un récit troublant, à la tonalité douce-amère bien rendue.

La plupart des nouvelles sont brèves et si le lecteur est frappé par l’imagination de l’autrice et séduit par les univers proposés, il ne peut s’empêcher de souhaiter parfois qu’elle développe un peu certaines histoires, pour leur procurer une plus grande profondeur. Le second bémol est dans la construction de certains textes, dont la chute est trop prévisible (Communion ou Belle par exemple).

Pour autant, le recueil se lit avec beaucoup de plaisir, parce qu’Élodie Serrano a une plume, élégante et précise, qui fait la part belle aux émotions et aux sensations, une inventivité singulière et des idées à défendre.

Le sort en est jeté 
Autrice : Élodie Serrano
Éditions : Malperthuis
Collection : Brouillard
Parution : 23 septembre 2017
Prix : 13 €