Pauline

Katerina : James Frey et le mannequin aux boucles rousses

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : lundi 26 août 2019 14:28 Affichages : 512

freyPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Décidément, voici un auteur qui ne s’embarrasse pas dans les circonvolutions. Américain, approchant la cinquantaine apaisée (du moins, l’affirme-t-il), James Frey fait à nouveau parler de lui en cette rentrée d’août 2019. Oui, le James Frey de « Mille morceaux », ce livre présenté comme autobiographique et paru en 2003 qui avait scandale quelque temps plus tard- l’auteur étant soupçonné d’avoir tout inventé de sa vie ; oui, le James Frey du formidablement délirant « Le Dernier Testament de Ben Zion Avrohom » (2011) ! Avec « Katerina », Frey revient donc en librairies. Ça déménage, c’est follement réjouissant. Dans un récent entretien au quotidien « Libération », il confiait : « J’ai essayé d’écrire au plus proche de la réalité. Disons qu’il y a dans ce livre 85% de réalité et 15% de fiction car mon boulot reste de distraire. Ce n’est pas de la fiction réelle, et ce n’est pas de la non-fiction. Le héros de ce livre est très proche de moi. Je voulais exciter et amuser le lecteur. Mon travail, c’est de ficeler les mots pour en faire une phrase, ce n’est pas de me soumettre à la réalité, juste écrire le meilleur texte possible ». Donc, en 1992, Jay (diminutif de James ?) est étudiant à Cleveland et amoureux d’une fille de bonne famille. Il se fait une ligne de coke, de temps en temps. Bref, il mène une vie sans grande folie… Un jour, son colocataire laisse sur son lit un livre. « Tropique du Cancer » d’Henry Miller. Ni une ni deux, c’est décidé, Jay va calquer sa vie sur celle du romancier. Il file à « Paris, putain. Seul. Aussi vite que possible ». Il confie : « J’avais l’impression qu’on venait d’allumer une ampoule dans mon esprit, dans mon cœur, dans mon âme ». A Paris, il tentera d’écrire le livre définitif, l’œuvre qui va « réduire le monde en cendres ». Il y sera Henry Miller- alcool et sexe, manuscrits jetés dans la Seine… jusqu’au jour où il rencontre Katerina. Elle est mannequin aux boucles rousses, il en est fou amoureux, elle est insaisissable. En 2017, vingt-cinq ans plus tard et devenu écrivain célèbre, il vit à Los Angeles et est rongé par la dépression, il se souvient de Paris 1992, de la rue Saint-Denis, du Polly Maggoo, de cette Katerina qui ne cesse de le hanter… Par la magie d’une construction étourdissante et une maîtrise technique impressionnante, on a avec « Katerina » un grand roman qui flotte allègrement entre fiction et réalité…

Katerina
Auteur : James Frey
Traduit par Diniz Galhos
Editions : Flammarion
Parution : 21 aout 2019
Prix : 21 €

Extrait:

« Ouvre la porte.
Sors.
La vie t’attend.
Le sexe et l’amour et les livres et l’art. le soleil levant ou couchant. Des rires et de la musique. Un coin tranquille où se poser. Pour lire ou réfléchir ou voir les heures défiler. Ou pas. Marcher. Au milieu du chaos, des gens, du bruit. Un coup de klaxon. Une moto. Des gens qui discutent. Des clochettes qui tintent aux portes quand elles s’ouvrent ert se ferment. Un couple qui se dispute, un bébé qui pleure. Marche ou danse ou pars ou cours, fais tout ce tu veux, va où tu veux. Tu trouveras peut-être quelque chose de magnifique ou quelque chose de terrible ou rien du tout. L’extase ou le désamour. L’aventure ou l’ennui. Ouvre cette putain de porte.
La vie t’attend… »